Présidentielle américaine: entre la peste et le choléra


La colère des pauvres envers les riches a souvent mené à la haine des pauvres contre les pauvres, sous la houlette des riches. Comble de l’ironie.

Publicités

 

 

Michelle Obama a été grandiose dans son allocution à Philadelphie durant la Convention démocrate. Elle a été exceptionnelle, et il convient de le dire. Parce qu’en face, dans le camps adverse, Mme Trump, Melania, a paru bien médiocre tant sur la forme que sur le fond. 

 

 

En politique comme dans la vie de tous les jours, les apparences, la forme, comptent. Les apparences sont des vérités qui se voient et s’entendent. Melania Trump a incarné sa vérité américaine.

Cette vérité du superfétatoire à la mode Miss Univers. Simpliste, populiste, dénuée de substance et remplie de racialisation. Et bien entendu, de la peur.  La peur, naturelle et un peu stupide, du déclin déjà débuté de l’Empire. De sa décadence rongeant le cœur et l’âme d’une Amérique un peu dépassée par son temps. Cette vérité est sombre, cette réalité est anxiogène, emmurée. L’Amérique survivaliste  qui se repli sur elle-même. L’Amérique endogée.  

Mme Trump involontairement sans doute a offert dans son intervention toutes les raisons de penser que l’Amérique est restée au seuil du XXIe siècle, à la porte de l’avenir, et qu’elle se dirige à grande chevauchée vers ce far west sauvage où l’ordre et la loi se décidaient à coups de balles. Et le Bien n’étant finalement que le triomphe du plus fort, du puissant. Le Mal, le reste, pauvre, vaincu, esclavagé. 

L’Amérique de Melania Trump n’est pas pionnière, elle est passéiste. Son Amérique est celle de l’entre-soi exclusif, de l’Élitisme monochrome, des pauvres à qui incombent, la responsabilité, la faute de n’être pas nés de la bonne souche sociale, de n’être pas allés dans les bonnes écoles, de ne pouvoir décrocher le bon emploi, de croire au rêve américain quand l’ascenseur social est coincé aux étages supérieurs, ce rêve fantasmagorique vendu, célébré, alors que leur quotidien terrible est un cauchemar économique, humain, social.

 

Capture

Il ne fait pas de doute que les Etats-Unis ont laissé passer une occasion historique :

celle qui s’offrait à eux au lendemain de l’effondrement soviétique, de poser les bases d’une coopération internationale plus équitable. Ils ont préféré consolider la suprématie américaine sur le monde.

Cette position, outre le fait qu’elle soit injuste et qu’elle alimente les inégalités, est en outre génératrice d’instabilité pour l’ensemble du monde et donc pour les Américains, même si elle repose sur un discours sécuritaire.

Pierre-Yves GuihéneufEncore un siècle américain ?, Analyse et évaluation de la gouvernance, Institut de recherche et débat sur la gouvernance.

Je crois que Dieu a présidé à la naissance de cette nation et que nous sommes choisis pour montrer la voie aux nations du monde dans leur marche sur les sentiers de la liberté. 

 Woodrow Wilson, cité par Ronald Steel, Mr Fix-it, in New York Review of Books, 5 octobre 2000, pp.19-21

 

Melania Trump a parlé de son Amérique avec beaucoup de conviction. En plagiant les mots de Michelle Obama. Et cela résume à peu près l’imposture Trump. Un truc factice. Une tricherie. Un vide. Et du bruit.

 

 

Née en Slovénie, américaine depuis 2006, avant le prochain mur anti immigration souhaité par son époux, ayant menti sur son parcours académique pour ne pas être réduite à l’image bimbo, la fausse diplômée de design et d’architecture d’une université slovène insignifiante, a dépeint une Amérique aux évidences creuses, aux banalités convenues, dans la plus plate intonation. Les délégués républicains ont applaudi. Avec conviction. 

Son Amérique a le visage d’un dépliant touristique, antérieur au Civil Rights Act de 1964, produit par Fox News, écrit par Karl Rove après une cure d’intoxication idéologique chez Ted Cruz, corrigé par Mike Huckabee dans les mauvais jours – c’est-à-dire tous les jours, et commenté en notes de bas de page par la juge Jeanine Pirro.

Ce n’est pas de sa faute. Le pays d’Abraham Lincoln pour elle se limite aux podiums de la haute-couture newyorkaise, à la couverture de Vogue, Vanity Fair, GQ, à quelques œuvres de bienfaisance pour rendre acceptable l’indécent, une robe de mariage d’une valeur de 200 000$, et le soleil de Palm Beach quand les lumières des caméras de The Apprentice sont éteintes. 

