Dé-confinement : entre rationalité(s) & responsabilité(s)

« Les historiens de la pensée économique et les économistes ont souvent décrit notre vision actuelle de l’économie ainsi que la science économique, censée transposer cette vision en termes rigoureux, comme l’aboutissement d’un double processus : toutes deux seraient le fruit, d’une part, du développement de la rationalité européenne et, d’autre part, de la modernisation/sécularisation de la pensée économique prémoderne (c’est-à-dire médiévale). Le développement de la rationalité économique européenne a donc été envisagé et représenté comme la victoire sur les conceptions économiques propres au Moyen Âge et à l’époque moderne, et ce par des auteurs aux points de vue très variés. On peut toutefois avancer une autre interprétation de l’évolution des langages économiques européens et de l’histoire de la « pensée économique » occidentale entre le Moyen Âge et la modernité, autrement dit entre le xve et le xviiie siècle. Selon cette perspective alternative, sur le plan formel, certains aspects de la science économique moderne (et, plus généralement, de la modernisation économique de l’Occident) résulteraient plutôt de l’incorporation et de la mise en œuvre systématique, durant l’époque moderne, de composants linguistiques/politiques hérités de la prémodernité. Ces composants consistent en des métaphores, des images et des allégories qui représentent la croissance ou la stagnation économique, de même que les asymétries économiques et les disparités sociales, comme participant d’un équilibre organique, fondé sur un ordre naturel ou providentiel. Ce système métaphorique de notions, ancré à l’origine dans une syntaxe conceptuelle issue du discours théologique, fut traduit en un langage qui, en convertissant les métaphores économiques en lois de l’économie, dissimulait leur sens historique et politique. L’imaginaire économique prémoderne pouvait alors être réactivé sous la forme d’une rhétorique qui représentait les asymétries économiques comme la conséquence naturelle et nécessaire d’un ordre économique rationnel et vérifiable.« 

– Todeschini, G. (2019). « Au ciel de la richesse »: Le coeur théologique caché du rationnel économique occidental. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 74e année(1), 1-24.

«  »Sweden’s infectious diseases chief has said parts of the country could achieve ‘herd immunity’ as early as next month as debate rages over the rising death toll. The country’s laissez faire experiment with coronavirus restrictions has made it a European outlier – drawing intrigue from around the globe.

Sweden’s approach has left kindergartens, schools, restaurants, cafés and bars open, with the latest figures suggesting tentative victories.

Anders Tegnell, the state epidemiologist who has been the figurehead of Sweden’s strategy, said: ‘We’re still at the level we were at a couple of weeks ago. There was some kind of peak before the Easter weekend, and now there’s some kind of downturn’. » – The Telegraph

« Sweden has taken a dramatically different approach to combating the coronavirus pandemic, adopting a business-as-usual strategy without imposing any social distancing measures or curfews.

Unlike most other countries, schools and borders remain open as well as ‘non-essential’ businesses including restaurants and entertainment hot spots.

While Swedish authorities have been criticized for their approach, they are now saying that it is beginning to work by achieving ‘herd immunity’ – when a majority of the population is immune to a disease, limiting its spread.

As no vaccine yet exists for coronavirus, countries can only achieve herd immunity to COVID-19 by a majority of their citizens contracting and surviving the virus, therefore becoming immune to contracting and spreading it a second time. ‘According to our modelers, we are starting to see so many immune people in the population in Stockholm that it is starting to have an effect on the spread of the infection,’ said Anders Tegnell, the state epidemiologist who has been the figurehead of Sweden’s strategy, on Norwegian TV as reported by The Telegraph.

Tegnell explained that the Stockholm, the center of Sweden’s coronavirus outbreak, could achieve herd immunity as early as next month.

Proponents of the herd immunity strategy have argued that lockdowns are damaging economies and causing a potentially devastating recession, which could kill more people in the long-term.

Sweden has reported nearly 14,000 coronavirus infections, higher than its Nordic neighbors, but still significantly lower than the worst hit countries in Europe, including Italy, Spain, France, and the UK.

Last week, it announced plans for an aggressive testing regime which could see 100,000 tests administered as the number of cases exceeded 13,000. Dr Tegnell said: ‘According to our modellers [at the Public Health Agency of Sweden], we are starting to see so many immune people in the population in Stockholm that it is starting to have an effect on the spread of the infection. ‘Our models point to some time in May.’

Dr Tegnell has defended his limited interventions, telling The Mail on Sunday that he believed that Britain’s lockdown had gone too far. He told the paper that Sweden was ‘following’ the UK’s original approach of resisting lockdown, and was ‘disappointed’ by Britain’s abrupt U-turn.

