My Name is Doesn’t Matter

 

 

Ce midi, audrey m’a rejoint pour partager un moment café. Audrey a débarqué lorsque j’étais entrain de griffonner un truc sans importance dans mon carnet de notes, quelques descriptions de passantes dans la rue, audrey m’a vu et a lâché : « Toujours entrain de saisir les ombres passantes toé ! » J’ai levé les yeux, j’ai fermé le carnet, et je lui ai souri : « T’es magnifique audrey ».

Elle a commandé son café, avec ses yeux verts m’a longuement observé, sans rien dire. Puis à un moment elle a écrit quelque chose sur un bout de papier : « J’ai pensé aux milles façons de te parler, je n’ai pas trouvé celle qui conviendrait, j’ai voulu t’envoyer l’image d’un tableau, t’offrir un livre, t’inviter à un show, aller à une expo, regarder un film avec toé, aller danser avec toé, j’ai beaucoup réfléchi et finalement je vais te parler en te faisant écouter quelque chose, des rythmes et des paroles, je veux te parler comme ça, ‘k ? »

 

img_6445

 

Audrey m’a passé le mot, je l’ai lu et j’ai à mon tour écrit dessus : « ‘K, ça me va ». Audrey a rajouté à ma suite : « Imported de Jessie Reyez et 6Lack, je vais rester-là tout le temps que tu l’écouteras, et surtout ne dis rien svp ». J’ai fait : « ‘K ». J’ai googlé la chanson et j’ai écouté tout ce que audrey voulait me dire, j’ai écouté audrey me parler.

 

Hi, my name is Doesn’t Matter, I like making bad decisions, We can skip the wine and dine, Go straight for the wind and grind, I wanna cum, You can make it happen, Fuck trying, I got morals on Sundays, Sometimes on Wednesdays, Really, it depends..

 

Puis elle a poursuivi « Hi, my name is not important, I’m not from here, I’m imported, I drink liquor like it’s water ».

Je ne cessais de la regarder, errant dans le vert-prairie de ses yeux, audrey a laissé glisser : « Not interested in a broken heart, if we do it, say we didn’t ».

Peu de mots, audrey me parlait avec le flow des années 90, une rencontre du « No diggity » de Blackstreet et le « Nobody » de keith sweat en fusion alternative avec le « Pony » de Ginuwine.

Errance dans une prairie sous un soleil des années 90, vent estival portant son souffle jusqu’à moi, j’ai écouté audrey me parler, du mieux qu’elle pouvait. Et j’en ai été.. un peu été.

A la fin, audrey s’est tue, elle a fini son café, s’est approchée de moi, m’a embrassé, et elle est partie.

 

img_6246

 

J’ai rouvert mon carnet de note, j’ai griffonné quelque chose de la passante audrey dans la rue, sur sa bicyclette, pédalant comme d’autres chevauchent des montures.

J’ai fini le texte de la seule façon possible.

 

Hi, my name is Nobody, I want the night for me and you even if you’re in love with somebody else, I like making bad decisions, You horny sweat twisted, no diggity, I drink liquor like it’s water, but we can skip the wine and dine, Go straight for te wind and grind, Cum together, We can make it happen, Fuck trying, I got morals on Sundays and sometimes on Wednesday, Really it depends, and yeah I’m not from here, I’m imported too

Une réflexion sur “My Name is Doesn’t Matter

  1. Pingback: Ray Donovan – Les 50 Nuances de Dave

Un site Web propulsé par WordPress.com.