Concerto de soupirs..

Concerto de soupirs qui s’étirent à l’infini entrecoupés de soubresauts, je suis le chevalier d’aquitaine qui traverse mille fois votre Achéron, liqueur éthérienne s’échappant de vos lèvres gonflées de plaisir..

Je m’appelle le ténébreux, dévalant chaque pente de votre instrument, les mains serrant à l’oppression vos monticules figées, j’éperonne votre courbe callipygée en écoutant doucement votre souffle balayé le silence..

Voyez vous le monde qui se retient et qui nous acclament, de votre langue qui s’empare de mon caducée, et des flocons de neige prêtent à tomber en plein automne..

Que vos chaleurs soient solaires, qu’ils incendient l’univers trop étroit pour contenir vos explosions, seules vos brûlures ont de sens pour mes sens, je plonge en apnée dans votre instrument corporel, je brasse vos eaux qui se mêlent aux miennes, vous devenez ma lave en fusion..

 

2000..

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.