« Néolibéralisme épidémiologique » : « Une économie faisant abstraction des humains qu’elle est censée servir, seul un esprit inepte et corrompu peut arriver à faire ça. »

« Cette semaine, Radio X adopte à fond la ligne de Donald Trump sur le coronavirus qu’on résume ainsi: pour sauver «l’économie», laissons faire les mesures de distanciation sociale, embrassons le coronavirus et assumons les décès que ça va causer.

Une économie faisant abstraction des humains qu’elle est censée servir, seul un esprit inepte et corrompu peut arriver à faire ça.

Cette pratique s’appelle du « néolibéralisme épidémiologique ». Un rapport de l’Imperial College de Londres a évalué qu’elle pourrait causer 250,000 morts en Angleterre, ce qui a causé son abandon par le gouvernement populiste de Boris Johnson.

[…] »

Sortons les radio-poubelles.

« Saving lives in the pandemic will also save the economy in the long run

If you’ve listened to President Trump or his aides in recent weeks, you might think we have to choose between what’s optimal for public health and what’s optimal for the economy. We can save lives, or maximize gross domestic product.

But if you listen to economists, you’ll learn that this is a false choice. Prematurely reopening businesses, schools and public gatherings — as Trump has agitated to do — would be worse for long-run economic growth than requiring them to remain closed until the virus is contained.

Last week, Trump and his National Economic Council director, Larry Kudlow, complained that the “cure” to this pandemic — that is, our collective economic coma — might “be worse than the disease.” Right-wing news organizations echoed this complaint, sometimes appallingly implying that Grandpa should be sacrificed to juice GDP.

After widespread pushback from public health experts, Trump gave in, and on Sunday extended social distancing guidance through the end of April. Still, he appeared to want credit for making the supposedly bold choice to set aside U.S. economic interests (and by implication, his political interests) to save lives.

In fact, there’s near-unanimity among economists that the best way to limit economic damage would be to listen to the public health experts’ advice about how to limit infections — including by continued dramatic social distancing measures.

This should make sense.

If the virus is not contained, customers will be afraid to shop, travel and dine out, even without mandatory lockdowns. Or, as Harvard economics professor Lawrence H. Summers wrote in The Post recently: “It is an elementary confusion to believe that lost growth and lost jobs are primarily a consequence of social distancing measures rather than the pandemic itself.”

In other words, the demand-side shock would continue, even without forced business closures. So, too, would the supply-side shock. After all, Americans won’t be able to work if they’re sick. They definitely won’t be able to work if they’re dead.

Funny thing about our economy, that: Until the robots take over, we still need healthy workers to produce stuff.

Don’t take my word for it.

In a recent University of Chicago IGM Economic Experts Panel survey, 80 percent agreed that “Abandoning severe lockdowns at a time when the likelihood of a resurgence in infections remains high will lead to greater total economic damage than sustaining the lockdowns to eliminate the resurgence risk.” Not a single economist surveyed disagreed with the statement; remaining respondents instead said they were “uncertain.”

A bipartisan group of high-profile economists and former economic policymakers likewise signed onto a recent letter reading in part: “Saving lives and saving the economy are not in conflict right now; we will hasten the return to robust economic activity by taking steps to stem the spread of the virus and save lives.”

These conclusions are informed by both theoretical models and historical data.

Theoretical work by Martin Eichenbaum and Sergio Rebelo (of Northwestern University) and Mathias Trabandt (of Freie Universitat Berlin) finds that, in the short term, there does appear to be a trade-off between economic activity and health outcomes. That is, the containment measures required to limit the spread of the coronavirus would result in a sharp initial recession. But over the long run, an optimal containment strategy would reduce economic costs, largely because it preserves the lives of workers needed to keep the economy running.

That is, not shuttering businesses would be more expensive for society than strategically shuttering them.

Historical research on the 1918 flu, by Sergio Correia (Federal Reserve Board), Stephan Luck (Federal Reserve Bank of New York) and Emil Verner (MIT) backs this up.

Their new working paper finds that “cities that intervened earlier and more aggressively” through school closures, bans on public gathering, isolation and quarantine did better economically post-pandemic than cities with a more laissez-faire approach.

Economists, by the way, have also found ways to quantify the value of saved lives above and beyond whatever might be measured by wages or productivity.

A new paper from Michael Greenstone and Vishan Nigam, both of the University of Chicago, estimates that moderate social distancing would save 1.7 million (!) lives in the next six months, an astronomical number largely due to not overwhelming hospital systems. This translates to about $8 trillion in economic benefits — equivalent to more than a third of GDP, and more than the size of the entire annual federal budget — when monetized through a standard measure used by the U.S. government called the value of a statistical life.

