Les Conneries

T’as connu les conneries, l’enculopopophage économique
Social et toutes les autres félonies, la traite du travailleur-esclave
Le surendettement et le fonds des cartels internationaux
Fmi banque mondiale et autres fonds vautour
Alors t’as des raisons de courir sans retour
Courir, fuir le paysage de gorée et loin de la maison des esclaves
Car si tu t’fais choper n’y aura pas de recours
Ni cour d’appel ni cour tout court
Toutes seront sans oreilles pour entendre tes au secours
N’y aura en fait qu’une seule avec un baobab sur lequel tu seras pendu

Dans cette ère de putainologie où ne vivent que les big boss
Féminins masculins vulves et gosses
Rentabilité déshumanité imbécillité voracité
Rendant inéluctable la mort annoncée
Terre mer et tout le bazar
Les larmes qui coulent de tes artères
N’y pourront plus rien faire
Pendu foutu suspendu foutu
Tic tac, t’es mort

 

img_2291

 

Certains voudraient encore passer leur colère dans un paquet de chips
Ils vivent dans des ghettos et beaucoup dans des townships
D’autres juste braquer le fond des cartels internationaux
Avec les droits humains et autres armes comme des antidotes
Sauf que c’est trop complexe et c’est un effort non-stop
Alors ils oublieront qu’ils ont connu la haine
N’ont pas toujours eu une vie de bohême
Ont dit si souvent fuck la parlotte
Et ont pissé sur la socio-poésie
Sur mic, sur feuille ou sur écran d’ordi
Socio-poésie braillarde qui sauve pas le crevard
Ils vont prendre le paquet de chips
Ketchup mayo bouffer leur colère
Soulever une fesse et péter un bon coup
Socio-poésie, beaucoup trop de vers pour dire des conneries

Par ce présent, y a toujours beaucoup d’actes qui disent tout ce que l’on est serfs
D’autres avec des mots nous ont mis aux fers
Quelques-uns nous ont un peu beaucoup tapé sur les nerfs
Bof, mais bon cela vaut pas un bon paquet de chips
Ketchup mayo si possible un peu barbecue
C’est l’heure du carnage du paquet de chips
Frères et sœurs, enfers de la terre, lucifer et faust
Toi et tous les autres, enfers en alter ego
Refaisons l’holocauste pour magnifier ce millénaire

Quand t’as vu des mecs et des meufs parler
De façon très intelligente de l’élimination d’autres mecs et d’autres meufs
T’sé une barbarie très brillamment expliquée
T’sé que tu peux maintenant mourir en paix
Car à force de descendre bas, si bas,
De creuser la terre comme on creuse une tombe
Ton millénaire a trouvé du pétrole

 

img_1583

 

 

Si t’es encore là parce que celui qui est pendu
N’a pas ta tronche
T’inquiète pas la tienne valsera aussi
Au vent
Sous l’ombrage d’un baobab

Si t’es plus là
La p’tite fille qui s’appelle melissa
Pour qui t’as opté pour le vote
Pour qu’elle ne vive pas ça
La vie de merde, p’tite, malgré ses paquets de chips
J’t’assure pour elle aussi
Ce sera la fin du chapitre

 

Les commentaires sont fermés.

Un site Web propulsé par WordPress.com.