Les Mots, les Choses, leur parti pris & l’archéologie de leur Savoir

« Les adjectifs sont le désespoir du lexicographe« . 

63855-gf

« Les choses y obéissent aux lois de leur propre devenir et non plus à celles de la représentation. Le règne du Discours s’achève et, à la place qu’il laisse vide, l’«homme» apparaît – un homme qui parle, vit, travaille, et devient ainsi objet d’un savoir possible. »

 

 

« «… les escargots aiment la terre humide. Go on, ils avancent collés à elle de tout leur corps. Ils en emportent, ils en mangent, ils en excrémentent. Elle les traverse. Ils la traversent. C’est une interpénétration du meilleur goût… » »

Le-parti-pris-des-choses

« L’huître, de la grosseur d’un galet moyen, est d’une apparence plus rugueuse, d’une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C’est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l’ouvrir : il faut alors la tenir au creux d’un torchon, se servir d’un couteau ébréché et peu franc, s’y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s’y coupent, s’y cassent les ongles : c’est un travail grossier. Les coups qu’on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d’une sorte de halos. 
À l’intérieur l’on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d’en-dessus s’affaissent sur les cieux d’en-dessous, pour ne plus former qu’une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l’odeur et à la vue, frangé d’une dentelle noirâtre sur les bords. 
Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d’où l’on trouve aussitôt à s’orner. »

 

 

« Le diagnostic ainsi entendu n’établit pas le constat de notre identité par le jeu des distinctions. Il établit que nous sommes différence, que notre raison c’est la différence des discours, notre histoire la différence des temps, notre moi la différence des masques. Que la différence, loin d’être origine oubliée et recouverte, c’est cette dispersion que nous sommes et que nous faisons.

[…] Cette matérialité répétable qui caractérise la fonction énonciative fait apparaître l’énoncé comme un objet spécifique et paradoxal, mais comme un objet tout de même parmi tous ceux que les hommes produisent, manipulent, utilisent, transforment, échangent, combinent, décomposent et recomposent, éventuellement détruisent. Au lieu d’être une chose dite une fois pour toutes — et perdue dans le passé comme la décision d’une bataille, une catastrophe géologique ou la mort d’un roi — l’énoncé, en même temps qu’il surgit dans sa matérialité, apparaît avec un statut, entre dans des réseaux, se place dans des champs d’utilisation, s’offre à des transferts et à des modifications possibles, s’intègre à des opérations et à des stratégies où son identité se maintient ou s’efface. Ainsi l’énoncé circule, sert, se dérobe, permet ou empêche de réaliser un désir, est docile ou rebelle à des intérêts, entre dans l’ordre des contestations et des luttes, devient thème d’appropriation ou de rivalité.

[…] L’énoncé est toujours donné au travers d’une épaisseur matérielle, même si elle est dissimulée, même si, à peine apparue, elle est condamnée à s’évanouir. Et non seulement l’énoncé a besoin de cette matérialité ; mais elle ne lui est pas donnée en supplément, une fois toutes ses déterminations bien fixées : pour une part, elle le constitue. Composée des mêmes mots, chargée exactement du même sens, maintenue dans son identité syntaxique et sémantique, une phrase ne constitue pas le même énoncé, si elle est articulée par quelqu’un au cours d’une conversation, ou imprimée dans un roman ; si elle a été écrite un jour, il y a des siècles, et si elle réapparaît maintenant dans une formulation orale. Les coordonnées et le statut matériel de l’énoncé font partie de ses caractères intrinsèques. C’est là une évidence. Ou presque. Car dès qu’on y prête un peu attention les choses se brouillent et les problèmes se multiplient.« 

 

81Dr8tPRPiL

« Archéologie : mot dangereux puisqu’il semble évoquer des traces tombées hors du temps et figées maintenant dans leur mutisme. En fait, il s’agit pour Michel Foucault de décrire des discours. Non point des livres (dans leur rapport à leur auteur), non point des théories (avec leurs structures et leur cohérence), mais ces ensembles à la fois familiers et énigmatiques qui, à travers le temps, se donnent comme la médecine, ou l’économie politique, ou la biologie. Ces unités forment autant de domaines autonomes, bien qu’ils ne soient pas indépendants, réglés, bien qu’ils soient en perpétuelle transformation, anonymes et sans sujet, bien qu’ils traversent tant d’œuvres individuelles. 
Et là où l’histoire des idées cherchait à déceler, en déchiffrant les textes, les mouvements secrets de la pensée, apparaît alors, dans sa spécificité, le niveau des «choses dites» : leur condition d’apparition, les formes de leur cumul et de leur enchaînement, les règles de leur transformation, les discontinuités qui les scandent. Le domaine des choses dites, c’est ce qu’on appelle l’archive ; l’archéologie est destinée à en faire l’analyse. »

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.