‘I am very sceptical of lockdowns altogether but if you ever do them, you should do them at an early stage,’ Dr Tegnell claimed.

Japan with minimal lock-down seems to be going for herd immunity as well.« 

As the piece notes, Britain initially followed a similar strategy, with the UK’s chief scientific adviser, Sir Patrick Vallance, pursuing a ‘herd immunity’ or ‘community resilience’ approach, before Professor Neil Ferguson’s bizarre computer modelling predictions from Imperial College suggested 500,000 people in Britain would die from it, forcing the government to change tack to the dramatic ‘total lockdown’ approach.

Ferguson seems to have form in these wild over-estimations: « In 2005, Ferguson said that up to 200 million people could die from bird flu. Between 2003 and 2009, just 282 people died worldwide from the disease.

On the issue of swine flu, Ferguson confidently forecast global deaths at four million. The worldwide total turned out to be 18,500. » (Daily Express).

Clearly he’s the person to go to if you want a dramatic – some might say, disproportionate – response. The Oxford University’s Evolutionary Ecology of Infectious Disease team, headed by professor Sunetra Gupta, produced radically different estimates from the computer modelling done by Ferguson at Imperial College, which formed the basis for the government’s lockdown U-turn. « ‘I am surprised that there has been such unqualified acceptance of the Imperial model,’ said Prof Gupta » (Financial Times, March 2020).

Why did Britain, and many other European countries, give this ‘unqualified acceptance’ to such dramatic modelling, and decide on such drastic and draconian social, cultural, and economic lockdowns, seemingly leading us torwads a future of mass vaccinations (Big Pharma), mandatory vaccine cards, and compulsory « track-and-trace » surveillance like the « green light » apps already used in China to prove that we’ve been obeying government guidelines. « As soon as a user grants the software access to personal data, a piece of the program labeled “reportInfoAndLocationToPolice” sends the person’s location, city name and an identifying code number to a server », notes The Times and The Sunday Times.

There’s a useful political quotation that’s worth bearing in mind at times like these: “When things don’t make sense, there’s another agenda”. »

The Political Self (via The Telegraph : Stockholm will reach ‘herd immunity’ within weeks

Claim comes amid bitter debate over success of Sweden’s relaxed approach)

Number of cases is a bad way to compare countries, as it depends mostly on the number of tests. The number of death depends on the population. A good way to compare is the death per million of population. For that Sweden has 152 death per million, is worse than it’s neighbors norway at 30/million, Finland 17/million. But it is way better than many other countries like UK 237/million, France 302/million. So it’s not so bad for Sweden as will escape the expected death toll of economic and social damage of the lockdown (suicides, drug addiction, lack of access to medical care & to better food, poverty) / it is difficult to make comparisons, is it not, especially when we don’t know where we all are inside the duration of this pandemic? Beginning, middle? Certainly not the end, sadly! We are in a fog, trying to find some clear features, some landmarks. Where are these different countries you have added into the frame in terms of their own epicurves? Same places or very different? Sweden looks like there’s no end yet in sight to be honest.
I chose countries that are ‘similar’ in important ways to Sweden and geographically close. France and the UK are in some ways very different. But it’s still interesting to compare.
Who pays the economic and social cost of the lockdown is something to be fought over. Indeed, the fight is already on.
The outcome is to be decided. On a page that leans towards socialist thought, this dimension should not be placed in the same category as a virus. Society can be rebuilt, but death, particularly the deaths of our most vulnerable, of the poor, of working people, that’s a defeat from which no victory can be seized.

« COVID-19 : face à un bilan humain alarmant, le modèle suédois vacille

Le pays se distingue en Europe par une approche souple face à l’épidémie de nouveau coronavirus: en Suède, les experts s’interrogent sur le bien-fondé d’un modèle qui a débouché sur un bilan humain nettement plus alarmant que chez ses voisins nordiques.

Mardi, le cap du millier de décès sur un total de quelque 11 500 cas d’infection a été franchi dans le royaume scandinave, une mortalité sans commune mesure avec celle observée en Finlande, au Danemark ou en Norvège.

« La préparation n’a pas été assez bonne », a reconnu samedi le premier ministre Stefan Löfven.

Comment en est-on arrivé là ? Pour Bo Lundbäck, professeur d’épidémiologie à l’Université de Göteborg (ouest), « les autorités et le gouvernement ont bêtement cru que l’épidémie n’atteindrait pas du tout la Suède ».