Economists as a rule are hypersensitive to trade-offs, which are, arguably, the fundamental premise of their discipline. When virtually the entire profession shouts from the rooftops that there are no trade-offs here — and that two critical societal priorities are aligned — we should listen. »

Catherine Rampell, The Washington Post, 30 mars 2020

« […]

Heureusement, un autre événement qui a eu lieu en Juin 2016 fera peut-être de cette année, aux yeux de l’Histoire, un tournant dans la pensée socio-économique qu’aussi bien le Financial Times que plus traditionnellement « Alternatives Économiques » n’ont pas manqué de relever.

En effet, des chercheurs seniors du FMI n’ont pas hésité à titrer un papier paru dans la revue de leur institution [« Neoliberalism oversold », Jonathan D. Ostry, Prakash Lougani and Davide Furceri, dans « Finance & Development », Juin 2016] d’un inattendu « Le libéralisme : concept survendu ? » ! Si l’institution se défend d’une révolution, mais plutôt d’une « évolution basée sur l’expérience » [«IMF survey : « Evolution, Not Revolution : rethinking policy at the IMF », interview du Chief Economist du FMI, Maurice Obstfeld, 2 juin 2016], les observateurs et opposants ne pourront s’empêcher de voir dans ce papier un ébranlement des tables de la Loi du néo-libéralisme abritées par le Temple sacré de Washington depuis si longtemps

C’est Milton Friedman qui doit se retourner dans sa tombe et, avec lui, ses amis de la Société du Mont Pèlerin, ce groupe d’intellectuels qui se sont battus depuis leur réunion en 47 à l’Hôtel du même nom au bord du Lac Léman, pour que leurs idées promouvant le laissez-faire imprègnent la pensée et l’action politiques. Pinochet, conseillé directement par Friedman, Thatcher et Reagan en furent les épigones les plus zélés pour accoucher d’une créature, la fameuse TINA, « There Is No Alternative » (pour assurer la croissance) dont l’article du FMI vient enfin ébrécher l’armure jusque là inoxydable.

Car tout commence avec Friedman et le Chili où sont implémentées les recettes néo-libérales: libéralisations des marchés et des capitaux et restriction du rôle de l’État, auxquelles s’est rajoutée par la suite la doctrine d’orthodoxie budgétaire dont s’est inspirée avec ardeur aveugle l’Union européenne au travers du traité de Maastricht. Passons en revue la manière dont nos trois chercheurs traitent ces différentes facettes du néo-libéralisme.

[…]

Austérité et dette publique

Le deuxième focus de leur papier porte sur la taille idéale de l’État selon la doxa néo-libérale. S’ils mentionnent, parmi les bienfaits du néo-libéralisme, que la privatisation de nombreux services publics a permis « la fourniture de services de meilleure qualité et a allégé le fardeau fiscal », leur préoccupation concerne surtout l’austérité et ses impacts. Quelle est la taille idéale d’une dette par rapport au PIB d’un pays est la question qu’ils posent et qui nous agite, nous européens, singulièrement depuis l’impact de la crise de 2008 et son impact sur les budgets et dettes nationaux, tenus que nous sommes par le carcan de Maastricht et ces 60 % de rapport dette/PIB ? La théorie économique s’orne de bon sens sur cette question : une dette trop importante entraîne une hausse d’impôts qui crée des distorsions de marché et peut fragiliser un pays en cas de ressac économique. Les économistes du Fond ajoutent même qu’une dette élevée est mauvaise pour la croissance, ce que certains remettent en cause par ailleurs [Ce constat non étayé est loin de faire l’unanimité : une recherche de Reinhart et RRogoffparue en 2010 avait fait beaucoup de bruit en établissant qu’une dette atteignant 90 % était mauvaise pour la croissance, faisant rugir de plaisir les tenants de l’ orthodoxie budgétaire la plus stricte ; ce papier avait été ensuite critiqué pour de serieux problèmes méthodologiques. Ugo Panizza et Andrea Presbitero (in « Is high public debt harmful for economic growth? « 22 April 2012, VOX, CEPR policy portal) remette carrément le lien de causalité dette-croissance en question en observant plutôt un lien inverse]…

Ayant dit cela, nos économistes, s’appuyant en cela sur une note précédente de 2015, nuancent fortement le propos pour des pays à la surface fiscale suffisante et aux capacités de jouer sur les impôts si de besoin, comme les US ou l’Allemagne, pour qui la lutte contre une dette élevée, comme par exemple de la réduire de 120 à 100 %, n’apporte finalement que peu d’intérêt. Par contre, pour d’autres pays qui ne présentent pas les mêmes caractéristiques, la règle s’applique, car, à défaut, les sacro-saints marchés risquent de ne pas leur offrir de financement

Première nuance donc : dans certains cas, l’austérité pour faire diminuer la dette d’un pays ne se justifie pas toujours. Deuxième nuance, qui s’appuie sur la théorie économique : le rythme auquel on tente de faire diminuer la dette est lui aussi primordial. Y aller trop fort peut faire « dérailler la reprise » pour reprendre les mots des auteurs. Rien de neuf ici non plus, car, à l’instar de certains économistes comme P. De Grauwe,

cela fait un certain temps que le FMI a conseillé à l’Europe de restreindre ses politiques d’austérité pour accélérer la reprise, comme l’exemple US y incitait d’ailleurs: par respect pour les personnes souffrant d’autisme, nous parlerons de surdité aiguë pour caractériser la réaction de l’Union Européenne à ces conseils

