Me Jedi & Padawan

Bande sonore : Caméléon – Salomé Leclerc.

Hier, Luc m’a dit qu’il se préparait à donner un séminaire à de nouveaux Padawans. Luc m’a eu comme Padawan il y a quoi trois quatre ans, je ne sais plus. Je lui ai répondu que les futures Maîtres Jedi ne savaient sans doute pas, peut-être pas, la chance le privilège et l’honneur qu’ils avaient de l’avoir pour Guide. Luc a été, et je l’ai si souvent dit ici dans ce lieu étrange qu’est ce blogue, un de mes Maîtres Jedi. Avec lui, il y a eu Patrice, Katia, Kristie, Dominique, Robert, et tant d’autres. Luc, Me Jedi, n’était pas un dieu au milieu de nous autres mortels. Me Patrice, Me Katia, Me Kirstie, Me Dominique, Me Robert, et tant d’autres, n’étaient pas des dieux parmi leurs mortels d’étudiants; Ni roi-soleil ni reine de saba. Des mortels guidant d’autres mortels sur les chemins si périlleux, si difficile, si exigeant, du savoir et de la connaissance, mais surtout et peut-être avant tout de l’humaineté. Être un Me Jedi, c’est faire découvrir, apprendre à découvrir, apprendre à apprendre à découvrir, apprendre aux autres à utiliser au mieux de leurs capacités toute la puissance de l’humaineté. L’humaineté, voilà la Force. Pas le savoir et la connaissance qui ne sont que des outils. Pas la carrière, le titre, l’étiquette sociale, le présentoir, etc. Et tous ces Me Jedi, toutes ces Me Jedi, à la fin de chaque session, nous ont regardé partir à l’aventure de la vie, prendre les chemins si périlleux, si tortueux, si difficiles, de nos destinées, en nous disant : Que la Force soit avec vous. Jeunes Padawans. 

Luc n’était donc pas dieu, jamais placé haut sur un piédestal, d’aucune façon que ce soit. Il n’a jamais fait ressentir à ses jeunes protégés qu’ils n’étaient rien du tout, Luc n’a jamais eu besoin pour compenser un truc qui clochait chez lui, dans son intériorité,  en humiliant, en martyrisant, en se faisant idolâtrer, en montrant qu’il pissait toujours plus loin que tout le monde, et en montrant qu’il en avait une énorme dans le pantalon. Ce qui disait qu’il pouvait croire que tout le monde sauf lui dans la salle de cours n’était pas son égal – c’est-à-dire : dieu, le père, le fils, et le putain de saint-esprit. Avec Luc, les Padawans n’étaient pas réduits à la poussière, à absolument rien ou à peu de choses. 

Luc n’en a jamais eu rien à cirer d’être défié et d’une manière comme d’une autre de vouloir être déifié. Luc arrivait et transmettait son savoir sans recourir à tous ces subterfuges ridicules qui veulent montrer tout ce que l’on a de gigantesque dans le caleçon : vocabulaire pompeux, phrasé trop recherché, trop d’artifices et une excessive pédanterie, concepts boursouflés, théories ampoulées, lectures obligatoires obèses avec un nombre surélevé de pages juste pour le bourrage et qui n’apportent fondamentalement rien de substantiel, trop de narcissisme avec un trop-plein de Moi. Etc. Luc n’a jamais souffert d’un quelconque complexe, d’infériorité, de supériorité, ou du moins il ne l’a jamais montré.

Un Me Jedi n’a pas à se montrer infaillible ce qui serait contraire même à l’humaineté qu’il apprend au Padawan. Il n’a pas à projeter ses propres névroses angoisses anxiétés troubles mentaux ou que sais-je encore, sur son Padawan. Le Padawan sait que son Me Jedi est fait comme lui de chair et de sang, qu’il est profondément mortel, qu’il peut faillir, qu’il peut trébucher, qu’il peut ne pas savoir. Le Padawan sait que son Me Jedi n’est pas parfait, comme lui, que personne ne peut l’être – parfait. Et qu’il est même absurde de vouloir l’être, que ce qu’il importe c’est de ne jamais cesser de se voir et d’avancer en apprenant de ses chutes, de ses failles. Le Padawan en regardant son Me Jedi faillir apprend une leçon importantissime de la vie : l’humilité. Le Me Jedi en étant imparfait sans le vouloir, naturellement, inculque un principe fondamental de l’existence à son Padawan : Beaucoup encore il te reste à apprendre.  

