Ecce homo


A Le Caravage et Jérôme Bosch.

Publicités

le-caravage-la-flagellation-du-christ-1607

 

Je trace des lignes translucides sur le vide qui tombe en chute libre dans l’oreille sourde du monde.

Je lève la plume, je fusille l’espace de plomb, et il s’écroule spirale dans l’œil du cyclone.

J’accélère, en marchant sur le bout des orteils, le silence est si beau que je n’ose l’interrompre, dans sa méditation, contemplative, sempiternelle, sur le pourquoi, de tout. De l’homme. 

Je découpe en rondelles les bourrelets d’absurdité qui dépassent toujours depuis que le Ecce homo est McDo-maso, et qu’il s’empiffre de morve et de morgue en levant les yeux comme l’esprit suintant de graisse vers un ciel où les dieux, de la pub, de l’image, des apparences, aux Muses suppliciées par des diètes infernales, se font un barbecue du goût. Tout autour de cet autre veau d’or, des putes font des selfies le cœur sur les lèvres. L’homme est ailleurs. 

 

top_37

 

Je rampe à la rame parce la panne sèche qui dure depuis une éternité de secondes me fait passer pour un gland fainéant privé de viagra.

Mon encrier d’où les idées couronnées d’épines sortent comme des spermatozoïdes propulsés par une inspiration orgasmique, a la forme phallique avec une fente qui laisse s’échapper des monologues de la vulve.

Je coupe la poire en deux car elle est moche et je me dis qu’ainsi je ne me demanderai plus lequel de ses regards strabiques est le bon. Je n’aurais qu’un que je ferai tourner sur lui, jusqu’à l’étourdissement. Jusqu’à sa mort. Par pure méchanceté.  

 

6a01310f70b1f2970c017c3181a372970b

 

À la fin les braves gens s’embrasseront sur la bouche. Les moustaches frotteront d’autres moustaches. Les barbes d’autres poils pubiens. Les monologues s’inviteront dans les conversations. Ces dialogues solitaires, solistes, ne finiront pas seuls. Le brouhaha n’existe que pour ça.

Et la plume, comme une suce en vibro, entre des lèvres sans cœur, caressera les parois pulpeuses et obscures, y pénétrera instinctivement, et y restera le temps qu’il faudra. Ecce aux mots. Voici la plume. Ecce home. Voici le chez soi. 

 

caravage-15

26conta

220px-Hieronymus_Bosch_056

KUSZENIE_SW_ANTONIEGO_86_66Bosch-Jardin_des_delices-15045dd98ebeb980f24b5f752b1e4b9ab953chardefoincentreg

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s