Contrairement aux autres pays nordiques qui ont adopté une stratégie de semi-confinement, Stockholm a exclu de placer sa population à l’isolement, estimant les mesures drastiques pas assez efficaces pour justifier leur impact sur la société.

Seules contraintes majeures, les rassemblements de plus de 50 personnes ont été interdits, de même que les visites dans les maisons de retraite. Pour le reste, le gouvernement en a appelé au civisme, demandant à chacun de « prendre ses responsabilités » et de suivre les recommandations sanitaires.

Malgré une certaine perplexité dans le pays comme à l’étranger, le gouvernement continue de suivre les recommandations de l’Agence publique de santé. Une confiance accordée aux autorités sanitaires qui ne fait pas l’unanimité.

« La Suède a été mal, voire pas du tout préparée », fustige M. Lundbäck.

Avec 21 autres chercheurs, l’épidémiologiste a signé mardi dans le quotidien Dagens Nyheter une tribune au vitriol pour exiger « des mesures rapides et radicales », notamment une fermeture des écoles et des restaurants.

De leur côté, les autorités sanitaires continuent de faire valoir une stratégie sur le long terme, soulignant que le confinement ne fonctionne que pendant de courtes périodes.

La Suède déplorait mercredi 119 décès liés au Covid-19 par million d’habitants, selon le site de collecte de données statistiques Worldometer. Au Danemark, ce chiffre s’élevait à 53, en Norvège 27 et en Finlande 12.

Aînés et immigrés en première ligne

L’Agence publique de santé a annoncé la semaine dernière qu’au moins 40 % des décès enregistrés dans la région de Stockholm, épicentre de l’épidémie en Suède, sont survenus dans des établissements accueillant des personnes âgées.

En dépit des mesures sanitaires, la moitié des maisons de retraite situées dans la capitale sont aujourd’hui touchées par le virus et un tiers des communes du pays comptent des cas suspects ou confirmés de coronavirus dans les résidences pour personnes âgées.

Une situation que la ministre de la Santé Lena Hallengren peine à expliquer. « Soit l’interdiction de visite n’a pas été observée, soit le personnel présentant des symptômes (…) est allé travailler », avançait-elle dans les colonnes de Dagens Nyheter.

Pour Ingmar Skoog, directeur du Centre pour les personnes âgées et la santé à l’université de Göteborg, le manque de centralisation nationale pourrait en partie expliquer une propagation plus importante que dans les pays voisins.

Dans ces établissements pour personnes âgées, en partie privés ou dépendant des communes, « le personnel est souvent payé à l’heure, moins bien rémunéré, moins éduqué et plus jeune », note M. Skoog.

À l’inverse de la Finlande, où ce personnel continue d’être protégé par des conventions collectives, en Suède, « ceux qui sont payés à l’heure ne touchent pas leur salaire s’ils restent à la maison avec des symptômes légers » comme le voudraient les consignes.

Contrairement à la Norvège voisine qui dit ne voir « aucune surreprésentation parmi les personnes nées à l’étranger », la Suède note aussi ce qui pourrait être une conséquence de sa politique d’accueil généreuse.

Selon une étude publiée la semaine dernière, les quartiers défavorisés de Stockholm, où vivent majoritairement des personnes issues de l’immigration, sont jusqu’à trois fois plus touchés par l’épidémie que le reste de la capitale.

Chercheuse en science politique à l’Université d’Uppsala, Gina Gustavsson déplore « un manque inquiétant de connaissances ou d’intérêt » des autorités sanitaires à l’égard de ces populations aux comportements sociaux parfois différents. »

« Le nombre de victimes de la COVID-19 bondit en Suède

Le gouvernement social-démocrate, qui rejette jusqu’à nouvel ordre le confinement de sa population, a présenté lundi un projet de loi visant à renforcer ses pouvoirs pour lutter contre l’épidémie.

Le nombre de victimes de la COVID-19 en Suède a fait un bond significatif mardi, relançant du coup le débat sur le bien-fondé des mesures de sécurité publique plus laxistes qu’ailleurs qui sont en vigueur.

L’Agence de santé publique nationale a rapporté 114 nouveaux décès attribuables à la maladie, ce qui porte à 591 le nombre de décès recensés dans ce pays de 10 millions d’habitants.

Il s’agit d’une mortalité nettement plus élevée que celle observée chez les voisins du royaume scandinave, qui recense en outre 7693 personnes infectées par le coronavirus.

La Norvège a enregistré par exemple 58 décès pour 5640 cas de la COVID-19, tandis que le Danemark rapporte 179 morts pour 4369 personnes contaminées.