Luc, comme les Me Jedi susmentionnés, habillé de l’ordinaire transmettait l’extraordinaire. Les Padawans étaient mis sur les chemins de découverte de la Force; ils l’expérimentaient, s’expérimentaient, chutaient, doutaient, devenaient fous, passaient par toutes sortes de crises et de paniques, de colères et d’angoisses, de questionnements et de remises en question, puis finalement à la fin du de la session se savaient totalement transformés. Luc, Me Jedi, aussi. Comme le dirait Yoda : Toujours par deux ils vont. Ni plus, ni moins, Le maître et l’apprenti. Luc, Guide, Me Jedi, enseignait.

De nos jours, j’ai souvent cette impression que certains professeurs n’ont pas ce qu’il faut pour enseigner, ils n’ont rien de Me Jedi. Leur place est ailleurs que dans la salle de cours. Parce que dans une salle de cours, ils trahissent tout ce qu’est l’enseignement. Et les Padawans dans  la salle ont beaucoup de chance d’être irrécupérables. Enseigner n’est pas seulement instruire, ni même éduquer, c’est révéler et guider. Révéler le Pandawan à soi-même, le guider dans cette révélation. Se révéler en tant que Me Jedi et envisager un autre chemin. Instruire et éduquer viennent se greffer à cette philosophie, en ce sens ils sont des modalités de quelque chose de plus essentiel. Du moins, c’est ce que j’ai appris avec Luc, Patrice, Katia, Kirstie, Robert, François-Xavier, Dominique, et les autres. Me Jedi.

Tout le monde n’est pas fait pour être un Me Jedi. Certains professeurs ne devraient pas être obligés de descendre de l’Olympe et de se retrouver parmi les mortels étudiants. Ils devraient être laissés sur leur piédestal olympien, surtout pour le bien des Padawans, et sans doute de l’humanité. Et, je crois, qu’il faudrait peut-être que l’on commence à envisager l’enseignement non pas comme une carrière ou une obligation de carrière, trouver d’autres façons de permettre à de tels professeurs olympiens de poursuivre leur ascension sans qu’ils ne soient contraints de descendre sur terre, de fréquenter des mortels, des mortels d’étudiants. Vraiment. Mais, je dis comme ça, je ne dis rien.

 

img_9797

 

Hier, Luc, mon ancien Me Jedi, devenu mon Ami et Frère, m’a envoyé un message-texte pour me dire que notre prochain G2 sera poulet d’Afrique. Il a découvert un restaurant africain qui fait griller le bipède un peu platonicien – en reprenant la raillerie de mon inestimable Diogène de Sinope  – comme même la péninsule ibérique ne saurait braiser. Un bipède débarassé de ses plumes, cuisant tendrement sur du charbon, épicé comme il se fait sous les tropiques, j’ai fait : Cocorico. Cela me changera du goût sucré de la bouffe québécoise, épice ketchup partout, même dans la salade, sans parler de l’eau. J’ai fait : Cocorico. La crête rouge dressée sur le coco, en direction du soleil levant, tendu comme une érection après avoir maté un selfie avec énormément de filtre instagraméen de Karlita.

Karlita me lit tout le temps, elle fait trop de gymnastique pour que je ne le sache pas. Trop d’orgueil ou d’ego, je ne sais pas. Peut-être juste la connerie de l’être humain ordinaire. Karlita n’est pas la seule, il y en a tant d’autres. Karlita n’a pas changé. Cela m’attriste un peu. L’ego et l’orgueil, la connerie devenue si ordinaire comme nos contes quotidiens de la folie, m’attristent et m’affligent. Nous sommes tous des êtres humains, nous recherchons tous d’être vus, reconnus, d’être acceptés, d’être guidés, par les Autres; C’est naturel, c’est dans notre nature même d’Humain. Alors, si nous le sommes, les Autres aussi; de telle sorte que faire semblant de s’indifférer des Autres, leur donner l’impression qu’ils ne sont ni rien ni pas utiles, est quelque chose pour moi de stupide et donc d’inacceptable. Vous ne l’accepterez pas si vous étiez traités, vus, reconnus comme ça, vous l’avez sans doute déjà vécu, alors pourquoi n’avez pas appris, pourquoi perpétuer le cercle vicieux de cette connerie. Je ne comprends pas. Je n’ai jamais compris. Et l’on s’étonne que je préfère ma caverne, ma grotte, mon monastère à toute cette connerie du monde extérieur.

