(Lettre 23.)

Prison de Milan, le 21 novembre 1927.

Très chère Julie,

[…] J’imagine que tu souris et cela me rend heureux; je ne réussis que très difficilement à t’imaginer souriante.

Je t’embrasse tendrement, ma chérie.

Antoine

 

 

9782824904047_large

 

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.