Lorsque Luc parle de « Négos »

« Marc Miller est ministre des Services aux autochtones.

La langue maternelle de Marc Miller est l’anglais. Il est parfaitement bilingue.

La langue maternelle de Justin Trudeau est l’anglais. Il est imparfaitement bilingue.

Justin Trudeau a envoyé Marc Miller, quelque part sur une voie ferrée, pour discuter du blocus ferroviaire avec des membres des Premières Nations.

Il y est resté pendant dix heures.

Ce matin, Marc Miller était l’invité de Paul Arcand sur les ondes de 98,5.

Paul Arcand : Vous négociez avec qui?

Marc Miller : On négocie avec des gens qui disent que les marchandises ne peuvent pas passer.

Paul Arcand : Qui sont-ils?

Marc Miller : Ce sont des gens de la nation Mohawk qui ont des revendications qui leur sont propres, qui risquent leur vie, parce que se tenir sur des rails, c’est excessivement dangereux.

Au risque de me répéter, Marc Miller est ministre.

Paul Arcand : Si vous connaissez l’histoire de la crise d’Oka, vous rappelez-vous d’un ministre qui s’appelait John Ciaccia, qui était par un beau dimanche d’après-midi ensoleillé, dans une pinède avec quelqu’un de masqué, en ne sachant pas avec qui il avait affaires? Ça vous-dit-tu quelque chose?

Marc Miller : C’est précisément ce qu’on fait dans toute négociation diplomatique. Notre pays est basé sur trois principes : la paix, l’ordre et le bon gouvernement et on ne peut pas arriver à l’ordre et le bon gouvernement sans avoir la paix et visiblement dans cette situation, nous avons un blocus qui ralentit l’économie.

Paul Arcand : Ok. Alors, ma question : pendant combien de temps êtes-vous prêt, comme gouvernement, à tolérer le blocus?

Ça dure dix minutes et quarante-deux secondes et je n’ai pas parlé du ton.

Si j’étais un Mohawk, j’aurais pissé dans mes culottes.

Le titre de Marc Miller débute par le mot « Honorable ».

Il n’y a pas de problème autochtone.

Il y a un problème Blanc.

Il dure depuis cinq cents ans.

Marc Miller est un ami de Justin Trudeau.

Ils se sont rencontrés à l’âge de 11 ans. »

Luc Panneton

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.