 

 

Melania Trump connaît donc l’Amérique. Son  Amérique veut redevenir aussi grande qu’à l’époque des Etats confédérés, quand il n’y avait pas tous ces latinos qui traversent aujourd’hui la frontière pour venir voler le travail des real americans et violer femmes et enfants. Quand, on pouvait lyncher du nègre parce que l’on en avait envie. 

Great again! La grandeur rouge d’une Amérique ségrégationniste est de retour. En même temps, le mannequin ne fait que reprendre la pensée archaïque installée dans l’esprit républicain depuis l’irruption du Tea party et de sa cohorte vociférante dont l’une des égéries Sarah Palin est irréfutablement un modèle de stupidité.

Même si Donald Trump, le candidat de son parti aux élections présidentielles, de par la constance de son inintelligible argumentaire, la fait paraître comme la plus brillante de la bande

 

« As Putin rears his head and comes into the air space of the United States of America, where– where do they go? It’s Alaska. It’s just right over the border. » –Sarah Palin, explaining why Alaska’s proximity to Russia gives her foreign policy experience, interview with CBS’s Katie Couric, Sept. 24, 2008

 

« We used to hustle over the border for health care we received in Canada. And I think now, isn’t that ironic? » –Sarah Palin, admitting that her family used to get treatment in Canada’s single-payer health care system, despite having demonized such government-run programs as socialized medicine that will lead to death-panel-like rationing, March 6, 2010

 

« What the federal government should have done is accept the assistance of foreign countries, of entrepreneurial Americans who have had solution that they wanted presented … The Dutch and the Norwegians, they are known for dikes and for cleaning up water and for dealing with spills. » –Sarah Palin, on solving the Gulf oil spill crisis, Fox News, June 15, 2010

 

Cette pensée primitive, voire néandertalienne, a contaminé l’ensemble du corps.

Contagion favorisée, amplifiée, accélérée par la double élection de Barack Obama – ce kenyan, ce muslim, ce negro, ce socialist – qui bien malgré lui, cristallise encore dans cet électorat égaré dans les sentiers de la perdition morale, intellectuelle, toute la colère, la frustration, d’une Amérique en panne, désespérée, résignée. Et qui dans ses sombres moments porte ouvertement, sans complexe, la cagoule siglée Ku Klux Klan

 

Capture

 

00

00

 

01

 

02

 

 

Capture

In a series of interviews with The Associated Press, Klan leaders said they feel that U.S. politics are going their way, as a nationalist, us-against-them mentality deepens across the nation. Stopping or limiting immigration — a desire of the Klan dating back to the 1920s — is more of a cause than ever. And leaders say membership has gone up at the twilight of President Barack Obama’s second term in office, though few would provide numbers.

 

Capture

Duke prétend que des milliers de groupes d’intérêts défendent les droits des Afro-Américains, des Juifs et des Américains d’origine mexicaine mais personne ne le fait pour les blancs.

«Les Euro-Américains ont besoin d’au moins un homme au Sénat américain, un homme au Congrès américain, qui va défendre leurs droits et leur héritage», plaide-t-il dans la vidéo.

David Duke est devenir leader du Ku Klux Klan peu de temps après avoir fondé la branche lousianaise de l’organisation(Knights of the KKK) en 1974. 

Tout en continuant à soutenir des thèses antisémites et suprémacistes, il aurait pris ses distances avec le KKK par la suite.

Il avait apporté son soutien à Donald Trump en février dernier.

 

Le curseur droitiste se trouve dorénavant aux extrêmes. Il est calé sur l’ultra conservatisme, l’ultra libéralisme, l’ultra libertarianisme, l’ultra religieux. L’ultra. Gigantisme à toute vapeur, ou plus précisément à tout-va peur. De l’absurdité la plus crasse et la plus abjecte à la perte du minimum de décence, de rigueur, d’inspiration et d’élévation. Malgré Dieu, ou à ses dépens. 

Sur ce point, le Parti républicain ne se contente plus d’évoquer Dieu en tout instant, le In God We Trust servi à toutes les sauces, il ne se satisfait plus de mettre en scène sa procession, il conçoit désormais que Dieu est au-dessus de la Constitution et qu’à ce titre la loi des hommes, du Congrès – qu’il contrôle d’ailleurs largement depuis novembre 2014, des juges – n’a aucune légitimité et devrait être défiée.

Du moins, aussi longtemps qu’un président démocrate loge à la Maison blanche.

 

b1cc96fc-435f-4fe8-9578-aa1a4d0e425f

God understands the concept of religious freedom. Republicans, on the other hand, just don’t get it. 

The Republican Party is seeking to enact laws all across this country permitting businesses to refuse to serve LGBT people. Approximately 200 discriminatory billshave been proposed in nearly three dozen state legislatures.