Mais c’est avec la troisième nuance – et c’est en fait bien plus qu’une nuance !- que le papier des chercheurs FMIstes se distingue vraiment. En effet, pour la première fois, ils mettent dans la balance le bénéfice d’une dette réduite face à l’impact sur le bien-être que représentent une coupe dans les dépenses publiques et une hausse des impôts : dans de nombreux cas, reconnaissent-ils, cet impact est bien plus élevé que le bénéfice attendu et surtout, la perte de bien-être s’avère irrécupérable. Dès lors, la conclusion s’impose : pour les pays qui n’effraient pas les marchés, mieux vaut vivre avec la dette et attendre que la croissance la fasse diminuer organiquement plutôt que chercher à tout prix à générer du surplus budgétaire

Et ils vont même plus loin en se rappelant qu’une politique publique restrictive peut avoir des effets sur la demande et donc sur la croissance (Keynes is back !!!!) Ce faisant, ils battent même en brèche la théorie de JC Trichet, longtemps patron de la Banque Centrale Européenne, qui affirmait qu’une période de consolidation fiscale (censée engendrer une hausse de la confiance des investisseurs privés) est suivie d’une période d’expansion de l’économie : cette théorie n’est pas prouvée par les faits

Au contraire, une restriction budgétaire engendre plutôt une hausse du chômage et…des inégalités !!

Où le FMI s’intéresse aux inégalités

Inégalités : ce mot – que le FMI avait perdu de vue – est lancé : oui, l’ouverture aux capitaux et l’austérité ont des effets sur la redistribution et génèrent davantage d’inégalités : c’est dit ! Et ils vont même plus loin : les inégalités peuvent être un frein à la croissance, comme l’un de nos trois auteurs l’avait co-écrit dans un papier du FMI en 2014, Mr. Jonathan David Ostry ; Mr. Andrew Berg ; Mr. Charalambos G Tsangarides], basé sur des données transnationales de plusieurs décennies. Et des politiques redistributives n’ont qu’un impact bénin sur la croissance, ajoutent-ils. Traduction vulgaire : pour que le gâteau grandisse, il faut d’abord en distribuer les parts de manière intelligente et juste. Juste le contraire de cette antienne qui nous a été resservie depuis des années par les libéraux qui affirmaient que , « pour pouvoir redistribuer le gâteau, il fallait d’abord qu’il soit grand assez », une véritable révolution copernicienne… En tout cas pour les économistes du FMI, car des auteurs comme Wilkinson et Pickett démontraient déjà, à partir de données épidémiologiques, que le bien-être d’une société était corrélé au niveau d’égalité atteint en son sein [« Pourquoi l’inegalite est meilleure pour tous » R Wilkinson and K Pickett, Etopia, Petist Matins et Institut Veblen, 2013]. Ou encore l’économiste français Eloi Laurent qui illustre plusieurs exemples du « gâteau inversé » dans son dernier livre [« Nos mythologies économiques », par Eloi Laurent Les liens qui libèrent, 2016, cité dans les livres de référence sur le site d’Alternatives Economiques.] justement intitulé « Nos mythologies économiques ». C’est aussi une remise en cause du fameux « trickle down effect » ou « effet de ruissellement » qui voulait nous convaincre que les riches plus riches, c’était bon pour l’ensemble de la population !!!

Un vrai tournant

Ainsi donc, le FMI, à travers cet article, a osé : osé remettre en cause les bienfaits d’une ouverture des capitaux à court terme et se permettre de nuancer fortement les exigences et les modalités d’une politique d’austérité voulue par la réduction de la place de l’État dans l’économie à travers, entre autres, le poids de sa dette publique.

Soyons juste : cette inflexion de la pensée FMIste marque une vraie révolution de la pensée économique dominante, dont le Fond était une sorte de Congrégation de la Doctrine de la Foi. A propos de foi, nos auteurs concluent d’ailleurs en disant qu’une institution comme la leur doit s’appuyer plutôt sur des faits que sur celle-ci !! Et mieux que dans l’Église catholique, ils reconnaissent même les voies dissidentes qui s étaient élevées depuis longtemps contre la doctrine, comme celle de Joseph Stiglitz par exemple, qui avait relevé que le miracle chilien, s’il s’était accompagné d’une ouverture aux capitaux étrangers, était aussi advenu grâce à de substantielles mesures de régulation (nouveau tour à 360° de Friedman dans sa tombe!).

Ce changement de position du FMI donne dorénavant un argument d’autorité inédite à ceux et celles qui, depuis des années, se sont battus contre les recommandations du FMI et tous les parangons du penser juste.

