Hiver


Des incertitudes qui ébranlent

Des vérités qui inquiètent

Autant qu’elles s’échappent

Autant qu’elles nous échappent

 

Des angoisses qui terrorisent

Des différences qui séparent

Autant qu’elles divisent

Autant qu’elles nous divisent

 

Des froideurs qui brûlent

Des obscurités qui brillent

Autant qu’elles possèdent

Autant qu’elles nous possèdent

 

Des parfums qui puent

Des puanteurs qui enivrent

Autant qu’ils asphyxient

Autant qu’ils nous asphyxient

 

Des regards qui louchent

Des yeux qui s’aveuglent

Autant qu’ils aveuglent

Autant qu’ils nous aveuglent

 

Des mots qui se vident  

Des paroles qui se remplissent

Autant qu’elles tranchent

Autant qu’elles nous tranchent

 

Et les pluies acides

Météores

S’écrasant sur une terre râpeuse

Font des cratères comme nos gueules béates

Géants et de gruyère

 

Et ces larmes de flocons

Arrosant

Les fleurs mortes

De nos cœurs en acier inoxydable

 

 

 

Publicités

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s