Lady…

Ce matin, tout était d’une rare perfection
De l’orangé aux teintes nuancées
Trempé par les larmes d’un temps automnal
Des larmes de joie pour une aube froide
Beaucoup de souffle pour faire mourir
Les feuilles se battant à corps perdus
Afin de ne pas se laisser emporter par leur destinée
Combat ultime comme un baroud d’honneur
Sous une pluie de larmes de joie
Baignées des couleurs grises de l’aube froide
Elles luttaient les mourantes elles luttaient
Beaucoup de souffle pour essayer de survivre
Baroud d’honneur pour lumières qui se meurent
Et toi ombre silencieuse en contre-jour
Le regard direction est comme celles qui espèrent
Observant l’aube froide d’un temps automnal
Baignée de cet orangé aux teintes grises
J’ai pris mon violon pour peindre ce matin d’une rare perfection
Quelques notes de langueurs monotones
Sur une toile aux sourdes symphonies
Et toi ombre silencieuse en contre-jour
Tu as laissé couler sur ton visage clair-obscur
Des larmes de joie
Et dehors se battant contre leur destinée
Des feuilles à corps perdus
Livraient l’ultime lutte d’une survie impossible
Elles luttaient les mourantes elles luttaient
Ce matin, tout était d’une rare perfection

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.