Des questions qui restent

Ce papier doit donc être considéré comme un tournant. Pour autant, il reste de nombreuses questions et nous nous arrêterons à quatre d’entre elles.

La première porte sur la profondeur du constat et les conclusions tirées par le FMI, en particulier en ce qui concerne la dette. Les auteurs parlent d’ « équilibre à trouver » dans les politiques d’austérité à mettre en place. Sur leur élan, ils auraient pu reconnaître la nécessité des investissements publics comme base du développement privé : Eloi Laurent (op.cit.) rappelle, par exemple, le poids des investissements militaires US dans le développement de la Silicon Valley. Comme lui, ils auraient pu aussi reconnaître le poids de la baisse des impôts consentis dans l’augmentation de cette dette. Comme Thomas Piketty dans son opus devenu une référence (« Le capital au 21eme siècle », Seuil, 2013), ils auraient pu insister dans leurs arguments sur la redistribution de l’iniquité de la fiscalité sur le capital par rapport au travail. Comme lui, ils auraient pu évoquer l’hypothèse selon laquelle la grande Angleterre a perdu sa place de leader économique mondial au fil du temps, par faute du poids d’une dette qu’elle a voulu supporter jusqu’au bout…amenant à s’interroger sur l’opportunité pragmatique des remises de dettes.

Et ils auraient pu aussi déconstruire la dette pour en interroger les effets redistributifs : en d’autres termes, s’interroger sur l’identité des détenteurs de la dette qui sont rarement monsieur-tout-le-monde, mais plus souvent des détenteurs de patrimoine, voire des fonds de pension : une telle prise en compte amènerait à remplacer le concept du « service de la dette » par celui du « service des détenteurs de la dette »et pourrait amener à avoir une vision de la redistribution bien plus intégrée que celle qui prévaut actuellement, entre les détenteurs de la dette et les autres agents économiques.

La deuxième porte sur la notion de croissance : toute la doctrine néo-libérale, encore rappelée par nos trois auteurs, vise à définir les modalités qui permettent d’optimaliser la croissance.

Force est de constater que soit, les politiques néo-libérales n’arrivent pas favoriser la croissance – ce qu’on peut en partie déduire du papier -, ou que soit, cette sacro-sainte croissance, dont les bases conceptuelles sont par ailleurs assez légères, ne sera plus jamais la même que lorsque son concept fut établi à la fin de la guerre pour, avec la comptabilité nationale, mesurer les efforts de reconstruction de l’économie à la base des Trente Glorieuses.

Peut-être faudrait-il passer à une autre notion plutôt qu’invoquer à tout bout de champs le retour de la croissance depuis plus de 40 ans, sans beaucoup d’effet…[« Faut-il attendre la croissance ? », par Florence Jany-Catrice et Dominique Méda La Documentation française, 2016]

Or, depuis le Club de Rome jusqu’à Tim Jackson [« Prospérité sans croissance », T Jackson, DE Boeck-Etopia, 2010] et Dominique Meda, et sans même à parler de décroissance, on sait que cette croissance n’a par ailleurs pas que des effets positifs. Effets sur le bien-être des gens d’abord avec différentes analyses qui montrent qu’à partir d’un certain seuil, la croissance n’apporte plus de différence substantielle de bien-être. Effets sur la planète, son climat et ses ressources ensuite : le même Jackson, sur le climat par exemple, montre qu’un découplement relatif entre croissance et production de CO2 (c’est-à-dire une intensité moindre de CO2 par unité de croissance) ne sera pas suffisant pour éviter les fameux deux degrés de hausse de température et qu’il faut un découplement absolu, c’est-à-dire …une moindre croissance. A tout le moins, parler de politique économique sans parler d’environnement, de transition ou au moins de fiscalité verte constitue au 21eme siècle un sérieux manquement à l’exigence de coller aux exigences du réel.

Enfin, comment ne pas s’interroger sur l’impact que ces articles du FMI auront sur les politiques ? Quel poids donner à leur contenu pour contrer cette bataille des idées engagée par quelques hommes au bord du Lac Léman pour, 25 ans après triompher au bord du Lac Michigan (et la fameuse école de Chicago) et s’étendre de Santiago à Washington en passant par Londres et Bruxelles ?

Cette idéologie du néo-libéralisme, dont les méfaits sont si bien décrits par le chroniqueur du Guardian, G Monbiot [« Neoliberalism – the ideology at the root of all our problems », G Monbiot, The Guardian, 25 Avril 2016], qui a brainwashé nos cerveaux depuis au moins trente ans, faisant des entrepreneurs des super-héros s’étant faits tout seuls, des top managers des surhommes méritant d’être payés 100 fois plus que leurs collaborateurs, des fonctionnaires des paresseux inutiles, de la régulation un gros mot, de la fraude fiscale une forme de créativité géniale, des chômeurs des fainéants, des pauvres des abuseurs de sécurité sociale, des syndicats des anachronismes et du marché une loi issue directement de la Nature

Comment ne pas voir que cette idéologie, par la libéralisation des marchés, la fin d’une fiscalité digne de ce nom et la dégénérescence du concept de régulation, a alimenté et été alimentée à son tour par les plus puissants – ceux que Naomi Klein appelle « the Davos class »It was the Democrats’ embrace of neoliberalism that won it for Trump », N. Klein, The Guardian, 9 Novembre 2016]- à travers le rapport de force ainsi créé? Et qu’elle a contaminé, comme Klein le déplore dans le même article qui a suivi l’élection de Trump, la gauche occidentale au point que celle-ci en perde tous ses repères ?