And if you happen to work for a company with pious owners, you may be out of luck. Companies owned by religious families have denied birth control coverage to women employees under the company health insurance plans.

This is all being done in the name of “religious liberty.” Republicans argue that Christian florists who are opposed to gay marriage should be able to deny service to gay couples seeking to obtain flowers for their wedding. Otherwise, devout florists would be forced to violate their own religious beliefs by condoning gay marriage merely by providing flowers.

Similarly, Republicans argue that Christian owners of companies should be able to refuse to provide birth control coverage to their female employees, otherwise, these holy owners would be forced to violate their own religious beliefs by facilitating birth control merely by providing a company health insurance plan. This is all utterly absurd. These Republicans have taken the concept of “religious liberty” and turned it on its head.

The “liberty” part in “religious liberty” is not intended to empower the believers of a dominant religion, such as, say, Christianity, to give them the “liberty” to impose their beliefs upon everyone else. No. This is a perversion of the term “religious liberty.” Instead, the “liberty” part is intended to protect minority NON-believers to ensure that they have the liberty to maintain their own independent beliefs without suffering any disadvantages imposed upon them by the dominant believers.

 

Le parti républicain a basculé dans la totale rhétorique théocratique. Le gouvernement et Dieu comme une seule entité, la separation de la religion et de l’Etat un mythe contraire à l’histoire et aux valeurs américaines. La chrétienté au-dessus des libertés et des droits, justifiant l’homophobie et la haine des sodomites, l’islamophobie, les législations anti avortement, anti tout-ce-qui-est-libéral-et-progressiste.

Dieu est tout ce qui n’est pas en opposition ou dans la critique du conservatisme évangéliste. Dieu est tout ce qui est capitalisme forcené, iniquité et injustice sociales. Dieu est dans la réduction du rôle de l’Etat à celui d’une simple agence administrative pour fonctionnaires trop-bien-payés à ne rien faire, accessoirement losers, qui n’existe que pour empêcher le libéralisme économique de créer la richesse, indispensable ingrédient du rêve capitaliste.

L’Etat est un tyran, une nuisance. Et quand le rêve capitaliste se transforme en cauchemar comme durant la Great Recession, le Black Thursday ou la recente crise de 2008, avec les lourdes conséquences politiques et sociales que l’on vit, c’est ce grand méchant Etat qui est appelé à la rescousse pour renflouer ses plus virils pourfendeurs.

L’Etat devient Dieu, prié dans les salles de marché par des traders désemparés par la gravité de leurs actions irresponsables, par les banquiers et autres CEO sentant que David Friedman et son Vers une société sans Etat ne préserve pas de la faillite, du chaos, et de l’anéantissement, par les politiques schizophrènes souhaitant diriger une entité qu’ils abhorrent. L’Etat-Dieu se révèle comme l’ultime recours, la Providence même. 

Mais tout cela, les républicains n’en ont rien à faire. L’Etat c’est le Mal. Monopolistique, et liberticide. On pourrait leur faire remarquer que ce double reproche est propre à la nature des divinités. Dieu, l’Etat. Sauf que pour ce qui est du premier, n’importe qui peut s’arroger le droit de parler en son nom. De dire tant de bêtises et de commettre autant d’atrocités sans avoir à être questionné. Les voies de Dieu sont impénétrables, pour y remédier il faut être encarté au Grand Old Party.

C’est donc les illuminés du Grand Old Party qui ont décrété que Dieu est farmer, cowboy, membre de la National Rifle Association, ne croit pas au réchauffement climatique. Sur cette dernière question, il en sait mieux que les spécialistes et scientifiques du GIEC sur la question. Puisque c’est Dieu.

 

Dans une récente interview radiopho­nique accordée à une station chrétienne, le sénateur républicain James Inhofe (Oklahoma) expliquait ainsi son déni du réchauffement planétaire: «L’idée selon laquelle une pollution générée par l’homme pourrait altérer le climat est le summum de l’arrogance, puisque nous savons tous que seul Dieu a un tel pouvoir.» Et de citer la Genèse 8:22 comme preuve que l’être humain n’est pour rien dans le changement climatique, si tant est qu’un tel phénomène existe.

Quelques jours plus tard, c’était au tour de l’ancien vice-président de la General Motors, Bob Lutz, un républicain diplômé de la prestigieuse université de Berkeley, de déclarer dans un talk-show que lui aussi rejette la responsabilité de l’humanité dans le réchauffement climatique. La présence à l’émission du renommé astrophysicien Neil deGrasse Tyson, qui venait de soutenir le contraire, données scientifiques à l’appui, ne l’avait pas le moins du monde impressionné.

