Vanessa Paradis


A Vanessa.

Publicités

Il y a là la littérature sans élan, des lettres inertes et des phrases sans mouvement.

Il y a là des vents contraires qui s’entrecroisent, violemment.

Parfois, on regarde les choses en se demandant pourquoi.

Parfois, on les regarde en restant sans émoi.

Légère paraphrase Vanessa Paradis, j’ouvre mes ailes aux rafales de l’harmattan.

Petit temps, sec et chaud, je roule dans les cieux comme le sable dans le désert.

Et il y a là des fermetures qui sont autant de murmures, des silences qui sont autant de chuchotements.

Parfois, on regarde les choses en se disant pourquoi pas.

 

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s