Urgence…

Que les Américains victimes de cette idéologie remettent leur destin, pour marquer leur révolte, dans les mains d’un milliardaire qui s’est, depuis toujours, joué des lois à son avantage, qui se vante de ne pas payer d’impôts et qui compose son cabinet d’encore plus milliardaires que lui, en dit long aussi bien sur l’état du désarroi de nos concitoyens , sur l’urgence de jeter cette doctrine pour éviter des effets encore plus délétères, que sur la difficulté énorme du chemin qui nous attend pour ré-inventer un monde durable qui promeut l’égalité.

Sur ce chemin, gageons que 2016 aura été un jalon important, marqué à la fois par cette reconnaissance intellectuelle de poids qui est celle du FMI, qui fait éclater des dogmes et de croyances en se basant sur les observations scientifiques et identifie les impasses économiques dans lesquelles l’idéologie néo-libérale nous a fourvoyés et à la fois par l’expression populaire radicale et pleine d’incertitudes du désarroi que ce fourvoiement a engendré auprès des peuples américains ou britanniques. Mais il reste aux progressistes de lourds combats à mener et un travail intellectuel à exercer en profondeur pour regagner la partie. Il y a urgence. »

-Michel Genet, 2016 : le début de la fin du néo-libéralisme ?

Corruption, systemic injustice and an obsession with growth and profit at all costs have put our planet in serious jeopardy. Drawing on decades of powerful journalism, in How Did We Get Into This Mess? George Monbiot explores the consequences if we continue down this path, and suggests solutions for building a better future.

Imagine if the people of the Soviet Union had never heard of communism. The ideology that dominates our lives has, for most of us, no name. Mention it in conversation and you’ll be rewarded with a shrug. Even if your listeners have heard the term before, they will struggle to define it. Neoliberalism: do you know what it is?

Its anonymity is both a symptom and cause of its power. It has played a major role in a remarkable variety of crises: the financial meltdown of 2007‑8, the offshoring of wealth and power, of which the Panama Papers offer us merely a glimpse, the slow collapse of public health and education, resurgent child poverty, the epidemic of loneliness, the collapse of ecosystems, the rise of Donald Trump. But we respond to these crises as if they emerge in isolation, apparently unaware that they have all been either catalysed or exacerbated by the same coherent philosophy; a philosophy that has — or had — a name. What greater power can there be than to operate namelessly?

So pervasive has neoliberalism become that we seldom even recognise it as an ideology. We appear to accept the proposition that this utopian, millenarian faith describes a neutral force; a kind of biological law, like Darwin’s theory of evolution. But the philosophy arose as a conscious attempt to reshape human life and shift the locus of power.

Neoliberalism sees competition as the defining characteristic of human relations. It redefines citizens as consumers, whose democratic choices are best exercised by buying and selling, a process that rewards merit and punishes inefficiency. It maintains that “the market” delivers benefits that could never be achieved by planning.

Attempts to limit competition are treated as inimical to liberty. Tax and regulation should be minimised, public services should be privatised. The organisation of labour and collective bargaining by trade unions are portrayed as market distortions that impede the formation of a natural hierarchy of winners and losers. Inequality is recast as virtuous: a reward for utility and a generator of wealth, which trickles down to enrich everyone. Efforts to create a more equal society are both counterproductive and morally corrosive. The market ensures that everyone gets what they deserve.

We internalise and reproduce its creeds. The rich persuade themselves that they acquired their wealth through merit, ignoring the advantages — such as education, inheritance and class — that may have helped to secure it. The poor begin to blame themselves for their failures, even when they can do little to change their circumstances.

Never mind structural unemployment: if you don’t have a job it’s because you are unenterprising. Never mind the impossible costs of housing: if your credit card is maxed out, you’re feckless and improvident. Never mind that your children no longer have a school playing field: if they get fat, it’s your fault. In a world governed by competition, those who fall behind become defined and self-defined as losers.

Among the results, as Paul Verhaeghe documents in his book What About Me? are epidemics of self-harm, eating disorders, depression, loneliness, performance anxiety and social phobia. Perhaps it’s unsurprising that Britain, in which neoliberal ideology has been most rigorously applied, is the loneliness capital of Europe. We are all neoliberals now.

Mea culpa sur l’austérité : remise en question profonde ou larmes de crocodile ?

