Le poème


La poésie doit être le miroir terrestre de la Divinité, et réfléchir, par les couleurs, les sons et les rythmes, toutes les beautés de l’univers. – Madame de Staël, De l’Allemagne (1810).

Publicités

Ce poème qui chantait

Dans ma tête

Il était beau

Il était sot

Comme un cœur en fête

Je l’ai fredonné

En silence

Pour ne pas déranger

Les gens sans cadence

Marchant 

Aveugles et pressés

Dans leurs errances

Il avait du rythme

Des paroles simples

Des mots-gazouillis

Comme le meilleur rire

Des petits enfants

J’étais bien

Vagabond

L’esprit bohème

Ni bagages ni boussole

Juste rien

Les mains vides

Dans mes poches trouées

Sifflotant contre-vent

En silence

Pour ne pas déranger

Les gens sans cadence

Qui avalent les espaces

La vie et tout le reste

Le cœur lourd et pressé

Ce poème chantait

Le rossignol

Frivole

Gitan

Il donnait belle apparence

À ma tête de gland

Aux journées

Aux soirées

À  l’éternité

J’ai fini

Par l’oublier

Avec le temps

Sauf lorsque je ris

Comme on gazouille

Ce bonheur qui s’entend

Qui se dessine

Qui s’imagine

C’est ce poème léger

Comme un nuage

Qui m’illumine

Avec ses mots doux

Ses mots d’où

D’ici et d’ailleurs

Aux rythmes pluriels

De l’amour

De la vie

De rien

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s