L’agence suédoise précise que cette progression subite du nombre de décès s’explique par le fait que les chiffres publiés ces derniers jours ont été révisés.

La semaine dernière, Anders Tegnell, épidémiologiste à l’Agence de santé publique, avait déclaré que la Suède avait observé une courbe des contaminations relativement plate jusque-là, mais que celle-ci commençait à s’accentuer.

Cette déclaration a été faite alors même que les services de santé faisaient état d’un manque d’équipement et de personnel, comme cela est le cas dans de nombreux autres pays.

Mardi, l’épidémiologiste a rapporté une légère diminution du nombre de nouveaux cas quotidiens au cours des derniers jours, mais en précisant qu’il est encore trop tôt pour dire si la propagation du virus a atteint un pic.

Le pari de la responsabilisation des citoyens

Dans le royaume scandinave, le confinement de la population n’est pas d’actualité comme dans d’autres pays européens pour endiguer l’épidémie, même si certaines mesures de distanciation sociale ont été adoptées.

Le gouvernement social-démocrate du premier ministre Stefan Löfven appelle plutôt chacun à prendre ses responsabilités et à suivre les recommandations des autorités sanitaires (lavage de mains, distanciation, etc.).

Si beaucoup de Suédois ont depuis opté pour le télétravail en raison de l’épidémie, les garderies, les écoles primaires et les commerces, y compris les bars et les restaurants, demeurent ouverts.

Parmi les mesures les plus strictes jusqu’à présent figurent l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes et celle des visites dans les maisons de retraite.

La manière dont le royaume gère la crise sanitaire soulève cependant des questions critiques tant au niveau national qu’à l’international, mais le gouvernement rejette tout procès en passivité.

Non, on ne fait pas comme si de rien n’était en Suède, s’était défendue la ministre de la Santé Lena Hallengren lors d’une réunion avec la presse internationale jeudi à Stockholm.

Le gouvernement veut plus de pouvoirs

Le gouvernement suédois a tout de même présenté lundi un projet de loi visant à renforcer temporairement ses pouvoirs afin de lutter contre l’épidémie.

S’il devait être adopté, le gouvernement obtiendrait le pouvoir de limiter encore davantage les rassemblements publics et même de fermer des entreprises, sans l’approbation du Parlement, pour une période de trois mois.

La Suède et le monde entier font face à une situation grave causée par le coronavirus, a déclaré la ministre Hallengren, dans un communiqué.

Nous voyons la nécessité de pouvoir agir rapidement si la situation l’exige, il s’agit en fin de compte de protéger des vies humaines.

Le patron du Parti conservateur, Ulf Kristersson, a déclaré sur sa page Facebook que le projet manquait d’une définition claire sur la manière dont les pouvoirs supplémentaires pourraient être utilisés.

S’il reconnaît la nécessité de prendre des décisions rapides en temps de crise, M. Kristersson juge que les mesures doivent également avoir une légitimité démocratique. »

« Pratiquement inconnu jusqu’au milieu des années 90, le « principe de précaution » est devenu, avec l’affaire de la vache folle, une expression populaire. On le brandit désormais comme le talisman dont la seule invocation devrait protéger les citoyens contre tous les risques qui les menacent, et l’on invoque son application dans les domaines les plus hétérogènes (climat, couche d’ozone, OGM, santé, jusqu’aux conditions d’utilisation des armes sur les champs de bataille), au point que ce principe, apparu dans les années 70, devient synonyme de politique de sécurité. Il n’y aura bientôt plus personne qui ne se croira obligé d’agir par précaution.

Cet ouvrage se propose de clarifier ce principe en réunissant trois expertises, économique, juridique et philosophique. »

– Ewald, F., de Sadeleer, N. & Gollier, C. (2008). Le principe de précaution. Presses Universitaires de France.

Pandémie globale : la place des sciences (?) : « A l’évidence en effet, cette pandémie relève de ce que Mauss appelait les « faits sociaux totaux », ces phénomènes qui « mettent en branle la totalité de la société et de ses institutions » et dont la compréhension suppose de ne pas les décomposer ou les disséquer en leurs diverses dimensions (biologique, historique, politique, juridique, géographique, démographique, psychologique, économique …), car « c’est en percevant le tout ensemble que nous [pouvons] percevoir l’essentiel ».

Tenu par sa devise « Docet omnia » à faire concerter tous les domaines du savoir, le Collège de France ne peut ignorer cette invitation de l’un de ses membres les plus illustres à « percevoir le tout ensemble ». Encore faut-il s’accorder sur la place spécifique qui est celle de la recherche scientifique dans et face à la pandémie, puisque le propre d’un fait social total est d’impliquer non seulement les phénomènes observés, mais aussi ceux qui les observent et les produits de leurs observations.