Ainsi va le débat sur le réchauffement climatique aux États-Unis. Les uns fondent leur opinion sur des études sérieuses, les autres brandissent la Bible comme démenti.

0
Ici

 

Dieu n’aime pas la science, les républicains l’ont décidé. Ainsi toute forme de praxéologie est hautement hérétique, pas assez people, d’un fashionable atheism, gauchiste (pour ne pas dire marxiste), intellectual c’est-à-dire arrogant et déconnecté du réel.

Dieu n’aime pas la science, cela arrange bien des républicains. Ceux qui sont créationnistes, qui voient en Darwin un attardé mental, impie, blasphématoire, une vraie sorcière de Salem

 

«Un ami producteur m’a récemment confié que les mots “science” et ”scienti­fique” sont activement évités sur la chaîne de télévision Discovery, car ils sont perçus comme élitistes», déclare le cinéaste Randy Olson, titulaire d’un doctorat de biologie marine de l’université de Harvard.

 

Dieu est puritain. D’un puritanisme qui ferait passer les Ayatollahs de Téhéran pour une bande d’hédonistes à Woodstock. D’un puritanisme qui donnerait l’impression qu’en fin de compte le wahhabisme, ce rigorisme saoudien, est laxiste, permissif, presque libertin.  Dieu est puritain et républicain. 

Mais Dieu est surtout politiquement incorrect. Et lui reprocher de l’être quand son supposé franc-parler est de l’ordre de la misogynie primaire, du racisme décomplexé, ordinaire, de l’insulte, de l’injure, c’est faire parti de ce que Clint Eastwood qualifie avec la rusticité qui le caractérise de la Pussy Generation. La Génération des petites chattes. La Vagin Génération.

C’est vrai qu’en 2016 on manque de couilles, c’est un peu la faute à Obama, Barack et Michelle, à Trudeau, à Angela Merkel, à Nancy Pelosi, à Michelle Bachmann, Elizabeth Warren, Hillary Clinton, Sonia Sotomayor, Elena Kagan, Ruth Ginsburg. A bien y réfléchir un peu aussi à la famille Kardashian.

Toute cette génération de mecs qui parlent comme des gonzesses, la trouille dans le pantalon vide de ce rough and tough du western spaghetti. Le Bon, la Brute et le Truand ont déserté la masculinité. Sergio Leone est mort et il s’est incarné en Donald Trump. Clint Eastwood a reconnu sa touche particulière, mais surtout le retour du vrai Mâle. Comme le retour de la Momie. En même temps, seule une momie peut reconnaître et comprendre une autre momie. 

Dieu n’aime pas la langue de bois. Le verbe de compromission. Les formules ampoulées, les tournures ingénieuses, les évitements toujours lâches et la syntaxe soupesée. Dieu parle avec ses tripes. Ce n’est pas beau à voir, ce n’est pas très agréable, et ça ne sent pas la rose. C’est pourquoi Clint Eastwood et Donald Trump considèrent qu’il est authentique. La puanteur a toujours cet effet sur certains esprits, quelque chose de fort, quasiment libidinal.

Pourtant, s’il y a une chose que Dieu, Clint Estwood, Donald Trump, c’est que dans cet affrontement entre petites chattes et grosses couilles, il y a en fait une opposition frontale entre le passé et le présent, le passé et l’avenir, il y a un Moyen-âge au pire, un far west au mieux, qui les séparent.

Dieu devrait comprendre que le franc-parler n’est pas antinomique au savoir-vivre. Au respect. Au vivre-ensemble. Dire les choses comme on les pense n’exonère pas de la nécessité de le faire sans grossièreté, vulgarité, brutalité, sauvagerie.

Encore faudrait-il au préalable faire l’effort de penser véritablement avant de dire. Avec Dieu et les républicains, rien dans ce sens ne saurait être pris pour acquis. 

 

« En politique comme dans la vie, l’ignorance n’est pas une vertu », a-t-il dit. « Ce n’est pas cool de ne pas savoir de quoi vous parlez. Cela n’a rien à voir avec être franc ou dire la vérité, ou lutter contre le politiquement correct. C’est juste que vous ne savez pas ce que vous dîtes », a ajouté Barack Obama, dans une référence claire à Donald Trump, qui se vante d’être un candidat politiquement incorrect.

 

Capture

 

 

Dieu est pro business  et du côté des guerres imbéciles.  

 

Je ne suis pas contre toutes les guerres. Ce à quoi je m’oppose, c’est à une guerre imbécile, une guerre irréfléchie, une guerre fondée non pas sur la raison mais sur la colère. »

Ainsi parlait, le 2 octobre 2002, un élu de l’Illinois nommé Barack Obama.

