Il est trois heures, Montréal dort

Je suis les feux d’la rue ste catherine
Et la nuit blanche est ivre
Les voyages en métro ont atteint leur destination finale
Les épicuriens dégueulent dans les caniveaux

Il est trois heures
Montréal dort
Montréal est mort

Les coups d’un soir laissent tomber leurs strings
Les corps d’un soir se mettent à nue
Les lumières sont tamisées
Les amoureux s’entremêlent

Il est trois heures
Montréal dort
Montréal est mort

Les tim servent des cafés aux noctambules
Le café a un goût de caniveau
Et sur un boulevard déserté
Des carcasses d’itinérants

Il est trois heures
Montréal dort
Montréal est mort

 

img_1351

 

Les fêtards sortis des bars
Quelques-uns s’en vont faire des bâtards
Sur st laurent des ombres copulent
Sur un bout du trottoir

Il est trois heures
Montréal dort
Montréal est mort

L’stade olympique est un camp d’exilés
Sur le plateau on roupille en écoutant jacques dutronc
Et certains font des rêves érotiques
Leur obélisque bien dressé pointe vers le ciel comme la tour eiffel

Il est trois heures
Montréal dort
Montréal est mort

Les mains traînent entre les cuisses
Les bouches traînent sur les corps
Dans un silence de cimetière
C’est l’heure où jouir prend son sens

 

img_1601

 

Il est trois heures
Montréal dort
Montréal est mort

Entre nuit et ombres
Quelques feux encore allumés
Calme olympien sur des boulevards vidés
C’est l’heure où Montréal est la plus belle

Il est trois heures
Montréal dort
Montréal est mort
Je n’ai pas sommeil

 

Publicités