Respire pas

T’approches pas mon p’tit, fuis gamine
Je vais te conter l’histoire de l’être humain

Au début y avait quelque chose
Au début c’était déjà pourri
La nature crevait pour que l’homme fasse son chemin
Pis l’homme a évolué avec ses grosses machines
Des coups de marteau dans la gueule pour se faire civilisé
Des routes de contre-sens uniques il s’est mis à tracer
Les missiles dans les cieux se sont multipliés
Et tous les éléments se sont vus exterminés
En deux trois mouvements l’histoire pliée était trouée
C’est pas demain la vieille veille qu’on fera marche arrière
On a même commencé à polluer les cimetières

Il ne faut surtout pas que tu respires, et ça c’est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire

 

bd592db5-ac56-4e78-807f-b3693cdbff7b

 

D’ici quelques semaines on aura bouffé la feuille de chou
Et les petits-enfants de tes animaux domestiques sans plus aucun œil
Serviront d’assaisonnement à la salade que l’on t’aura vendue
Aucun œil en plein milieu du front et quand ils te demanderont
Pourquoi leurs parents comme toi en ont trois
Tu passeras pour un con

Ils te diront comment t’as pu laisser faire caca
Sur leur visage sans plus aucun œil
T’auras beau te défendre leur expliquer tout le blabla
« C’est pas ma faute à moi, c’est la faute aux chiens »
Mais y aura plus personne pour aboyer avec toi
Plus personne avec de l’eau sale pour te laver les mains

Tu leur raconteras l’époque où tu pouvais
Brouter dans le pré comme une vache
Regardant les trains passés
Brouter de l’herbe bourrée de pesticides tranquille dans le pré
Y avait des hommes partout comme toi
Au début du printemps, les poètes fleurissaient

Il ne faut surtout pas que tu respires, et ça c’est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire
Il ne faut surtout pas que tu respires, c’est aujourd’hui que tout empire
Tu vas pas mourir de rire, et pourtant c’est le grand délire

 

a6c1bed1-3c8a-4fbf-9e9b-b0986c446885

 

Le pire dans cette histoire c’est qu’on est des zombies
Bien plus que des esclaves
Quelque part cyborgs shootés aux algorithmes
Ici bien incapable d’être libres
Ici bien incapable de regarder
Le dernier arbre en se sentant coupables
Les centaines de milliers de misérables
En se sentant responsables
Complètement défroqués et toujours assassins

Voilà p’tit, voilà gamine
L’histoire de l’être humain
C’est pas joli joli, et tu connais déjà la fin
T’es pas né d’un vagin mais d’une éprouvette
Qu’on a rempli comme une fosse à purin

T’approches pas mon p’tit, fuis gamine
Je vais te conter l’histoire de l’être humain
C’est pas un conte de fée
Au début c’était déjà pourri

 

2 réflexions sur “Respire pas

  1. Pingback: Orgie sentimentale – Les 50 Nuances de Dave

  2. Pingback: Anulingue – Les 50 Nuances de Dave

Ce site vous est proposé par WordPress.com.