Printemps des Poètes

J’ai entendu le chant des oiseaux qui annonçait le retour du printemps et des beaux jours, le bec ouvert ces poètes déclamaient des vers à la nature lentement ressuscitée, poésie qui réveillait les morts, sonorité qui soufflait dans l’inerte pour qu’il respire de nouveau. Poésie, vent de vie.

Le chant des oiseaux a pénétré par la fenêtre ouverte, et le printemps semblait avoir des ailes. Elle a soufflé de la vie dans la pièce. 

 

img_0121-1

 

La poésie semblait donner à ce qui était resté trop longtemps en hibernation, recouvert d’un suaire blanc, une autre chance d’être, de sentir, de ressentir, de se faire sentir et d’être ressenti. La poésie soufflait la vie dans les morts. La nature, lentement ressuscitée par le chant des oiseaux de retour sur terre, annonçait les beaux jours. 

Ce chant remplissait la pièce, et pour la première fois de mon existence je me suis rendu compte que jamais avant je n’y avais prêté l’oreille. Prêté une oreille attentive à ce chant. Et j’ai compris pourquoi. Ce chant m’a rendu sourd.

3 réflexions sur “Printemps des Poètes

  1. Pingback: Respire pas – Les 50 Nuances de Dave

  2. Pingback: Anulingue – Les 50 Nuances de Dave

  3. Pingback: Érection – Les 50 Nuances de Dave

Ce site vous est proposé par WordPress.com.