Québec, je t’aime


C’est vrai que je te change, c’est vrai que je n’aime pas la poutine, que je ne partage pas ton amour américain du barbecue, ta passion des « trucks », du hockey et des Canadiens de Montréal.

Publicités

Cher Québec,
Tu ne me connais pas. Je suis un « importé ».
Moi, je te connais, un peu. J’ai appris à te connaître à l’université. Des cours d’histoire sur toi le contemporain et ta Révolution tranquille, sur ce que tu fus aux XVIIe et XIXe siècles. De la Grande noirceur avec ses cadenas du début du XXe siècle aux échecs référendaires en passant par ta Crise d’Octobre.
J’ai passé un temps fou à essayer de te comprendre, en te lisant beaucoup, en étudiant ton droit, ta politique, ta psychologie, en te fréquentant dans les rencontres montréalaises, dans les soupers de belle-famille, dans ta campagne désertée et laissée pour compte, auprès de tes enfants de souche.
J’ai fais cet effort-là. Je n’y étais pas obligé. Aucune législation ne m’a contrainte à m’intéresser à toi. Au début, c’était par curiosité. Ensuite, par stupéfaction. Aujourd’hui, je le fais par amour.
Québec, je suis tombé en amour de toi. 
Tu vois, c’est aussi simple que ça. Je l’écris comme je te l’entends souvent dire. Cela pour un français de France pourrait s’apparenter à écorcher vif sa langue. Pour moi, c’est aussi doux qu’un flocon de neige quand il fait moins trente degré Celsius. Ça sonne à d’autres oreilles tout croche, mais tu sais les autres entendent toujours ce qu’ils veulent entendre. Ce n’est pas de leur faute. Ce n’est pas ton problème. 
Je t’aime Québec.
Pourtant, je ne suis pas indépendantiste. Encore moins fédéraliste. Je sais que je me le ferai reprocher par Mathieu Bock-Côté ou par Richard Martineau, peut-être les deux à la fois. Ils parlent souvent pareils. J’essuierai des remontrances de Couillard. Je vais surprendre tout ce monde qui dit détenir la vérité sur moi, puisque je suis un importé, et donc un fédéraliste. 
Je vais te faire une confidence mon cher Québec. Lorsque j’ai atterri à Pierre-Eliott Trudeau un certain 19 mars, j’avais dans ma petite valise un chandail indépendantiste.
Je provenais d’un ailleurs qui pendant des siècles a connu les affres du colonialisme. Si je te raconte mon histoire faite d’inhumaines maltraitances, de sous-humanisations, de mépris, tu comprendras pourquoi dans cette petite valise de rien du tout, il y avait ce chandail.
Si je te narre ce qu’il s’est passé après nos indépendances dans les années 1960, l’indépendance sur le papier et le néocolonialisme, tu verras pourquoi je crois que l’indépendance n’est pas forcement la liberté. Après tout ça, tu réaliseras que ce que je suis un peu plus compliqué. 
J’ai cessé d’être indépendantiste en t’écoutant me parler. Ou parler de moi.
J’ai compris que dans ton combat, j’étais l’ennemi. Un ennemi. Un obstacle. Une barrière. Et il s’est dressé entre toi et moi un mur d’incompréhensions. De Parizeau avec son « eux autres » aux restes de la troupe. Tu me parles et je ne t’écoute plus. Je te parle et tu m’ignores. Je n’existe pas vraiment pour toi. En ce qui me concerne, j’ai choisi d’être ici, comment saurais-je t’ignorer? 
Je n’existe pas pour toi. Sauf quand tu constates que ta couleur perd de son monochrome, des nuances comme des anomalies, des ajouts et déformations dans ton décor.
Tu m’ignores. Sauf quand tu as besoin de te rappeler de ton identité, dans laquelle je ne suis pas invité, parce que je ne suis pas aussi blanc que neige, et que mes ancêtres n’ont pas débarqué d’un navire, il y a quelques siècles.
Cette identité que tu me reproches de te faire perdre.  Parce que mon frère est musulman, que sa femme porte un voile, que ma sœur est asiatique, que mon autre frère est un anglophone.
Tu m’accuses de souiller tes valeurs avec ma culture, mes accommodements « déraisonnables », mon racisme anti-blanc, mes gangs, mon habillement, mon articulation. Et que sais-je encore. Je suis un problème, je suis venu ici pour être une solution. 
Tu as sans doute raison, je souille tes valeurs. D’où je viens, la pureté de la race a quelque chose de foncièrement malsain.
