Combien de tant

L’ombre de mes yeux, un noir regard
L’ombre de mes regards, comme un repoussoir
Le plaisir érectile, jupons d’un soir
Vivent d’un oubli fragile dans le lieu d’un boudoir

Combien de tant, combien de temps
Si je restais face-à-face sans maux
Sans des errances qui effacent
Combien de temps combien de tant
De moi de fois
Sans boire sans être saoul de toi

L’ombre de mes folies, démences invisibles
L’ombre de mes folies, jouissances imperceptibles
Les maux utiles, sourires illusoires
À tes questions stériles, je réponds dans le noir

 

img_1353

 

Combien de tant, combien de temps
Si je restais face-à-face sans mots
Sans des délivrances qui écrasent
Combien de temps, combien de tant
De moi de fois
Sans voir sans être aveuglé de toi

Ces nuits-là, j’ai de la mélancolie
A ne pas vivre chaque instant de toi
J’ai de la folie pleine de toi
Ivre saoul aveugle de mélancolie
Combien de tant
De toi de fois
Ces nuits-, j’ai bu de toi

L’ombre de mes regards, yeux noirs
L’ombre de mes yeux, comme un repoussoir
Le plaisir tactile, jupon d’un soir
Vivent d’un oubli fragile dans le lieu d’un boudoir
A tes questions futiles, je réponds en te prenant dans le noir

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.