Ces dernières années cependant, on a vu se multiplier des rapports internes critiquant vivement les politiques du Fonds. Certains économistes de l’institution ont non seulement avoué une série d’erreurs sur le plan économique, mais ont aussi critiqué les fondements idéologiques sur lesquels repose l’action du FMI.

Janvier 2013. Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, dévoile que le FMI a très largement sous-estimé l’impact négatif de l’austérité sur la croissance économique. L’erreur dans les calculs est tout sauf anecdotique, puisqu’elle est estimée à environ 300 % [13] !

Février 2014. Après que deux étudiants démolissent une étude réalisée par d’anciens économistes en chef du FMI, qui affirmait qu’une dette publique supérieure à 90 % du PIB entraînait automatiquement un ralentissement de la croissance économique [14], des experts du FMI confirment qu’il n’existe pas de seuil critique de la dette publique. « Nous n’avons trouvé aucune preuve d’un seuil particulier d’endettement au-dessus duquel les perspectives de croissance à moyen terme seraient significativement compromises » [15].

Juin 2016. Trois économistes du Fonds sortent un papier intitulé “Le néolibéralisme a-t-il été surestimé ?” dans lequel ils affirment : « au lieu d’apporter la croissance économique, certaines politiques néolibérales ont accru les inégalités, et par la même occasion, compromis toute expansion économique durable ».

Au-delà de ces rapports, beaucoup d’analystes se sont émus de voir le FMI insister auprès des autres créanciers de la Grèce pour une restructuration de la dette à partir de l’été 2015. Autant de signes que de nombreux médias ont interprété comme les prémices d’un éventuel changement profond de l’institution. Sommes-nous donc à l’aune d’un changement radical dans lequel le FMI jouerait le rôle de précurseur d’une nouvelle ère économique ? Rien n’est moins sûr.

Tout d’abord, si les gros titres des journaux donnent l’illusion que les auteurs de ce type de rapports font preuve d’une grande hétérodoxie, une lecture attentive de leurs travaux montre que leurs propos restent relativement mesurés. Il ne s’agit pas de minimiser ces apports, ni de remettre en question la sincérité des économistes qui les ont rédigés. Il semble bien qu’une partie des experts du Fonds soient convaincus de l’échec des méthodes appliquées par le FMI et poussent à un relatif changement de cap. Mais il est important de montrer que les auteurs de ces rapports maintiennent leurs analyses dans le cadre d’un libéralisme qu’ils ne remettent pas profondément en question.

À titre d’exemple, l’étude des trois économistes interrogeant le néolibéralisme apporte certes des chiffres intéressants qui montrent très bien les limites de ce modèle [16], mais rappelle aussi qu’il y a « beaucoup de raisons de se réjouir de l’agenda néolibéral » [17]. De plus, les auteurs s’interrogent sur la pertinence de voir des États aux économies fortes tels que les États-Unis, le Royaume-Uni ou l’Allemagne s’infliger des cures d’austérité, ajoutant : « Il est vrai que de nombreux pays (comme ceux d’Europe du Sud) doivent pratiquer la consolidation budgétaire, notamment parce que les marchés ne leur permettront pas de continuer à emprunter sans cela. Pour autant la nécessité de « l’austérité » dans certains pays ne signifie pas qu’elle soit nécessaire pour tous » [18]. Il semble que les recettes austéritaires aient encore de beaux jours devant elles, du moins pour toutes les économies n’ayant pas les reins assez solides pour faire face à la compétition… néolibérale.

De plus, notons que le jeu de la contradiction n’est pas chose nouvelle au sein des institutions de Bretton Woods. Depuis leur création, une quantité importante de rapports internes sont venus pointer les errements et les limites de leurs propres actions. Mais la question est de savoir si cette autocritique aboutit à de réels changements dans les orientations de l’institution ou s’il s’agit comme le propose l’ancien ministre des Finances grecs, Yanis Varoufakis, de « confesser un péché pour fauter à nouveau » [19].

Il n’y a d’ailleurs rien de surprenant à ce que cette analyse nous vienne d’un responsable politique grec, tant l’intervention du FMI dans la république hellénique est emblématique de cette persistance dans l’erreur. Dès 2013, une étude du bureau indépendant d’évaluation du FMI [20] reconnaissait en effet que le premier plan de sauvetage de 2010 s’était soldé par « des échecs notables ». Le rapport pointait notamment du doigt des prévisions économiques trop optimistes et des contreparties aux prêts inadaptées. Mais, alors qu’on aurait logiquement pu s’attendre à voir un changement de cap – a fortiori de la part d’une institution qui prétend mener son action sur des bases scientifiques -, les mêmes recettes ont continué à être administré : par exemple, à peine un mois après la sortie de ce rapport, le comité exécutif du FMI conditionnait un versement de 1,72 milliards d’euros à un plan de réduction du secteur public permettant le licenciement de 4 200 employés d’État.