Je regarde Karlita faire son truc, je Piaf, et je laisse Carol-Ann venir dans ma grotte pour que l’on pousse la chansonnette bohème aznavourienne en réinterprétation pute nymphomane. Quelques fois lorsque je regarde Karlita, je me demande simplement à quel moment l’adulescence lui passera. Elle la presque trentenaire attendra t-elle la soixantaine pour apprendre simplement à la fois à être vraiment elle, à prendre le risque d’être elle ou comme je le dis souvent à saisir l’opportunité d’être elle, à se montrer comme elle est vraiment, à arrêter les puérilités et à sortir du cercle vicieux de la connerie. Je ne sais pas. Et je me demande même pourquoi cela me préoccupe autant. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi les Autres me préoccupent autant, pourquoi j’ai ce souci d’Eux. Quelques fois, j’ai le sentiment de les aimer plus qu’ils ne s’aiment ou ne veulent être aimés. Au fond, c’est sans doute moi le problème. 

Je ne sais pas si Karlita un jour sortira de l’adulescence, ou du cercle, je ne sais pas si les Autres qui lui ressemblent beaucoup le feront un de ces quatre. En même temps, peut-être, ils sont tous ou elles sont toutes bien et heureuses / heureux là-dedans. Si c’est le cas, mea culpa. Je m’excuse sincèrement. Je vais cesser de m’en faire. Désolé pour tout. Bises. 

C’est peut-être parce que je m’en viens (trop) vieux. Grand-père gâteux, mononcle vieillissant. Peut-être. C’est sans doute vrai.

Karlita et moi, nous avons quelques pages à écrire ensemble. J’ai toujours eu cette sorte de pressentiment. Un truc inexplicable. Il y a des gens comme ça que vous rencontrez dans la vie, et vous avez ce truc qui vous dit que malgré l’au revoir que vous échangé après un bref moment partagé ensemble, ce n’est pas la fin de votre histoire. Vous ignorez comment cela se poursuivra, vous ne savez pas comment cela arrivera, vous vous trouvez même un peu ridicule, mais après plusieurs mois ou plusieurs années cela arrive. J’espère que cela arrivera avant que je ne devienne totalement sénile. Je vieillis vite, plus que la normale. Je commence vraiment à fatiguer. Je ne vivrai sans doute pas longtemps, je ne serai sans doute pas centenaire, c’est peut-être pourquoi j’ai souvent eu l’impression de vivre et d’avoir plusieurs vies. D’être trop souvent pressé par le temps, l’horloge. Cela explique sans doute pourquoi je n’ai jamais été capable de me projeter dans l’avenir. Ce pressentiment terrible que la montre tourne. J’aurai sans doute une mort naturelle qui viendra plus tôt que la normale, c’est pourquoi je vieillis plus vite que la normale. Tic tac. Tic tac. J’ai le sentiment d’avoir plus de cent ans. Comme le dirait Yoda : La mort est un élément naturel de la vie, réjouis-toi pour tous ceux autour de toi qui retournent à la Force.  Quand j’aurai rejoins la Force, organisez 120 Journées de Saturnales. S’il vous plaît. 

Karlita n’a jamais rien compris à Dave. Caméléon ou évanescence. C’est qui ce vieux, Dave. I don’t know comme dirait Socrate.  Mirage ou illusoire. Authentique ou metteur en scène. Sensible ou iron man. Ouvert ou fermé. Clair ou illisible. Circoncis Concis ou trompe pendante généreux. Big cock ou micropénis. Cock ou coke. Dealer ou pute. Nymphomane ou Jésuite. Classique ou metal rock. Livre ou cinéma. Missionnaire ou moine tibétain. Doggystyle ou chevauchée wagnérienne. Doigt dans le cul ou langue collée au cul. Couilles rasées ou kinder surprise. Excès ou etc. C’est qui ce vieux jeune ou ce jeune vieux, Dave. I really don’t know comme dirait Camille. Luc me disait dernièrement que l’un de mes problèmes c’est que j’intimide les gens, que certaines personnes peuvent se sentir en situation de vulnérabilité face à moi, un truc dans la présence, le regard ou que sais-je encore. Quelques fois, tu incarnes une menace, Luc disait à son éternel Padawan que j’avais encore à apprendre de moi pour comprendre les Autres. Les comportements, les attitudes, les choses banalement humaines. Luc continue toujours à m’enseigner et à me guider. Je n’ai pas toujours conscience de ce que je peux dégager et je m’en excuse. Je n’ai aucune maîtrise là-dessus. Luc m’a dit : Beaucoup encore il te reste à apprendre.