Or faire retour sur soi, s’interroger sur ses limites et ses responsabilités n’est pas un exercice facile pour les chercheurs, habitués à occuper une position en surplomb des faits qu’ils observent.

Cette pente naturelle s’est accentuée depuis que les dirigeants politiques ou économiques, ne pouvant plus fonder le gouvernement des hommes sur une autorité religieuse, prétendent les administrer scientifiquement comme des choses.

Diverses sciences, au premier rang desquelles la biologie et l’économie, ont ainsi été promues depuis le XIXème siècle en références normatives, ayant vocation à guider le pouvoir politique, et à s’imposer à l’ordre juridique. L’actuel régime d’exception offre une illustration caricaturale de ce jeu de vases communicants : le gouvernement se réfère aux consignes de son Conseil scientifique pour restreindre drastiquement des libertés élémentaires, tandis que le Conseil constitutionnel se dispense jusqu’à nouvel ordre de censurer les atteintes à la Constitution (Décision n° 2020-799 DC du 26 mars 2020).

Cette inversion des rôles met en péril non seulement la démocratie, mais aussi les sciences elles-mêmes. Elles ont en effet besoin de temps et de controverses méthodiques pour appréhender un phénomène inédit car leur contribution au progrès des connaissances suppose qu’elles renoncent à la Vérité avec un grand V. Le mieux qu’elles puissent assurer est un service de « phares et balises », en signalant aux gouvernants les écueils et périls dont ils doivent se garder.

Celui qui gouverne, c’est-à-dire au sens étymologique du mot celui qui tient la barre, ne peut attendre des sciences qu’elles fixent le cap et lui permettent ainsi de se défausser des responsabilités qui sont les siennes. Elles peuvent éclairer le pouvoir politique, mais non le fonder. Une fois propulsées à la place dogmatique d’instance du Vrai jadis occupée par la religion, la Science fétichisée dégénère en scientisme, qui est le pire ennemi des sciences, de même que le biologisme ou l’économisme sont les pires ennemis de la biologie ou de l’économie. »

Pandémie actuelle : « choix de miser sur « l’immunité collective » » : « Le Royaume-Uni avait un temps fait le choix de miser sur « l’immunité collective » pour éviter le confinement et le blocage du pays. Les Pays-Bas également. Mais depuis quelques jours, ces deux pays semblent se raviser. Et opter pour des mesures plus sévères de confinement pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus. Mais de quoi parle-t-on exactement ? 20 Minutes vous aide à y voir plus clair.

L’« immunité collective », c’est quoi ?

C’est un principe selon lequel plus les personnes sont infectées par une maladie, plus elles développent des anticorps contre ce virus, et moins l’épidémie se propage dans la population. « Pour le Covid-19, on estime que le taux de reproduction [contagiosité] tourne autour de 2,5, explique Jean-Stéphane Dhersin, mathématicien spécialiste de la modélisation des épidémies. Ce qui veut dire que les 1.000 premières personnes infectées vont transmettre à 2.500 personnes. Si on ne fait rien, cette courbe augmente de façon exponentielle. Une fois que la moitié de la population est immunisée, un malade va contaminer en moyenne 1,24 personne. Et si 60 % de la population a été en contact avec le virus, vous ne le transmettez qu’à une seule personne. Quand vous arrivez à un taux de reproduction de 1, l’épidémie ne se propage plus. »

Voilà pourquoi certains pays ont fait le choix de ne pas confiner les populations, espérant qu’une diffusion rapide du virus, une fois qu’elle aurait touché 60 % des citoyens, provoquerait une immunité collective protectrice à long terme.

Pour illustrer ce concept, Mircea T. Sofonea, maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l’université de Montpellier, prend une analogie : « Une épidémie, on peut la représenter comme un feu de forêt qui se propage vite. La différence avec les arbres, c’est que les humains bougent : nous avons des contacts pas seulement avec des voisins, mais au travail, pendant les courses. Il suffit qu’une fraction de la population soit résistante à la maladie pour qu’elle empêche la reproduction du pathogène. C’est comme si vous aviez une forêt moins dense. »

Historiquement, d’où vient ce concept ?

