Google Me, fucking shit

En transit dans un aéroport « international », j’ai deux heures trois heures max à perdre, je prends des nouvelles de mon monde, tout le monde est sauf, quelques nouvelles stupéfiantes d’une Lady dont j’ignorais qu’elle apprenait à jouer du violon (ce qui me fait juste un effet out of this world), quelques coups de fils manqués, et beaucoup trop de courriels et de messages (ne vous inquiétez pas je vais bien).

Un message venu d’un monde qui n’existe plus, une connaissance m’a dit qu’elle avait googlé mes deux prénoms et puis était tombé sur des trucs qui datent d’il y a quoi plus de dix ans. J’ai fait l’exercice et je suis consterné par les infos que l’on trouve sur google quand on google son nom ou ses prénoms. C’est du n’importe quoi.

Je t’assure toé qui a fait ce truc je n’ai pas 38 ans comme il est inscrit sur copains-truc-du-passé, quand je me suis inscrit comme partout ailleurs j’ai raconté du n’importe quoi (j’envisageais déjà à l’époque que l’on puisse entrer dans un monde où google serait l’apha et l’omega de l’identité des gens, donc juste pour le fun j’ai raconté n’importe quoi, en fait avec le temps je me suis rendu compte ce n’était pas si fun que ça, car cela est fatiguant de répondre lors de rencards ou autres à des questions sur mon identité factice google, je débande illico presto, cela me fait incroyablement chier).

Donc, pour te dire je suis dans la trentaine, nouveau venu je vais dire. Aussi, tu peux googler et voir toutes les conneries que j’ai pu faire jeune (j’ignorais d’ailleurs que google s’en souviendrait, j’ai sous-estimé le truc) comme je te l’ai dit j’étais un Che, je croyais en la révolution (je faisais et écrivais n’importe quoi – pour ne rien changer). Bordel. Le bel âge.

La connaissance m’a envoyé un lien, j’ignorais que cela existait, j’ai vu ma tronche sur google, pas joli joli, bordel.

 

127c11f5-5e07-42d7-9d6f-43dd9040aaf2

 

Bref, je viens d’apprendre que tu peux me googler et avoir un tas d’infos sur moi, juste te dire que j’ai anticipé le truc il y a dix ans ou plus (pas étonnant, tu me connais déjà), donc « Ne me sors pas un truc qui est déjà sur google comme si tu me connaissais » parce que franchement non seulement on ne baisera pas mais on ne tombera pas en amour.

Voilàaaaa, je tape vite, j’ai pas relu ce texte comme 99% des textes publiés icitte, j’entends appeler dans les haut-parleurs mon vol.

Maintenant, je te dis : « Je vais visiter le Laos et me faire moine bouddhiste, bouffer les trésors dégustatifs d’asie qui sont cette inestimable bouffe de rue que l’on méprise tant dans les chicochicissismes de marde.. bon bref c’est inutile de dire l’absurdité de la condescendance ». 

Bon bref, google-moi et fucking shit. Et surtout « fucking été » je te souhaite, on se revoit dans deux mille ans, le temps que cette chaleur se calme un peu, t’sé que l’automne et l’hiver sont mes saisons préférées. Sooo, je te souhaite une : « Baise comme il faut même s’il fait trop chaud pour« . On se reparle si t’as survécu au truc. 

 

ed6dbe1b-d7bd-4cb6-93f2-1a0e45e12897

Une réflexion sur “Google Me, fucking shit

  1. Pingback: Le Souci de Toi – Les 50 Nuances de Dave

Ce site vous est proposé par WordPress.com.