Ne t’en va pas cent mois

Les silences de nos instants

Plombent mon existence toute entière

Encore plus fragilisée

Encore plus austère

J’ai un manque de toi profond

Violent

Qui me conduit doucement vers la folie

Les moments du bonheur sont des chimères

Que j’ai vues passer au loin sans jamais essayer

De

Tout ce que j’aurais dû

Le souvenir d’un départ amer

Je n’ai pas grand-chose qui m’attend ce soir

Ni plaisir

Ni délire

Ni ton parfum

Ni ton regard

Ni ton sourire

Je n’ai que mes pensées pour rêver aux milles choses que toi + moi ne ferons plus

Des pensées qui vont dans tous les sens pour mieux se perdre

Pour oublier que chaque soir je pleure la chaleur de tes baisers

Passionnés et insatiables qui semblent dire : encore et toujours !

Là où tu es mon ange souviens-toi du cœur

Qui bat un peu trop pour toi

Et qui croit que quelques fois

Que même si un monde est posé entre nous

Nous continuerons à nous aimer comme des fous

Jusqu’à la fin

Notre faim

Je saurais résister au froid et aux chaleurs des corps voluptueux

Je saurais m’abstenir et garder le meilleur pour toi

Mais je t’en prie

Ne t’en va pas cent mois..

2 réflexions sur “Ne t’en va pas cent mois

  1. Pingback: Viens m’embrasser – Les 50 Nuances de Dave

  2. Pingback: Reset – Les 50 Nuances de Dave

Ce site vous est proposé par WordPress.com.