 

Il est défavorable à l’imposition des riches, maudit et envoie à la damnation ceux qui brûlent le drapeau, refusent de chanter l’hymne national. Bref, L’Amérique de Mme Trump, se résume assez simplement: Dieu, le drapeau, et un flingue.

 

 

“I’m a Christian first, American second, conservative third and Republican fourth,” Ted Cruz.

 

 

 Mais toutes les factions républicaines se sont réconciliées le temps de rédiger leur base programmatique, « la plus conservatrice de l’ère moderne », selon une de ses rédactrices.

Comme l’écrit le New York Times, dans un éditorial, « c’est comme si, plutôt que de tenter de réconcilier les vues hérétiques de M. Trump avec l’orthodoxie conservatrice, les rédacteurs de la plateforme avaient simplement opté pour la vision la plus extrême sur chaque position ».

L’aile du « business » n’a pas eu grand effort pour faire adopter ses mantras : baisse du taux de l’impôt sur les sociétés, renvoi de la question du salaire minimum aux États, charges contre les syndicats, « libérer les marchés financiers », refus de la taxe carbone et de l’interdiction de la fracturation hydraulique. Que du classique…

Trump a imposé ses vues sur nombre de questions, comme celle, quasiment délirante, de construire un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Dans son sillage, les groupes nativistes ont imposé la proposition de faire de l’anglais la langue officielle, ce qu’elle n’a jamais été.

Enfin, la droite religieuse marque d’une empreinte inédite le programme républicain. Si le GOP veut construire un mur pour se couper du Mexique, il veut en abattre un autre : le « mur de séparation », dont parlait Thomas Jefferson, entre l’Église et l’État. Il est ainsi revendiqué qu’en cas de conflit entre « les droits inaliénables et naturels donnés par Dieu » et le gouvernement, les tribunaux ou les droits « accordés par l’homme », les premiers prévalent…

facebook-banner

 

Melania Trump s’adresse aux nostalgiques sudistes qui composent l’essentiel de la base électorale de son mari.  Elle parle aux désœuvrés sociaux majoritairement blancs avec peu ou pas d’éducation. Aux vieux qui ne comprennent pas l’Amérique version Obama – ce kenyan, ce negro, ce socialist. Aux jeunes qui ne font pas parti de l’establishment, dépités par un pays qui au fond ne leur offre que le faux choix de vivre crevard ou de crever de misère. Entre la peste et le choléra, le dilemme de la déliquescence.

Melania Trump a pour cible l’armée de Donald Trump, son époux. Celle composée de coiffeurs, comptables, ouvriers, fermiers, entrepreneurs, policiers ou militaires, des millions d’électeurs dégoûtés de la classe politique traditionnelle, se ralliant à la bannière nationaliste et populiste de l’outsider milliardaire qui promet de rendre sa «grandeur à l’Amérique». De l’Amérique en colère. Furieuse. Sacrifiée sur l’autel du sauvetage économique.

Et qui en voyant ses villes déclarer faillites les unes après les autres, ses usines fermées pour satisfaire l’actionnariat et la mondialisation du profit, ses entreprises rationalisées pour augmenter les dividendes, son tissu social réduit comme une peau de chagrin pour que se remplissent les coffres des banques, commence à prendre la mesure de la situation: elle n’est plus grande. Désormais, elle est le paillasson sur lequel viennent s’essuyer les nouveaux maîtres du monde, la finance internationale, les oligopoles technologiques. Un paillasson parmi d’autres. 

 

Ce qui semble unir ses partisans, c’est la colère. Sans surprise, me direz-vous. Par de grandes marges, Trump a l’appui de gens qui sont non seulement « insatisfaits » du gouvernement américain; ils sont carrément en colère contre Washington et ses institutions.

 

Cette Amérique ne décolère pas. Melania Trump et l’équipe de son mari ne s’y trompe pas. Elle a besoin d’un exutoire et de boucs émissaires. La présidentielle américaine tombe à pic, l’heure est au règlement de comptes.

Mais l’ironie veut que ce soit Donald Trump qu’elle choisisse en tant que porte-voix. Un homme de l’establishment, celui qui n’a eu aucun scrupule à s’enrichir grâce aux failles et à l’impunité du système. Celui dont on se demande quelle est sa part de contribution fiscale pour que ne sombre pas l’Amérique en colère?

Etre auréolé d’une relative réussite dans les affaires donne-t-il la compétence de gestionnaire de la chose publique? Doit-on passer sous silence devant la propagande d’une success story bidonnée comme il faut les échecs retentissants du business man Trump? Peut-on seulement signaler à cette Amérique vindicative que son champion lui préfère souvent le travailleur étranger, parce que c’est rentable? Doit-on lui faire la démonstration que le milliardaire est un pur produit de cette mondialisation qu’elle rejette massivement?