Les premiers modèles ont été publiés dès les années 1930. En travaillant sur la grippe espagnole du début du XXe siècle, des mathématiciens ont découvert qu’une épidémie ne meurt pas « faute de combattants » – situation dans laquelle l’agent infectieux finirait par disparaître avec les malades qu’il tue –, mais par acquisition d’une « immunité grégaire », explique Antoine Flahault, spécialiste en santé publique et en épidémiologie à l’AFP.

Mais ce concept est surtout utilisé pour lutter contre des épidémies quand on a un vaccin, afin de déterminer le taux de couverture vaccinal nécessaire, pour être sûr que la variole ou la rougeole va disparaître, par exemple.

Quels sont les pays qui ont choisi cette stratégie ?

Petit à petit, certains pays qui voulaient miser sur cette approche ont revu leur copie. Dans un premier temps, le Britannique Boris Johnson avait popularisé ce terme d’« immunité collective ». Alors que la France imposait un confinement à toute la population (avec quelques dérogations), nos voisins britanniques étaient invités à se laver les mains. Mais face à un scénario cauchemardesque, qui estimait que si rien n’était fait, 250.000 Britanniques pourraient mourir du coronavirus, le Premier ministre a finalement décrété lundi soir un confinement national pour au moins trois semaines.

Aux Pays-Bas, aussi, ce revirement se dessine, mais plus lentement. Si le Premier ministre, Mark Rutte, n’exclut plus un confinement total de la population, il espère « que ce ne sera pas nécessaire ». Mark Rutte avait déclaré la semaine dernière vouloir favoriser le développement d’une immunité collective aux Pays-Bas dont, avait-il prévenu, la plupart des habitants seraient contaminés.

Seul pays européen à faire cavalier seul, la Suède n’a pas suivi la voie du confinement. Si les lycées et universités sont fermés, les écoles primaires, restaurants et bars restent ouverts. Les critiques pleuvent sur les décisions de certains politiques, accusés de faire passer les conséquences économiques désastreuses du confinement avant la protection des plus fragiles.

Pourquoi cela pose problème pour le coronavirus ?

D’abord pour des raisons humaines : attendre que plus de la moitié de la population tombe malade, avec un taux de mortalité entre 1 et 5 % selon les pays, c’est laisser mourir un grand nombre de personnes vulnérables. Par ailleurs, rappelons qu’il n’existe aujourd’hui ni traitement, ni vaccin. C’est aussi un pari risqué car c’est faire fi des conséquences catastrophiques d’un afflux massif de patients dans des hôpitaux en manque de moyens.

Autre souci : il reste beaucoup d’interrogations sur ce Covid-19. Et une des questions porte sur l’immunité à long terme vis-à-vis de ce coronavirus : en gros, peut-on attraper deux fois cette maladie ? « Pour le Sras, coronavirus proche du Covid-19, des études ont montré que les anticorps pouvaient baisser au bout de deux ans, précise Mircea T. Sofonea. Ce qui veut dire que pour ce virus proche, l’immunité n’est pas garantie à vie. Attention, ce n’est pas pour autant transposable au Covid-19, qu’on découvre seulement depuis décembre. Personne ne peut vous dire si les personnes qui ont été contaminées auront une mémoire immunitaire persistante dans un an. Nous avançons dans le brouillard. »

Par ailleurs, ce virus peut-il muter ? « Rien ne dit qu’une immunité de groupe soit suffisante si la pandémie continue dans d’autres pays, qu’elle y circule à bas bruit, reprend l’expert. Et revienne dans quelques mois avec des mutations telles que notre immunité ne la reconnaîtrait pas. » Ainsi, la grippe réapparaît chaque hiver avec des souches différentes, voilà pourquoi il faut se refaire vacciner chaque année.

Pour beaucoup, la question de l’après confinement commence à se poser. Que se passera-t-il si, dès que les mesures strictes sont levées, les Français retournent dans les parcs, écoles et Ehpad ? « En l’absence de vaccin, sachant que cela prend entre 6 et 18 mois pour en développer en moyenne, l’épidémie a de fortes chances de redémarrer, y compris par des cas importés », avertit Marcea T. Sofonea. C’est d’ailleurs ce qui semble être observé dès à présent à Hong-Kong. « Tant que ce seuil de 60 % n’est pas atteint, les Etats devraient maintenir une vigilance sur les chaînes de transmission pour que l’épidémie ne redémarre pas, poursuit l’épidémiologiste. Notamment on gardant en quarantaine les nouveaux cas et en traçant tous les contacts. » Ou en maintenant un confinement pour les personnes les plus fragiles. Les politiques n’ont pas fini de faire face à des dilemmes cornéliens. »

– Coronavirus : Qu’est-ce que l’« immunité collective » et pourquoi c’est un pari très risqué ?

