Vanessa Paradis

Il y a là la littérature sans élan, des lettres inertes et des phrases sans mouvement.

Il y a là des vents contraires qui s’entrecroisent, violemment.

Parfois, on regarde les choses en se demandant pourquoi.

Parfois, on les regarde en restant sans émoi.

Légère paraphrase Vanessa Paradis, j’ouvre mes ailes aux rafales de l’harmattan.

Petit temps, sec et chaud, je roule dans les cieux comme le sable dans le désert.

Et il y a là des fermetures qui sont autant de murmures, des silences qui sont autant de chuchotements.

Parfois, on regarde les choses en se disant pourquoi pas.

 

2 réflexions sur “Vanessa Paradis

  1. Pingback: Seulement tu le sais – Les 50 Nuances de Dave

  2. Pingback: Sache que je – Les 50 Nuances de Dave

Ce site vous est proposé par WordPress.com.