Prévert

Le paon fait la roue. Le hasard fait le reste. Dieu s’assoit dedans, et l’homme le pousse, jusqu’au bord du précipice. Dieu ne dit rien, il en a vu d’autres.

L’homme s’allume une cigarette rouge comme l’enfer. Il a une tête à s’appeler Jacques, mais lui préfère Friedrich. Ça fait moins con.

L’homme finit sa cigarette, et précipite Dieu dans sa chute. Dieu examine le néant abyssal. Il s’y sent comme chez lui. 

En bas de la falaise, on entend un corps qui achève sa course sur les récifs. Et les vagues, de paroles, dévorent ce qui reste.

Dieu revient s’asseoir dans son fauteuil. La mer est à perte d’horizon. Il étouffe un bâillement, tout ça est d’un ennui. Et publie un statut sur un réseau social.

Viens de crever l’Homme

Les étoiles likent, les anges commentent. Le désespoir assis sur un banc, public, sans personne avec qui se bécoter tweete. Certains font des paris stupides. D’autres, comme les belles familles, ne savent plus compter. Les etc. assistent à un dîner de têtes. Avec beaucoup d’accent grave, plusieurs récitent des Pater Noster, ne sait-on jamais. Et Barbara, qui est comme elle est, ne reviendra pas. 

 

CVT_Paroles_8071

4 réflexions sur “Prévert

  1. Bon jour Dave,
    J’allais écrire : « Amen », mais bon est-ce raisonnable sur ce texte d’une si belle facture ?
    En tout cas merci pour ces mots dont l’assemblage est celle d’un Maître Orfèvre.
    Max-Lpouis

  2. Pingback: La Rouge & Le Noir – Les 50 Nuances de Dave

  3. Pingback: Leïla – Les 50 Nuances de Dave

  4. Pingback: Audrey Été – Les 50 Nuances de Dave

Ce site vous est proposé par WordPress.com.