Luna Astrale

Bande sonore : Kole sere – Jocelyne Beroard & Philippe Lavil.

Hier, je n’aurais imaginé que je la reverrais habillée comme toujours des splendeurs argentées de la lune. Luna, comme l’écrirait maine de biran dans son journal : « la nuit superbe, les étoiles brillaient de tout leur éclat et la lune jetait sur les montagnes son reflet argenté », elle me recouvre toujours de cette lueur voilée, cet autre feu d’un délicat et d’une poétique à nul autre pareil.

Luna, la lady astrale, en lévitation dans mes nuits, jetant sur moi un regard quelquefois mélancolique, souvent romantique, éclairant mes vers de minuit, est aussi précieuse pour moi que je ne suis que dérisoire pour elle. Dans l’univers, les solaires comme elle n’ont nul besoin des poussières comme moi. Et en fin de compte, c’est mieux ainsi ; les poussières sont des salissures, mélange d’immondices et de fange, qui ne s’élèvent haut que pour souiller l’olympe et ses dieux contre nature (humaine).

 

img_5881

 

Luna n’est dans l’olympe de personne, ni déesse ni mythologie, rien d’autre qu’une amante attendrissante pour tous ces amants de la lune, amoureux timides ou malheureux, qui soupirent sous son éclat en espérant qu’un peu d’elle les rende digne de quelque chose que le rien du tout. Luna m’offre un peu d’elle, et je me sens toujours si peu de choses, ce qui est déjà mieux que rien du tout.

J’ai demandé à luna, si elle voulait encore de moi, elle m’a regardé et m’a dit : « Ton cas ne me laisse pas indifférente », elle s’est penchée un peu m’a embrassé et a murmuré : « Tant d’années ont passé, je vois que tu n’as pas changé ». Il lui est resté sur les lèvres des poussières de moi, salissure sur la lueur argentée d’un feu délicat, je me suis senti un peu beaucoup mal de la souiller ainsi.

 

img_5880

 

Mais luna a reposé ses lèvres souillées sur un bout de poussières, et dans un souffle ardent m’a offert un moment d’éternité : « Moi, je n’aurais pas imaginé, que je te reverrais, collée serrée contre tes meurtrissures, toi mon tendre dante avec qui jamais rien ne dure et ne perdure, viens mon amant de la lune, embrasse-moi encore, ce n’est qu’une aventure, et comme d’habitude tu ne guériras pas ».

Bande sonore : J’ai demandé à la lune – Indochine.

Une réflexion sur “Luna Astrale

  1. Pingback: Ladies & Gentleman – Les 50 Nuances de Dave

Ce site vous est proposé par WordPress.com.