Effeuillage


Mes yeux sont passés à la broyeuse, et mon regard pétrifié s’est fait prisonnier du miroir de la Méduse.

Publicités

La petite saveur du dépouillement, doux effeuillage de puérilités encombrantes, j’ôte ma peau et je l’accroche dans un placard rempli de mes nombreux manteaux.

Me voici nu d’artifices. J’ai déposé ma bouche dans un bocal, et ma parole est au froid dans un réfrigérateur. Tout juste à côté des sentiments, des émotions, congelés.  

Je n’ai plus d’yeux pour contempler le néant si bien rempli du monde.

Mes yeux sont passés à la broyeuse, et mon regard pétrifié s’est fait prisonnier du miroir de la Méduse.

Me voici comme je suis, émasculé de toute virilité, me voici avec le rien qui me compose, à partir duquel est né le chaos. Mon chaos. 

Je laisse tomber la chair, et mon bain acide fait fondre mes os. Je m’efface entier. 

 

 

15 - 1

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s