The Slow Professor & Autres

Lazy man with computer at the office

« If there is one sector of society that should be cultivating deep thought in itself and others, it is academia. Yet the corporatisation of the contemporary university has sped up the clock, demanding increased speed and efficiency from faculty regardless of the consequences for education and scholarship.

In The Slow Professor, Maggie Berg and Barbara K. Seeber discuss how adopting the principles of the Slow movement in academic life can counter this erosion of humanistic education. Focusing on the individual faculty member and his or her own professional practice, Berg and Seeber present both an analysis of the culture of speed in the academy and ways of alleviating stress while improving teaching, research, and collegiality. The Slow Professor will be a must-read for anyone in academia concerned about the frantic pace of contemporary university life. »

The Slow Professor: Challenging the Culture of Speed in the Academy, Maggie Berg and Barbara K. Seeber.

Le surmenage est encore valorisé, comme si la capacité de travailler sans relâche était une vertu en soi. »

Peu importe, les deux auteures admettent avoir du mal à suivre leurs propres conseils. « Un ami proche n’a cessé de me taquiner l’année dernière, en me disant “Barbara, tu devrais vraiment lire le livre The Slow Professor”. Aller à l’encontre de la culture de la vitesse, c’est aller à contresens, ce qui est toujours difficile. C’est un processus. Il faut s’exercer sans cesse, y réfléchir constamment et rester vigilant. Nous continuons de trop travailler et de trop nous inquiéter.

Retour sur le livre à succès The Slow Professor.

Lectures supplémentaires / complémentaires:

  • Guerrien, B. & Gun, O. (2012). Dictionnaire d’analyse économique: Microéconomie, macroéconomie, monnaie, finance, etc.. La Découverte.
  • Boussaguet, L., Jacquot, S. & Ravinet, P. (2019). Dictionnaire des politiques publiques: 5e édition entièrement revue et corrigée. Presses de Sciences Po.
  • Juan, M., Laville, J. & Subirats, J. (2020). Du social business à l’économie solidaire: Critique de l’innovation sociale. ERES.
  • Rème Harnay, P. & Guerrien, B. (2009). Quelle synthèse entre économie et sociologie ?. Cahiers internationaux de sociologie, 127(2), 339-349.
  • Rémy, C. & Winance, M. (2010). Pour une sociologie des « frontières d’humanité ». Politix, 90(2), 7-19.
  • Laville, J. (2015). Changement social et économie solidaire : les événements dans le processus de recherche. Nouvelle revue de psychosociologie, 19(1), 181-194.
  • Cottin-Marx, S., Hély, M., Jeannot, G. & Simonet, M. (2017). La recomposition des relations entre l’État et les associations : désengagements et réengagements. Revue française d’administration publique, 163(3), 463-476.
  • Winnicott, D. (2019). La crainte de l’effondrement. Cliniques, 18(2), 16-28.
  • Kuyumcuyan, A. & Theissen, A. (2020). Ce, syntaxe et sémantique : présentation. Langue française, 205(1), 7-12.
  • Piot, C. (2008). Isolément global: La modernité du village au Togo. Editions Karthala.
  • Chabot, P. (2015). L’Âge des transitions. Presses Universitaires de France.
  • Houdard, S. & Thiery, O. (2011). Humains, non-humains: Comment repeupler les sciences sociales. La Découverte.

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.