Paroles, Paroles

04b6a_wwJNT5egxxi75833GCvZmNhR

« Les poèmes de Jacques Prévert recueillis en 1946 dans Paroles étaient comme repris à la rue, où ils étaient nés et depuis des années s’échangeaient, se récitaient, entre amis et initiés. La couverture originale de ce premier recueil en disait aussi long sur leur origine que sur leur destination : un graffiti urbain photographié par Brassaï et maculé de lettres capitales écarlates peintes à la hâte. Le signal était puissant, choisi : marginal dans la vie et dans les arts, Prévert entendait bien l’être aussi par ses livres. »

 

photofunky

 

« Poésie éclectique, diront certains, hétéroclite, diront d’autres, il est vrai que Prévert ne ménage pas ses surprises, et ses effets, passant de textes humoristiques brefs et légers comme « la brouette ou les grandes inventions », « composition française » ou « l’éclipse » à une chanson d’amour triste comme « barbara » pour évoquer ensuite une « conversation » insolite entre un porte-monnaie, un porte-parapluie, un porte-drapeau et un porte-bonheur!

Prévert porte une attention particulière à tout ce qui, dans la réalité quotidienne, recèle un ferment de liberté : les choses et les êtres, humains ou animaux, nous parlent dans une langue à la fois proche et inattendue. dans ces textes inclassables, on explore de grandes questions existentielles comme l’amour, la mort, la justice, la puissance, la gloire, la liberté, la guerre, mais aussi et surtout des choses ordinaires de la vie comme une cage d’oiseau, ou un cancre qui rêve de liberté au fond de sa classe.

s’il est sensible à la misère et à la détresse des humbles, Prévert est féroce avec les intellectuels, les militaires, le clergé (l’évêque soûl de « la crosse en l’air »!) et les puissants de ce monde dont il dénonce les travers, comme la vanité de ce « grand homme » : Chez un tailleur de pierre où je l’ai rencontré il faisait prendre ses mesures pour la postérité. (le grand homme).

Paroles est un recueil novateur par sa forme et son style. Influencé par les surréalistes, Prévert est un formidable virtuose du langage qui a une manière bien personnelle de dynamiter les clichés langagiers et de récupérer les lieux communs de façon humoristique.

Par exemple, de napoléon il dira : Plus tard il devint empereur, alors il prit du ventre et beaucoup de pays.

Adepte du jeu de mots, Prévert se sert des expressions de tous les jours pour faire des calembours, des inventions burlesques, des néologismes, ce qui lui vaut d’être élevé à la distinction de satrape du collège de pataphysique en qualité de fabricant de Petits Plats dans les grands. Fondée en 1948, inspirée par les œuvres d’Alfred Jarry, cette association un peu loufoque de célébrités littéraires pratique la science du particulier, des exceptions et des solutions imaginaires!

Grand humoriste devant l’éternel, Prévert manie le genre de manière corrosive, car « depuis trop longtemps on prenait l’humour à la légère, il s’agit maintenant de le prendre à la lourde ». Mais la gamme des émotions de ce recueil est plus étendue, plus variée.

Il y a de la tendresse et de la beauté dans « Pour faire le portrait d’un oiseau », de la tristesse et de la joie dans « chanson des escargots qui vont à l’enterrement », de la révolte dans « Pater noster », de la dérision dans « les paris stupides » ou dans « Familiale », qui se termine avec ces vers terribles (après la mort d’un fils tué à la guerre) : La vie continue la vie avec le tricot la guerre les affaires. Les affaires la guerre le tricot la guerre. Les affaires, les affaires et les affaires La vie avec le cimetière. vers libres ou prose poétique ?

Les textes poétiques de Prévert échappent à toute catégorisation. Paroles, tout comme ses livres suivants (Histoires [1946] et Spectacle [1951], est un bonheur de lecture qu’il faut savourer lentement, en laissant libre cours à notre imagination, car de deux choses lune, l’autre c’est le soleil (le paysage changeur). c’est bien connu… »

– Spehner, N. (2010). Review of [Paroles de Jacques Prévert]. Entre les lignes, 6 (3), 28–29.

 

img_6656

 

« « “Répugnant” Prévert ? Mais parfaitement. Grâce à ce bel argument on refuse Baudelaire, Rimbaud, et le Voyage au bout de la nuit et l’on devient une nouvelle Revue des Deux Mondes… » (Henri Michaux à Jean Paulhan, 1938)

Ainsi Prévert, quoique très lié aux surréalistes, restait-il un peu en marge du milieu des Lettres – fussent-elles d’avant-garde. Il était absolument novateur pour les uns, faiseur, outrancier et… hors littérature pour les autres. »

 

Image-1024-1024-262344

« Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes »

 

« Il est terrible
le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim » – (La grasse matinée).

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.