À mes lecteurs sadomasochistes

Capture
0
1
Toujours aussi surpris du succès croissant de ce blogue qui ne parle pas de sujets aussi vendeurs que les voyages, la cuisine, les vedettes, les histoires romantiques, les peines de cœur, etc. D’ailleurs pour lesquels j’ai une grande curiosité.
 
Pour dire vrai, je n’ai jamais souhaité ouvrir un blogue, je n’ai pas eu le choix. En janvier 2016, deux cours en relations publiques m’y ont contraint, celui de Patrice Leroux et de Claude Malaison. Il fallait concevoir un blogue et l’alimenter. Ma première reaction fût: « Et merde! »
 
Mes formations académiques et ma carrière sont loin de graviter autour des relations publiques, j’étais curieux de savoir comment faisait Olivia Pope de la série Scandal pour être aussi douée dans sa job. Je ne m’imaginais pas que cette curiosité me mènerait à un blogue. Et que ce blogue m’ouvrirait aux mondes si différents des miens. J’ai beaucoup appris de cette experience, de cet univers des relations publiques (2017), de la communication appliquée (2016), c’est une conception de la réalité qui est très singulière. Un apprentissage, une richesse. L’an prochain, c’est biochimie (2018).
 
Il ne faut jamais cesser d’en apprendre davantage, de sortir de son carcan, de se mettre en danger, cela fait du bien de comprendre et de connaitre ce qui nous est en tout point different.
 
A 20 ans, j’étais diplômé en droit, aujourd’hui professionnellement je bascule, à chaque heure, du design aux relations internationales, des arbitrages juridiques au marketing, des relations publiques à l’environnement, de la psychologie à la gestion de crise, etc., je suis cet éclatement, cette dilatation, les 50 nuances de Dave.
 
Nul été cette curiosité je n’aurai jamais pu être utile aux autres et ressentir cette grande satisfaction de l’être.
 
Soyez curieux, osez. Sortez des sentiers battus. Du rang. Soyez où on ne vous attend pas. Et n’ayez pas peur du jugement car quoi que vous fassiez vous serez impitoyablement jugé, c’est la règle du jeu.
 
Pliez, mais ne rompez pas. Jamais. Ne laissez personne ni rien être propriétaire de vos rêves. Et pour vos ennemies, soyez The Perfect Storm, la Tempête Parfaite.
 
N’attendez pas que l’on vous aime, c’est puéril et sterile, les gens s’aiment trop ou peu, il ne faut rien en attendre. Mais ne laissez jamais personne vous manquer de respect. Vous et votre dignité humaine.
 
Ne vous aimez pas comme un nombriliste, découvrez-vous comme un spéléologue, comprenez-vous comme un déchiffreur, et soyez la version la plus authentique et la plus honnête de vous. Pas la meilleure, c’est dérisoire, mais celle qui devrait être en accord avec ce que vous êtes au fond de vous. Cette personne simple et compliquée. Complexe. La plus honnête. La plus vraie.
 
En cet instant perdu, je regarde cette statistique mensuelle, et je suis reconnaissant à toutes ces curiosités, ces rencontres, ces ouvertures comme des fenêtres, ces expériences, ces échanges, ces différences, ces inconnus.
 
Et merci à vous, ici, comme ailleurs, qui prenez le risque un peu masochiste de lire, quelques fois, j’apprécie votre souffrance.
 
Votre dévoué, Dave