Et ce n’est pas seulement parce que nous fûmes une colonie allemande. J’ai donc besoin de me mélanger à autrui, de le prendre dans mes bras, de rire aux éclats, de pleurer avec lui, de lui prêter mon épaule quand il a besoin d’appui, de danser parce que tous les deux nous sommes heureux, de me poser sous l’arbre à palabre pour résoudre nos problèmes, et partager la kola de la fraternité.
D’où je viens, il y a aussi la haine, mais tu verras qu’au fond c’est plus complexe, et que dans bien des cas le néocolonialisme n’est jamais loin.
Oui, nous avons aussi la haine, l’être humain peut comme partout ailleurs cessé d’être humain. Tu as connu ça aussi.  En es-tu totalement, définitivement, guéri? 
Je te souille Québec, je suis tactile, l’autre dirait comme un iPhone.
Toucher pour moi c’est partager une chaleur. En ce temps qui refroidit vite, s’approcher, se serrer, se coller, ne peut que nous faire le plus grand bien. Qu’en dis-tu? 
Je ne suis pas fédéraliste. Je ne sais rien du reste du Canada, je ne connais que toi. Je suis allé plusieurs fois à Ottawa, j’ai aimé les musées. La politesse des automobilistes. C’était bien. Et je suis revenu. J’habite chez toi. Quelque part en campagne. Près d’un de ces villages dont le pittoresque me ravit tellement.
Vois-tu, mon Québec n’est pas Montréal.
Il est les immenses étendues de champs de maïs, la vue des vaches, l’expressivité des farmers, le rudimentaire, le dépouillé ou comme certains le diraient l’épuré, le calme, et l’attitude de toutes ces personnes pour qui je suis le premier vrai contact humain avec une réalité cathodique, médiatique dans laquelle l’on me présente comme un (gros) problème (très) dangereux.
Elles ont naturellement une attitude de chien de faïence. Les importés font souvent cet effet.
Mais, tu sais, j’ai appris à faire avec, je les comprends, et avec le temps – moi allant vers eux et eux avançant vers moi – les peurs disparaissent. L’humanité peut faire place. Je deviens leur voisin, leur ami, leur frère. C’est cela le Québec, c’est ce que tu es. Un peu dans la rencontre entre l’Autochtone et l’Immigré français. T’en souviens-tu? 
Mon cher Québec, tu me plais tant. Certes, il y a des mauvais jours, mais je ne veux me souvenir que des bons.
Car toi et moi c’est une histoire qui ne date pas d’hier et qui ne s’arrêtera pas aujourd’hui. Même si tes nombreux enfants voudraient que ce soit le cas. Un divorce. Pas à l’amiable. Une rupture. Pas forcement sympa.
Toi et moi nous savons qu’il n’en sera rien.
J’ai autant besoin de moi que toi de moi. Comme dans tout couple qui veut être ensemble et qui fait le nécessaire pour gérer les écueils. Si nous nous quittons c’est que l’un de nous aura répondu par la négative à la terrible question: veux-tu encore de moi? 
Québec. Dis-moi oui. Aujourd’hui et pour toujours.
Oui comme le premier jour. Quand tu m’as offert ton certificat de sélection parce que tu me jugeais qualifié et digne de toi. Quand tu m’as dit: voilà mes valeurs communes et elles ne sont pas négociables, tu jures de les respecter? Oui, je le jure. Alors signe en bas et bienvenue.
Je n’étais pas encore à Pierre-Eliott Trudeau, je savais à quoi m’attendre, le cadre de notre relation était clair, le respect et l’égalité.
Te souviens-tu de toutes ces exigences que je devais remplir pour être avec toi? Le français, les études universitaires, l’expérience professionnelle, la moralité, la santé. Tu m’a choisi selon tes critères et tes besoins, je me sentais privilégié. Surtout parce que de toutes les conditions d’immigration tu as l’une des politiques les plus sévères au monde. Tout le monde ne peut être ici. Tu le sais. Ou tu devrais le savoir. 
Il faut être un importé pour imaginer ce que cela demande d’être ici.  Et pour que tu dises oui.
Je me rappelle que ma tante avait un jour balancé au visage de ma mère cette expression cinglante: La France… La France… On s’en fout de la France… Être accepté au Canada, voilà ce qui est formidable! Ma mère n’avait pas répondu. J’ai réalisé le formidable. Je suis québécois. Depuis 2012. J’ai l’impression que ça fait plus d’une décennie. 