19 avril 2020, la Une du Journal de Montréal : « Le Québec en deuil »

« COVID-19: 18 357 cas confirmés et 877 décès au Québec« 

Lire ici

« Legault élargit quelque peu sa liste des services prioritaires

Le secteur de la construction résidentielle et celui des mines, notamment, pourront reprendre sous peu.

Le confinement tire à sa fin pour les travailleurs de certains secteurs de l’activité économique du Québec.

Au moment où le Québec s’approche du pic de contamination – toujours prévu le 18 avril –, le premier ministre François Legault a annoncé lundi, lors de sa conférence de presse quotidienne, que la liste des services prioritaires serait élargie par son gouvernement.

Depuis, plusieurs secteurs ont fait leur apparition sur ladite liste (voir plus bas).

Ainsi, il sera possible pour les entrepreneurs de reprendre leurs activités de construction et de rénovation domiciliaire à compter de lundi prochain pour effectuer les livraisons d’unités résidentielles prévues d’ici le 31 juillet 2020.

Cette permission inclura en outre les arpenteurs et les inspecteurs en bâtiments.

Éviter une crise du logement

Des milliers de chantiers de construction domiciliaire avaient dû être suspendus à cause de l’état d’urgence sanitaire – une situation qui avait de quoi rendre nerveux tous les nouveaux propriétaires en attente d’emménager dans leur futur chez-soi et qui aurait pu créer un effet domino, le 1er juillet.

On s’est assuré avec la santé publique que tous les protocoles étaient mis en place pour protéger ces employés-là, entre autres qu’ils restent toujours à deux mètres les uns des autres, a expliqué le premier ministre. Mais on ne veut pas ajouter une crise de logement par-dessus la crise qu’on vit actuellement.

Ces protocoles incluront notamment la fin des « toilettes chimiques » sur les chantiers de 25 travailleurs et plus.

C’est du moins ce que précise la CNESST dans son guide sur les chantiers de construction, mis à jour lundi, dans lequel on apprend qu’il devra y avoir des toilettes à chasse ainsi qu’un lavabo […] avec de l’eau propre et tempérée.

Les entrepreneurs devront également fournir à leurs travailleurs du savon et un séchoir à mains, des essuie-mains enroulables ou des serviettes de papier.

Le gouvernement permettra aussi à l’industrie minière de redémarrer à compter de mercredi. Même chose pour les entreprises d’aménagement et d’entretien paysager, les pépinières, les centres jardin et les commerces de piscines.

Les ateliers d’entretien et de réparations de véhicules – qui étaient déjà sur la liste des activités prioritaires depuis le début, mais uniquement pour donner des services essentiels et répondre aux urgences – pourront recommencer à offrir certains services moins cruciaux, comme la pose de pneus.

Enfin, le secteur des produits, pièces et autre matériel nécessaires aux services de transport et de logistique sera ajouté lui aussi à la liste gouvernementale des services prioritaires.

Des CHSLD privés non conventionnés « sous surveillance »

Par ailleurs, l’ensemble des habitations pour aînés du Québec seront inspectées pour voir si la situation est sous contrôle, a annoncé le premier ministre.

Après la mise en lumière de situations horrifiantes dans des CHSLD privés, dont celle du groupe Katasa à Dorval, le gouvernement a effectué des vérifications auprès des 40 établissements privés non conventionnés du Québec au cours du week-end.

M. Legault a rapporté que la grande majorité sont très bien gérés, précisant toutefois que cinq de ces lieux d’hébergement demeuraient sous surveillance, dont le CHSLD Herron.

Un problème de personnel, selon Legault

Le manque de préposés aux bénéficiaires explique en partie les problèmes rencontrés – une situation qui perdure depuis bien avant le début de la crise sanitaire, a rappelé le premier ministre.

Le problème se situe, selon lui, au niveau des salaires trop bas pour attirer de la main-d’oeuvre. Comme un effet domino, le manque d’effectifs entraîne à son tour une surcharge de travail pour les autres employés, a-t-il exposé.

C’est très difficile d’aller attirer tout le personnel [dont] on a besoin […] C’est le grand défi qu’on a, et ce n’est pas un défi qui est nouveau.

François Legault, premier ministre du Québec

Ce qui est encourageant, c’est qu’il y a beaucoup de métiers, je pense aux magasins de détail, au tourisme et à la restauration, des gens qui peut-être pourraient se réorienter pour devenir préposés aux bénéficiaires, a-t-il ajouté.