Juin 2016, comme une impression de déjà vu. Le même bureau « indépendant » produit un rapport dressant le même constat d’échec de l’action du FMI en Grèce. Mais cette fois, les experts du Fonds apportent eux-mêmes les excuses pour justifier ce fiasco [21], et vont même jusqu’à affirmer que malgré toutes les limites de l’action du FMI, il est « impossible de construire un scénario alternatif ». Le fameux TINA (There Is No Alternative) ne semble donc pas avoir vraiment quitté les couloirs de l’institution !

Pourtant à la fin de l’été 2016, le FMI annonce qu’il refusera de participer au troisième plan d’aide qui prévoit de débloquer 86 milliards d’euros si une restructuration de la dette grecque n’est pas décidée par la Troïka [22]. Pour beaucoup, cette menace de retrait était la preuve d’une prise de conscience de l’institution. Cette analyse souffre malheureusement de deux maux : amnésie et européocentrisme. Il faut en effet se rappeler qu’en 2010, le FMI a accepté un « sauvetage » de la Grèce sans restructuration de dette, et ce en étant pleinement conscient du caractère insoutenable de celle-ci. Mais l’institution a été vivement critiquée notamment par les pays émergents siégeant en son sein pour la dangerosité et le manque de sérieux des plans d’aide accordés à l’Europe en général et à la Grèce en particulier. Alors que la règle initiale consiste à ne jamais prêter plus de 200 % du capital détenu par le pays demandeur, les dirigeants des pays dominants ont obtenu une modification du règlement autorisant un prêt dépassant les 3000 % [23] du quota grec [24] ! Les puissances émergentes telle que le Brésil ou la Chine n’ont absolument pas apprécié de voir le FMI s’engager dans un prêt d’une telle ampleur, prêts qu’ils savaient par ailleurs destinés à sauver les banques européennes. De plus, ces puissances émergentes, grandes fournisseuses de matières premières et de marchandises en Europe, craignaient qu’une austérité trop forte fasse baisser leurs carnets de commandes. Loin d’un plaidoyer pour une politique plus humaine, cette insistance pour un allègement du fardeau grec doit donc plutôt être entendue comme un moyen pour le FMI de conserver une légitimité à nouveau menacée, à plus forte raison depuis que les puissances émergentes ont lancé leur propre banque de développement dans le courant de l’année 2014 et que la Chine a mis sur pied sa propre banque d’investissement. Contrairement aux années 1980, le FMI n’est plus l’unique interlocuteur en matière de finance internationale, il se doit donc de prendre en compte un tant soit peu les puissances économiques montantes pour tenter de neutraliser la concurrence.

Enfin, en juillet 2016, le FMI a plaidé auprès du G20 pour une reprise des dépenses publiques afin de soutenir la croissance. Un discours effectivement bien inhabituel pour l’institution, et qui a amené de nombreux commentateurs à annoncer la fin de l’ère austéritaire. Mais une fois de plus, derrière les effets d’annonce, le détail des recommandations du Fonds ne laisse pas entrevoir un avenir si rose. Le FMI n’invite pas à en finir avec l’austérité sur l’ensemble de la planète, loin de là ! En réalité, l’invitation à augmenter les dépenses publiques s’adresse aux pays qui disposent des « marges de manœuvres budgétaires » pour le faire, à savoir quatre pays selon le FMI : les États-Unis, le Canada, l’Australie et l’Allemagne. De plus, Christine Lagarde a tenu à rappeler l’importance de poursuivre des réformes structurelles (réforme du travail, fiscalité…) qu’elle juge plus que jamais « nécessaires » [25].

Malgré les récents commentaires des observateurs, le FMI n’est donc pas en train de se transformer parce qu’il aurait subitement pris conscience de l’injustice sociale que provoquent ses programmes. En réalité, les quelques nuances qui peuvent être perçues dans son discours comme dans ses actes (rigueur intransigeante pour la majorité, légère relance pour quelques locomotives) ne sont absolument pas contradictoires avec son objectif fondamental : celui de l’imposition d’un modèle ultralibéral qui assure une circulation optimale des capitaux pour le plus grand profit de ceux qui en possèdent.

« […]

Le printemps des poètes a chopé un virus, les marchés aux bourses pleines ont éjaculé sur la face des derniers hommes la fin du monde et la fin des temps en krash boursier et autres crises financières ; les poètes bourrés comme il faut ont tout saisi en prose apocalyptique, dans une verve post-apocalyptique, par une écriture sous tension jouissive eschatologique, sous leur plume bdsm les civilisations nécrosées sont définitivement des anus en attente de se faire enfiler par des enculeurs de mouches. Depuis le dernier braquage mondial des financiers et autres experts en éjaculations faciales sur les nécrosés de merde, le viol des cadavres est devenu un droit fondamental pour fortunés ayant tous les droits et jouissant de tous leurs droits. Saint-virus tombant à poil et à point, le viol, des derniers hommes aux poches trouées – ces cadavres dont l’essentiel est le cul, dans les règles de l’art, peut commencer.

