Le Poids du Destin..

Lutter contre les vents contraires.. Aller à contre-courant.. Descendre dans les caniveaux.. Pour ressentir le nauséeux.. S’oindre de détritus.. Et avancer nu dans le monde.. Prendre les fruits du crépuscule.. Pendre les fleurs de l’aube.. Regarder la nuit dans les yeux.. Recouvrir la vue dans l’obscurité.. Et avancer nu dans le monde..

Griffonner quelques espérances.. Les raturer ensuite jusqu’au sang.. Sang séché étalé sur un désert blanc.. Blanc sale blanc immonde blanc coupable.. Et avancer nu dans le monde..

Cogner aux portes hermétiques.. Dire le sésame en une langue étrangère.. Attendre ce que l’on sait déjà.. Que les portes ne s’ouvriront pas.. Rester là une éternité.. Un peu plus.. Aussi longtemps qu’il ne faut.. Seul.. Avec soi-même.. Et avancer toujours nu dans le monde..

Puiser dans des mots anorexiques.. Les sentiments obèses.. Qui alourdissent le cœur.. Plombent l’âme.. Tenter de les ravaler.. Puis les vomir sur la face de l’existence.. Et avancer encore et toujours nu dans le monde..

S’arrêter un moment au milieu de rien.. Contempler l’étendu du désastre.. Sentir le vent acariâtre.. S’élever devant soi.. Humer les tempêtes à venir.. L’odeur de sueur de larmes de sang.. Saisir un bouclier d’argile.. Et avancer plus encore au-delà de l’horizon Nu dans le monde..

 

2004..

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.