L’autre soir, j’étais invité chez Carol-Ann, elle voulait que l’on passe une soirée ciné-vin et un peu marijuana, tranquille, ensemble, un truc fun et relax, Carol-Ann n’est pas compliquée, elle est reposante. Nous avons baisé, bien naturellement, ce n’était pas reposant, c’était sadique sadien. Mais, ce que j’ai retenu de cette soirée, c’est une phrase prononcée par un personnage de la série The Good Doctor : « Lorsque nous étions  résidents, ‘ai toujours été en compétition contre elle [en parlant d’une collègue medecin], mais j’ai compris qu’elle n’était pas en compétition contre moi, elle était en compétition contre elle-même, c’est pourquoi elle était meilleure que moi ». Cette phrase était simplement lumineuse. Je me suis senti normal, cette phrase m’a normalisé. Je n’ai jamais été en compétition contre les Autres, je n’ai jamais eu ce besoin, et je n’ai jamais compris ce besoin chez les Autres. Mon seul compétiteur c’est moi-même. Et le seul trophée que j’espère gagner c’est triompher de mes propres faiblesses, mes propres insuffisances, c’est arrivé à repousser mes propres limites. C’est en devenant toujours la meilleure version de ce que je suis que je me (re)découvre. C’est en le faisant que je puis aussi comprendre ce que les Autres ressentent, car je suis comme les Autres, si j’ai souffert de mes propres démons, mes faiblesses, mes insuffisances, eux-aussi. Alors si je réussis, je peux possiblement leur être utile. Être son propre compétiteur, c’est un apprentissage de soi, incessant, pas de tout repos, difficile, périlleux, terrible, mais aussi libérateur, c’est apprendre à être libre. Être son propre compétiteur, c’est ne pas livrer la guerre à l’Autre. Comme le dirait Yoda : Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand

Karlita et moi vivions dans de mondes à part. Certains univers ne sont peut-être pas faits pour se rencontrer et s’imbriquer. Vaut peut-être mieux l’apartheid que le chaos apocalyptique. Cela aussi je trouve ça triste. Cela manque de diversité. De métissage ou de mixité. Cela manque de possible(s). 

Karlita, je voudrais te dire, puisque je sais que tu me lis : ton dernier selfie est magnifique. De si grands yeux me rendent aphone. Tes yeux sont des œuvres d’art. Je ne te le dirai sans doute jamais, tu as fermé la porte entre nous comme si tu me coupais la langue. Ce n’est pas si mal, je suis comme tu le sais un peu beaucoup masochiste. Cela dépend des personnes. Du moment. Tu m’as coupé la langue, c’est pourquoi je ne te parle plus. Impossible. J’ai essayé le langage des signes, comme moi il t’est illisible. J’ai essayé de l’écrire, comme moi mon écriture t’est illisible. J’ai même essayé le silence, et tu n’as rien entendu.

Karlita, je voudrais te dire, ton dernier selfie est magnifique : de tels yeux me font penser à Roxane rencontrée dernièrement. Brunette aux yeux bleus, un contraste désarçonnant. Ce truc dans le regard, éclatant sans violenté. Subtil et délicat. En même temps, avec une telle fragilité, au fond de ce regard, cela doit peut-être venir de son âme. Un bleu particulier. Un regard singulier. Que sais-je. Généralement, lorsque je plonge mes yeux dans le regard des Autres, j’ai envie de m’y noyer. Noir, vert, jaune, etc. Océans de toutes les couleurs. Trous noirs, verts, jaunes, etc. de toutes les sortes. Le regard des Autres me fait tomber amoureux d’eux. Quelques fois, les Autres ne me donnent pas accès à leur regard, leurs yeux cachés derrière d’invisibles lunettes de soleil, il y a là un mur infranchissable, c’est triste, et je comprends. Roxane ne portait pas de lunettes de soleil quand on s’est regardés, et ses yeux m’ont tranché vif. 

Les yeux de Roxane, la première fois c’est comme tomber sur un tableau de Michelangelo Merisi da Caravaggio, Judith et Holopherne, je me suis senti décapité. C’était simplement jouissif. Ludewic XVI, le corps comme L’Extase de saint François de Caravage, le cœur en forme de tête arraché du reste par ses yeux-guillotine, j’étais un cadavre aphone. Karlita, la première fois, m’ont fait le même effet, tu le sais, tu l’as lu, tranché vif j’étais foutu.

Karlita, ton selfie m’a fait penser à ce portrait de Gha’a, brunette aux yeux caramel qui fondent sous le soleil brûlant d’une île perdue dans un océan dont personne n’en a rien à cirer – au fond, et c’est dommage. Gha’a sans filtre, ou qui a redécouvert le sans filtre, contrairement à toi Karlita ultra filtrée, est une divine découverte. Gha’a, selfie sans filtre, pure, brute, décapitante. Devant la plèbe à la tronche de Bacchus, David avec la tête de Goliath, je faisais la tête de Goliath, une tête du dernier foutu et si socratique. Le selfie de Gha’a m’a tranché impeccablement. C’était digne dune oeuvre d’art, d’un chef d’oeuvre. Karlita, tu devrais essayer le sans filtre, tu relèverais de l’art. Mais, je te dis ça, je suis reputé d’avoir toujours de goûts artistiques pathétiques.  