Tu ne te rends pas compte de ce que cela représente d’arriver au bout de ton parcours d’admission. Humainement. Financièrement. Les seuls pauvres qui sont chez toi sont des réfugiés. Et encore. Pour les autres comme moi, il faut être un peu riches. Ou plus que la vaste majorité qui cogne à ta porte. Du moins au départ. 
Et lorsque j’entends tes enfants trouver que être ici c’est chose facile, prétendre que tu es laxiste, dans tes critères et tes choix, je veux bien leur répondre Mais de quoi parlez-vous? Avez-vous essayé d’immigrer au Québec? Tabarnak! 
Je ne dis rien. Je laisse faire. A quoi cela servirait-il? Il faut savoir choisir ses batailles, certaines sont perdues d’avance.
Tu comprends ainsi pourquoi les importés dans leur vaste majorité, souvent de la première génération, n’accepteraient pas qu’il t’arrive du mal.
Et ne voudraient pas te transformer en ce lointain qu’ils ont quitté. Là-bas ce n’est pas le paradis. Ici non plus. Seulement, ici c’est l’avenir qu’ils se sont choisis. Et l’avenir n’est pas le passé. La souche. Les origines. 
C’est vrai que je te change, c’est vrai que je n’aime pas la poutine, que je ne partage pas ton amour américain du barbecue, ta passion des « trucks », du hockey et des Canadiens de Montréal.
Je suis soccer, football comme on dit d’où je viens. J’ai des préférences plus modestes. J’écoute peu Eric Lapointe, j’ai essayé, mais ce n’est pas mon truc. J’aime « La complainte du phoque en Alaska », « Mes Aïeuls » de Desgénérations, « Je veux tout » d’Ariane Moffatt, « Caméléon » de Salomé Leclerc, « Les ex « de Ingrid St-Pierre.
J’aime aussi les musiques. J’écoute de tout. Africain, français, américain, asiatique, arabe, classique, jazzique, et Céline. Hier ou avant-hier, en accompagnant ma plus grande à l’école, dans la voiture j’ai mis en mode repeat « Zora sourit ». Et ma grande a eu le sourire. J’étais heureux, comme un enfant. Céline, c’est ma première vraie rencontre avec toi. J’étais un peu plus vieux que ma grande, mais le sourire était le même.
Tu ne te reconnais peut-être plus Québec. Parce que tu n’es plus si blanc que ça. Parce que ton crucifix trône à l’assemblée alors que tu te dis laïque et quelques fois athée. Parce que ton noël que je célèbre avec mes deux princesses peut créer un malaise chez certains de mes frères. Parce que des gens agissent comme ils agissent, et que cela te frustre et t’épouvante. Tu sais, j’ai connu ici des caves, des gens bizarres, des personnes brillantes, des individus exceptionnels.
Les caves ne m’ont pas fait oublier ces autres-là. Je ne peux pas mettre tout le monde dans le même sac. Les caves sont ultra minoritaires. Toute généralisation est imbécile. Québec, pourquoi fais-tu si souvent l’imbécile? 
Regarde-moi Québec, regarde-moi et toute cette immense majorité de ceux qui comme moi n’en ont absolument rien à cirer de tout ça, qui vivent tranquillement, calmement, qui parlent parfaitement ton français et cet anglais qui t’énerve, qui paient leurs impôts ici, et qui font ce qu’ils peuvent pour apporter leur contribution, discrète, loin des caméras, au bien-être général. Commun.
Je voudrais que tu me dises oui, Québec.
Oui à l’ouverture de tous ces ordres professionnels corporatistes qui me laissent hors du système alors que je pourrais t’apporter davantage. L’ouverture pour tous ces employeurs qui ont des préférences blanches ou de « souche ».
L’ouverture pour tous. Qu’importe son origine, sa couleur, sa différence. L’ouverture a la compétence, à la personnalité, à la confiance, au vivre-ensemble. L’ouverture aux imprégnations culturelles, sociales, humaines.
L’ouverture. Est-ce trop te demander? 
Ce matin, j’ai lu les journaux. On parlait un peu de moi. Dans le débat des candidats à la chefferie du Parti  Québécois. Je ne m’y suis pas attardé. Il parlait de quelqu’un d’autre.
Par contre, j’ai vu ce titre: « 27% des diplômés sont des analphabètes fonctionnels ». Je suis resté sur le cul. Pardonne ma vulgarité. La réalité est vulgaire. Obscène. 27%.