Saint-virus justifiant l’injustifiable, la prosaïque poétique printanière sur le corps des civilisations mortes et dans le cul des derniers hommes dépose la semence florale des violeurs de sépultures, cela est vérité éternelle : la culture du viol est le propre du puissant, du surhomme, celui qui survit à tous les autres, celui qui survit de tous les autres. Saint-virus, encre de l’ignominie rendant invisible les crimes du puissant, les poètes bourrés et bourratifs mettent tout ça en musique dans des rythmes tempêtes nucléaires et à fond la caisse pour ne laisser entendre que le souffle des fins du monde rendant ivres de bonheur les éjaculateurs faciaux et autres enculeurs de mouches. Saint-virus, tombant à poil et à point, le viol des derniers hommes aux vies trouées comme des anus perforés par des anal-conda réformateurs et réformistes peut dans les règles de l’art commencer, il n’y a plus personne dans les rues, la rue est définitivement en quarantaine, les pavés de la colère et de la lutte font pitié, les derniers hommes dans leur panic-room sont rassurés leur cul est impeccable et restera propre sur lui, les enculeurs en sont ravis.

Saint-virus, tombant à poil et à point, le pognon de l’arbre magique descend comme une manne inespérée chiée par le ciel, « restez dans vos chiottes, sortez surtout pas, on vous donne du fric » même si on vous l’a dit les caisses étaient vides pour la misère de vos vies de merde et la misère du monde, même si on vous l’a dit il était irresponsable de maintenir l’état providence au nom de la lutte contre la dette publique, même si on vous l’a dit on ne pouvait garantir à chaque dignité humaine qu’importe sa situation un revenu minimum de décence comme une existence de cette nature parce que cela est impossible et impensable, même si on vous l’a dit pour la dignité humaine il y a toujours une voie sans alternative qu’est le « chacun pour soi » et merde pour tous, même si on vous l’a dit le marché nous sauvera tous et saura plus que nul autre ce qui est bien et bon pour chacun de nos anus-nombrils, le printemps des poètes a des pouvoirs christiques quand il a chopé un virus : l’arbre magique existe, le pognon tombe du ciel, la manne qui déborde des caisses des banques et autres sauvés jadis et toujours par les poches trouées se déverse (en intérêts de dingue) comme de belles et généreuses éjaculations faciales sur les visages des ca(ca)davres. Saint-virus, que ton cauchemar soit sanctifié.

« Restez dans vos chiottes, sortez surtout pas, on vous l’interdit, c’est pour votre bien », état providence bradé aux bourses pleines et autres enculeurs de mouches, injustices sociales en lois déferlantes, et toute l’ignominie à coups de « réformes de responsabilité et de lucidité » et toutes les liberticides et les indignités votées dès le crépuscule apocalyptique. Saint-virus, que ton cauchemar soit sanctifié. « Restez dans vos chiottes, c’est pour votre bien ». La rue orpheline comme une ville morte, une nécropole post-tempête nucléaire, un cimetière sous tension eschatologique, le viol dans les règles de l’art peut commencer. Les poètes bourrés et bourratifs en fond sonore, à fond la caisse. Le tout plébiscité par les foules en délire et les baisodromes aca(ca)-demi-culs en transe orgiaque. Le printemps avec son virus plein la tête ressert un verre à la vie et le néant, au néant de la vie, à la vie du néant ; le printemps se dit : quitte à enchanter le viol des derniers hommes, dans cette fin du monde et cette fin des temps, faudrait sans doute le faire avec beaucoup d’ivresse – c’est-à-dire de dégueulasse comme il faut, panaché ou non, cela est du savoir-vivre. Les derniers hommes approuvent en chœur, ils sont aux toilettes, leur panic-room, entourés de papier-cul, l’essentiel est sauf. Cela est vérité mathusalem.

[…] »

Le printemps des poètes a chopé un virus, 11 mars 2020

Lectures supplémentaires / complémentaires :

  • Marty, F. (2003). 1. “La privatisation des services publics est une nécessité”. Dans : Les éconoclastes éd., Petit bréviaire des idées reçues en économie (pp. 9-20). La Découverte.
  • Marlière, P. (2001). Le public au service du privé. Mondialisation néo-libérale et privatisation des services publics en Grande-Bretagne. Les Temps Modernes, 615-616(4), 347-370.
  • Marty, F. (2007). La privatisation des services publics : fondements et enjeux. Regards croisés sur l’économie, 2(2), 90-105.
  • Andréani, T. (2003). La privatisation des services publics est une privatisation de la démocratie. Actuel Marx, 34(2), 43-62.
  • Marcil, I. (2016). Les politiques d’austérité, un leurre idéologique. Relations,(787), 17–19.
  • Chanel, A. (2015). Les avatars du libéralisme culturel: Le cas du libéralisme des mœurs. Idées économiques et sociales, 181(3), 59-68.

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.