Karlita, vois-tu, je ne suis pas un artiste, pas l’âme d’un artiste. Je me tape des regards comme d’autres des sites porno, je me tape des yeux comme d’autres tapent sur des culs, chacun son truc. C’est la diversité. Artistes porno, non-artistes nymphomane des yeux et des regards, tant que nous jouissons tous, cela me va. Et toi Karlita, es-tu plus artiste porno ou non-artiste nymphomane? Dis-moi.

Karlita, je ne suis pas un ange, je l’ai souvent dit je ne serai pas béatifié, et j’espère que non. Tu imagines toutes les hordes de désespérés comme à Lourdes qui viendraient me baiser le cul pour un miracle. Artistes porno et non-artistes nymphomanes. Oui tu l’imagines et te dis que moi anulingue certifié j’adorerai ça. Tu te trompes, toutes les langues ne valent pas mon cul. C’est pourquoi je te le dis comme le christ a balancé à Marie-Madeleine ta langue sera l’une des seules à me lécher le trou de balle. Et la mienne ? Sera-t-elle pour toi une des rares qui conversera avec ton anus que je devine si rose comme une fleur ou si chocolat comme une vraie merde ? Dis-moi.

Karlita. Dis-moi. Toi, l’amoureuse autoproclamée des livres et de l’écriture des mots, j’aimerai lire ton dire. Lécher tout ce que tu sors de toi, de tes orifices, en vers inspirés d’Eduardo Galeano, toi voix du temps qui brise le silence d’un monde désincarné. Dis-moi. Expulse-toi. Ma langue et mes yeux ont ce truc du Garçon mordu par un lézard, le dégoût et l’encore, ce truc Caravage de Méduse la gueule ouverte pour te recevoir. Expulse-toi. Dis-moi. 

 

 

img_9859

 

 

Hier, Luc m’a balancé par message que le poulet nous attendait pour un prochain G2. Un ancien enseignant devenu un frère, un frère Me Jedi. Avec lui, dans une galaxie souvent lointaine, à quelques millions années lumières de la terre, nos G2 sont comme les Saturnales quand je crèverai. L’on prend presque tout ce qui est expulsé par la cuisine du restaurant, nous gueules se goinfrent à la vie et au moment. Sabres lasers rangés quelque part, des frères n’en ont pas besoin.  A la fin de la soirée, la facture fait toujours Cocorico et cela nous fait systématiquement roter. Et l’élève ne dépasse jamais le maître.

Hier, j’ai nettoyé mon profil fakebook, j’ai décidé de ne pas attendre le printemps pour faire le ménage. Je n’ai pas besoin du cercle vicieux de la connerie ordinaire. Je me suis expulsé du cercle. Ego, orgueil, indifférence pour les Autres, le Moi triomphant, l’invisibilité dont on frappe les Autres et qui nous fait tellement mal quand les Autres nous le rendent, le snobisme bête, et tous ces trucs sans intérêt. J’ai nettoyé mon Fakebook des dieux olympiens, profondément mortel j’ai besoin d’être entouré de cette mortalité, de cette humaineté.  D’une diversité qui est en dehors du cercle de la connerie ordinaire. Je vieillis trop vite, je n’ai plus le temps à perdre. Tic tac. Tic tac. Goodbye my lover.

 

 

 

Hier, j’ai fait le ménage, réseaux médias sociaux, et je crois ce n’est pas encore tout à fait terminé. Il y a des choses sur lesquelles j’hésite, j’attends de voir. Et je ne suis pas très patient, je n’ai pas le temps. Plus le temps, d’essayer de saisir ce qui échappe à mon entedement. L’année dernière, j’ai consacré beaucoup à étudier l’Humain pour qu’il me fasse sens. Cette année, je passe tranquillement à autre chose. Une autre étape de l’initiatique apprentissage du Padawan. Cette année, selon mes nouveaux Me Jedi, c’est l’Alien qui est prévu au programme. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Mais qu’importe, je n’ai pas peur. Comme me l’a dit Yoda : La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance. Et lorsque l’on souffre, on est dans les ténèbres. 

Karlita est d’accord.

Bande sonore : This is me – Keala Settle.

Publicités

5 commentaires sur « Me Jedi & Padawan »

Alors?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.