 

Mais Trump n’a pas connu que le succès. Ses entreprises ont fait quatre faillites en 18 ans. La première, la plus retentissante, était celle du casino Trump Taj Mahal, en 1991, où il s’était endetté de 3 milliards de dollars. Cette faillite a été suivie par celle du Trump Plaza Hotel, en 1992, un endettement de 550 millions de dollars. Donald Trump a dû revendre sa compagnie aérienne et ses bateaux pour se remettre à flot.

Le Trump Hotel Casino Resort et le Trump Entertainment Resort ont par la suite fait faillite en 2004 et 2009, représentant un endettement de plus de 2 milliards de dollars.

L’homme d’affaires s’est toujours protégé sous la fameuse loi 11, qui permet de restructurer une entreprise sans devoir la fermer. Et même si son nom est sur toutes ses compagnies, Donald Trump n’a jamais fait de faillite personnelle.

 

La colère des pauvres envers les riches a souvent mené à la haine des pauvres contre les pauvres, sous la houlette des riches. Comble de l’ironie. L’Histoire en marche. Bis repetita

 

Donald-Trump-Iowa-REUTERS-800x430

ob_5add77_151119-dx-hillary-myths-jpg-crop-promo

 

 

De son côté, Hillary Clinton n’incarne pas la rupture – largement soutenue par l’establishment à qui elle doit à l’instar de Donald Trump à peu près tout – tant souhaitée par cette Amérique à bout de souffle et dans cette Amérique aux inégalités criardes et aux injustices sociales fortes. Hillary et le système font une même personne.

C’est la continuité des accointances, des liens étroits et incestueux avec les pouvoirs financiers comme le soulignait à juste titre Bernie Sanders :  « Je ne perçois pas d’argent des grandes banques… En un an, vous avez perçu 600 000 dollars d’honoraires de Goldman Sachs pour des conférences ». 

 

Les critiques de Sanders surviennent au moment même où de récents rapports révèlent que le FBI a étendu son enquête sur les emails envoyés par Hillary Clinton alors qu’elle était secrétaire d’État à ses relations avec les grands donateurs.

 

Hillary est une personne d’une solide compétence, d’une remarquable carrière. Elle est brillante. Et une femme, même si en 2016 cet argument ne devrait pas en soi être un élément décisif. Être une femme n’est pas ou plus un slogan, un programme électoral. Un projet de société. Une compréhension claire de la réalité immédiate de ce peuple qui existe au-delà de Wall Street. Une vision forte de justice et de leadership qui ne perpétue pas cette autre vérité innommable dont ne s’encombre guère les deux candidats: l’Amérique est ségrégationniste. Socialement. Économiquement. Culturellement. Humainement. Cette ségrégation est tacite, quasiment imperceptible, presque invisible, elle est d’autant plus insidieuse, réelle et brutale. 

 

La ségrégation pose l’hypothèse qu’il y a une correspondance étroite entre la distance sociale et la distance spatiale. Des phénomènes ségrégatifs “purs” peuvent en effet amener à ce type de forme.

Néanmoins, sa généralisation a été contestée dans l’article-culte de Chamboredon et Lemaire (1970) établissant que dans les nouveaux quartiers de grands ensembles des années 1960 le mélange social relatif n’avait pas gommé la distance sociale ; les mutations économiques, démographiques et de l’habitat des années 1970 confirmeront les effets de la structure sociale.

Dans cette relation asymétrique, la réalité amène à distinguer la séparation exo-régulée, où la catégorie dominée, le plus souvent minoritaire, est mise à l’écart par la catégorie dominante ou bien subit son rapport à l’espace – on parle de “ségrégation” au sens commun -, de la séparation endo-régulée où la catégorie séparée a organisé sa propre mise à l’écart et choisit son rapport à l’espace.

Au lieu de ségrégation endo-régulée, on parle aussi d’agrégation car il s’agit d’un regroupement volontaire ou maîtrisé. La séparation endo-régulée concerne les catégories sociales dominantes et/ou aisées, disposant par définition de suffisamment de ressources et de la maîtrise des mécanismes pour organiser leur territoire. 

 

Hillary n’incarne pas la rupture. Ce n’est pas seulement du fait qu’elle eût une jeunesse républicaine et militante, qu’en vieillissant, l’ambition et les convictions s’affirmant qu’elle soit passé du côté du Parti démocrate.

