Enfoiré(e)

J’étais dans le métro tout à l’heure il y avait une jeune fille itinérante, une sdf, qui tendait la main.

Je me suis arrêté, et je me suis assis près d’elle sans rien dire, elle m’a regardé et a semblé surprise, et puis m’a souri. J’ai sorti mon téléphone, j’ai googlé la chanson des enfoirés : « La chansons des restos ».

 

 

« Aujourd’hui, on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim, ni d’avoir froid
Dépassé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi
Je te promets pas le grand soir
Mais juste à manger et à boire
Un peu de pain et de chaleur
Dans les restos, les restos du coeur« 

tumblr_myuhncPy5Y1sg120ro1_500

 

Elle l’a écoutée, avec moi.

Quand le métro est arrivé, je l’ai regardée et son regard semblait me dire : « Vas-y ».

Je suis rentré dans le wagon, et j’avais des larmes aux yeux.

Je lui ai laissée mes coordonnées, inscrit dessus : « Viens chez moi coucher, j’ai une chambre de libre pour tout le temps que tu veux ».

 

 

 

6634983_orig

 

Elle n’a pas appelé mon numéro, elle a ses raisons ou pas de moyens pour me joindre (quel con suis-je), personne ne peut comprendre sa vie ni sa biographie, personne n’est à sa place et personne ne sait jamais ce qu’il ferait tant qu’elle n’est pas plongée dans sa réalité.

Des jeunes filles comme elles, c’est viol et autres. C’est beaucoup trop de vérités qui sont insupportables à dire, j’en sais quelque chose.

Une société civilisée est une société où personne ne serait dans cette situation. Mais je dis ça, je dis rien.

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.