Je me suis dit: le Québec a un (sérieux) problème. Et ce n’est pas les « importés ». Ni le voile « islamiste ». A un moment, il faut commencer à parler des « vraies affaires ».
 
Québec, tu dis aux gens, « faut faire du cash », c’est le plus important. Oui, mais le « cash »c’est « cute » pour se pavaner dans son beau « char », son beau « condo », ses « beaux vêtements », ses « voyages dans le sud », le « party », les « apparences », mais au final on reste toujours pauvre, puisque l’on est ignorant et limité. 
 
N’as-tu jamais remarqué que tes « riches » (ceux à partir de la « upper middle class » – la classe moyenne supérieure) sont très instruits? Ceux de la grande bourgeoisie? Ceux de l’aristocratie financière? 
Le « cash », le vrai, est d’abord celui d’une solide éducation scolaire (fais un tour du côté des conseils d’administration, des soirées d’affaire prisées, tu y verras des MBA de HEC, des Master de McGill, des polytechniciens, des PhD de l’université de Montréal, etc. – ils ne sont pas nombreux, c’est une petite caste – qui rient souvent un peu de tous ces « nouveaux » riches traités comme des « incultes », rabaissés à de l’arrivisme). 
Tu me diras, les gens se font du « cash » dans le tiers-monde, font de belles carrières, et ont une belle piscine creusée. Tu auras raison. Sauf que, ça reste le tiers-monde. 
M. Bélanger dans le Journal de Montréal dit qu’il faudrait revoir la communication publique, la rendre accessible, c’est-à-dire que « l’on n’est pas obligé d’utiliser des mots de cinq syllabes, surtout si on veut se faire comprendre« .
En gros, mon Québec, M. Bélanger te dit : « Tu es un analphabète fonctionnel. Ce n’est pas grave, le monde doit juste s’ajuster à toi, baisser d’un cran le niveau. Le monde doit avoir un français accessible, toi t’es correct. » C’est comme cesser d’être bipède et se mettre à quatre pattes parce que son enfant a de la difficulté à apprendre à se lever. Le nivellement par le bas.
Québec voilà ce que l’on te propose, de te maintenir dans ta pauvreté, du français, de ta conscience citoyenne, dans ton inculture. Et ce n’est pas un importé qui le veut. C’est pourquoi ça passe mieux. 
Qu’une partie des diplômés soient analphabètes ne me surprend guère Québec. Toute personne qui a été aux études ces dernières années, ou qui a enseigné, le sait. Le niveau est bas. Très bas. Pour moi l’importé c’est souvent désespérant la « flexibilité » qu’exigent les étudiants et que les professeurs leur accordent.
Les rares qui tiennent le bout, qui tentent de maintenir une « qualité universitaire » minimale reçoivent les pires commentaires et évaluations des étudiants. Ils ne sont pas populaires, ils sont responsables. 
Mais, la faute n’incombe pas uniquement aux étudiants mon Québec mais aussi aux parents.
Parce que souvent ceux-ci ont un niveau moyen ou bas, et qu’ils trouvent que malgré cette insuffisance, socialement ils s’en sortent pas mal (ou qu’ils auraient pu être pire). Le manque d’ambition. La satisfaction de la médiocrité. Je suis dur Québec, c’est parce que je suis triste.
Des parents qui ont abandonné ou démissionné, parce qu’ils sont à la fois des nombrilistes tendance laissez-faire et profondément hédonistes.
Les enfants sont des produits de leurs parents. Recyclent comme ils peuvent ces valeurs-là et reproduisent cet univers de références. En bout de ligne, Québec, des analphabètes fonctionnels. Ignorants. Limités. Et c’est ton avenir. 
Mon très cher Québec, je pourrais me taire et faire comme les autres, gagner du « cash », le placer ailleurs dans des endroits sûrs, prendre des mesures au cas où tout pétera, et m’offrir la belle vie en m’indifférant de cette tragédie.
Je pourrais me dire que moi l’importé ce n’est pas mon rôle ou dans mon intérêt de te dire tout ceci. Je pourrais m’effacer pour ne pas trop déranger tous tes enfants que ma présence agacent. Et te laisser te démerder tout seul. 
Je pourrais. Mais je ne le fais pas.
Parce que je t’aime.
Ce n’est pas rationnel.Ce n’est pas logique.  Ce n’est sans doute pas intelligent. C’est le cœur. 
Bordel. 
23757_516756971677983_1007391304_n

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s