Évoluer n’est pas un crime. La preuve? J’ai commencé par le conservatisme de droite, à vingt ans. Aujourd’hui, je suis plutôt saturnien, en voie de sortir de la galaxie. Tout le monde a le droit de suivre son étoile.  

Ce n’est pas tant l’autre fait que Hillary soit issue de l’Élite qui pose un problème, c’est qu’elle semble la représenter autant que possible à travers ce que l’on nomme désormais le Système Clinton

 

Le « Système Clinton » se démarque par l’ampleur et la complexité des connexions qu’il implique, mais également par une présence de longue date sur la scène politique, par le rôle de l’ancien président Bill Clinton à ses côtés en tant que partenaire dans cette entreprise et par les sommes faramineuses mises en jeu.

Cette ampleur et cette complexité s’expliquent par les différentes formes de contributions qui unissent les Clinton à leurs donateurs. Tout d’abord, il y a ces honoraires à six chiffres perçus par Bill et Hillary Clinton, principalement de la part de sociétés et de banques et qui leur ont déjà rapporté 125 millions de dollars depuis le départ de Bill Clinton de la présidence en 2001.

Il y a également les contributions directes aux campagnes d’Hillary Clinton, notamment pour un siège au Sénat en 2000, pour la présidence du pays en 2008, puis en 2016, soit un total de 712,4 millions de dollars au 30 septembre 2015, selon les données publiées récemment par Open Secrets.

Sur cinq sources de financement majeures, quatre sont de grandes banques : Citigroup Inc., Goldman Sachs, JPMorgan Chase & Co., et Morgan Stanley. Objectif de cette campagne : soulever un milliard de dollars de fonds pour la super PAC en vue de l’élection présidentielle de 2016.

En mars 2011, par exemple, Bill Clinton a reçu 175 000 dollars de la Kuwait America Foundationpour être l’invité d’honneur et conférencier de son gala annuel à Washington. Parmi les sponsors, on trouvait Boeing et le gouvernement du Koweït, à travers son ambassade de Washington. Peu avant, le département d’État, sous la régence d’Hillary Clinton, avait autorisé un contrat de 693 millions de dollars pour doter le Koweït d’un appareil de transport militaire Globemaster, de chez Boeing. En tant que secrétaire d’État, Hillary Clinton avait l’obligation légale de décider si les propositions de contrats d’armements avec des gouvernements étrangers étaient dans l’intérêt des États-Unis.

Des recherches plus poussées de Sirota et Perez, de l’International Business Times, basées sur les données du gouvernement américain et de la Fondation Clinton révèlent que durant son mandat, le département d’État a autorisé 165 milliards de dollars ventes commerciales d’armes à vingt nations qui avaient donné de l’argent à la Fondation Clinton. Elles incluent les gouvernements d’Arabie saoudite, d’Oman, du Qatar, d’Algérie, du Koweït et des Émirats arabes unis, qui ont tous été vertement critiqué pour leur non-respect des droits de l’homme par le département d’État lui-même.

 

Hillary-Clinton-Banks-Wall-Street

 

 

En somme, la présidentielle américaine s’annonce comme un affrontement de deux Amériques en apparence aux antipodes: l’Amérique en colère de Trump et l’Amérique de Hillary dont on ne sait pas trop si elle est celle du statu quo (puisqu’elle accueille à bras ouvert les transfuges républicains déçus que leur candidat naturel ne défendent pas suffisamment l’establishment) ou celle d’un mouvement de cet espoir qui ne va pas jusqu’à la remise en question de la doxa.

Avec Hillary Clinton, il ne se dégage rien. Malgré ses efforts et les contorsions communicationnelles de ses responsables de campagne. Ce n’est pas Obama. Ni Bush le fils ni Bill le mari. De mémoire, les candidats ayant fait montre d’une telle absence de magnétisme, dans l’histoire récente, de Bush père à McCain en passant par John Kerry, ont tous perdus. C’est peut-être voulu ce manque  de charisme, de désirabilité, de l’équipe Clinton. Peut-être que l’intention soit de ne pas cliver et de ratisser aussi large que possible. Surtout face à un Donald Trump qui crispe, polarise, divise. 

Cette stratégie à l’heure actuelle, globalement est payante au vu des sondages, mais le doute subsiste quant à son efficacité finale le jour du vote. Ne pas trop se mouiller, c’est dans cette course incertaine – contrairement à ce que l’on puisse croire  – offrir à son adversaire l’occasion de communiquer ses idées – même si, et surtout si, elles font scandale.

Ce sont elles que l’on retient, c’est sur elles qu’est construit le débat, ce sont elles qui dictent l’agenda et permettent de contrôler le storytelling.

Si l’intention de Hillary Clinton est de faire de cette élection un référendum pour ou contre Trump, il est probable que le résultat ne lui convienne pas en bout de ligne. 

Peut-être du fait que comme les anglais face au Brexit le peuple est tenté d’envoyer balader le système oligarchique, qualifié à tort ou à raison de bien-pensance, en choisissant le candidat pestiféré.

Peut-être aussi parce que Hillary ne suscite pas généralement le grand amour auprès de l’Électorat qui a tendance à s’en méfier. Pour dire les choses plus abruptement, l’Électorat ne lui fait pas confiance. C’est inquiétant pour elle, davantage parce que cela semble relever du viscéral

 

0

“Clinton being painted rightly or wrongly as ‘unlikable’ will damage her electability,” said Adrienne Kimmell, executive director of the Barbara Lee Family Foundation, which has campaigned to get a woman in the White House. Kimmell told the Boston Globe that “female candidates who aren’t likable also are viewed as less qualified for the post, even if the candidate has excellent credentials”.

The foundation found that women, much more so than men, must be seen favorably to garner votes. Its research found that, in the 2010 gubernatorial contests, when women opposed each other, the more likable candidate won in nine of 10 contests. But when two men ran against each other, favorability didn’t predict the outcome.

In this presidential campaign, too, Donald Trump seems to get more popular the louder he gets – and when he makes nasty remarks about his fellow Republicans, the higher his poll numbers climb. Mr Nice Guy he is not.

Could Clinton get away with such behavior? Hardly. A New Hampshire focus group run by Bloomberg Politics came to the conclusion that Hillary Clinton speaks with an “edge”, is “condescending” and “bitchy”.

Bloomberg Politics managing editor Mark Halperin asked voters if Hillary’s personality would hurt her, and every hand was raised.

Meanwhile, few question Clinton’s competence or her experience; we all know she’s a policy wonk. Pushing her grandmother status – as the campaign has done ad nauseum for months – may be as helpful as her advisers have hoped. “I think it’s a way to soften her image and make her seem very relatable,” Jennifer Lawless, director of American University’s Women & Politics Institute, explained to the Washington Post. It even seems to have helped her likability ratings in polls.

 

Capture

 

Peut-être du fait de la versatilité des Swing States où un rien suffit à faire basculer une élection.

Mais aussi, principalement, de la perte par les démocrates ces dernières années de plusieurs de leurs bastions au profit de candidats républicains.

Une tendance que les prophéties sondagières – qui sont souvent aussi pertinentes que les prédictions de Madame Irma – confirment.

Peut-être parce que les jeunes se sont ralliés à Bernie Sanders durant les primaires et qu’il n’est pas certain qu’ils suivent avec entrain Hillary Clinton

 

Je crois que Trump va porter une attention particulière aux États « bleus » de la région des Grands Lacs, c’est-à-dire le Michigan, l’Ohio, la Pennsylvanie et le Wisconsin. Ces quatre États traditionnellement démocrates ont chacun élu un gouverneur républicain depuis 2010, et seule la Pennsylvanie a opté pour un démocrate depuis ce temps. Lors de l’élection primaire du mois de mars, plus de résidents du Michigan se sont déplacés pour choisir un candidat républicain (1,32 million) qu’un candidat démocrate (1,19 million).

Dans les plus récents sondages, Trump devance Clinton en Pennsylvanie. Et comment se fait-il qu’il soit à égalité avec Clinton en Ohio, après tant d’extravagances et de déclarations à l’emporte-pièce? C’est sans doute parce qu’il a affirmé (avec raison) qu’Hillary a contribué à détruire la base industrielle de la région en appuyant l’ALÉNA. Trump ne manquera pas d’exploiter ce filon, puisque Clinton appuie également le PTP et de nombreuses autres mesures qui ont provoqué la ruine de ces quatre États.

Durant la primaire du Michigan, Trump a posé devant une usine de Ford et menacé d’imposer un tarif douanier de 35 % sur toutes les voitures fabriquées au Mexique dans le cas où Ford y déménagerait ses activités. Ce discours a plu aux électeurs de la classe ouvrière. Et lorsque Trump a menacé de contraindre Apple à fabriquer ses iPhone aux États-Unis plutôt qu’en Chine, leur cœur a basculé et Trump a remporté une victoire qui aurait dû échoir au gouverneur de l’Ohio John Kasich.

 

Hillary et Donald Trump vont changer l’Amérique. En mal. En pire. Possiblement les deux.

Il s’agit en fin de compte pour l’électeur américain de décider s’il préfère être achevé par la peste ou le choléra. 

 

bahar-405x500

 

 

 

mestre-fungo-animated-gif-4

 

3 commentaires sur « Présidentielle américaine: entre la peste et le choléra »

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s