M. Legault a semblé mettre de la pression sur les syndicats, lundi, pour qu’ils acceptent que les préposés soient les seuls travailleurs de la santé à recevoir une augmentation salariale significative dans le cadre des négociations pour le renouvellement des conventions collectives.

Deux jours après avoir ordonné l’inspection des 40 CHSLD privés non conventionnés de la province, les inspections sont maintenant élargies à toutes les habitations qui hébergent des personnes âgées à travers le Québec, tous genres confondus. Le premier ministre a évalué leur nombre à 2600. De ce nombre, une trentaine comptent plus de 15 % de résidents ayant contracté la COVID-19, a-t-il révélé.

Pour rassurer les proches de résidents en CHSLD, une personne par établissement doit être désignée pour faire le lien avec les familles, a-t-il annoncé, précisant qu’il ne s’agirait pas nécessairement d’une infirmière.

Québec réfléchit également à la possibilité de permettre aux aidants naturels de visiter leurs proches. En leur interdisant tout contact, le gouvernement se rend bien compte qu’il se prive de ressources importantes, a souligné M. Legault.

Portes verrouillées et travail forcé

Trois enquêtes, dont une menée par le Bureau du coroner, ont été déclenchées pour faire la lumière sur la situation au CHSLD privé Herron, à Dorval, où pas moins de 31 décès ont été enregistrés sur un total de 150 résidents depuis le 13 mars. Mais d’autres histoires, tout aussi inquiétantes, ont été entendues auprès d’employés d’établissements publics.

C’est notamment le cas au CHSLD du Manoir-de-Verdun, à Montréal, où le personnel soignant, déjà en effectifs réduits, aurait subi de l’intimidation.

Des employés auraient même été contraints de demeurer à l’intérieur pour prolonger leur quart de travail – une façon de faire « inacceptable », a précisé le premier ministre, qui était accompagné lundi par la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, et par le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda.

Contrairement à son habitude, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, était absente lundi.

À cinq jours du pic de contamination

Alors que le Dr Arruda maintient que le sommet de la courbe de contamination au Québec devrait être atteint le samedi 18 avril, le bilan rapporté lundi faisait état d’une situation générale qui se stabilise, selon le premier ministre Legault.

Le Québec compte à l’heure actuelle 13 557 cas, soit 711 de plus que dimanche. La santé publique déplore aussi 32 nouveaux décès, ce qui porte à 360 le nombre total de personnes mortes des suites de la maladie depuis le début de la pandémie.« 

« Le confinement du Québec a été une décision importante pour contrer la pandémie de la COVID-19. Mais qu’en sera-t-il du déconfinement? La décision ne sera pas si simple à prendre, croit le Dr Alain Vadeboncoeur.

«Quand on ferme tout, c’est une mesure assez radicale, mais disons que c’est assez simple à conceptualiser, explique l’urgentologue de l’Institut de cardiologie de Montréal. Déconfiner, bien on n’a pas vraiment de modèle parfait.»

Selon lui, le gouvernement sera appelé à faire un choix entre parmi tant de scénarios possibles.

«Il n’y a pas de très bon scénario, il faut choisir [parmi ceux qui sont] moins pires dans le contexte où on est», dit-il.

La semaine dernière, le premier ministre François Legault a suscité l’ire de nombreux Québécois en invoquant la possible réouverture des écoles au début mai.

Après coup, le Dr Vadeboncoeur a tenté de se faire une tête sur l’idée de rouvrir les écoles en mai dans une publication qu’il a publiée sur Facebook vendredi.

«Le raisonnement choisi pourrait être le suivant: primo, tant qu’on n’a pas l’immunité ou un vaccin, l’infection va rester très difficile à « contrôler » sans mesures de distanciation. Mais le vaccin n’étant pas pour demain, il faudrait maintenir la distanciation très longtemps. Et le vaccin n’est pas garanti non plus…», pouvait-on lire.

Or, il est inévitable à son avis qu’il va éventuellement falloir rouvrir les écoles.

En entrevue à LCN, l’urgentologue explique qui voulait «réfléchir avec tout le monde».

«Je n’étais pas si convaincu que d’attendre et d’attendre, c’était la meilleure chose, lance-t-il. Peut-être que d’ouvrir avant l’été peut avoir certaines vertus. Mais évidemment, ce n’est pas des sujets simples, surtout dans le contexte actuel.»

Reste que pour l’expert, Québec devra finir par trancher à savoir s’il souhaite garder les écoles fermées jusqu’à ce que le tout soit contrôle.

Sauf que ce phénomène pourrait uniquement se traduire par l’entremise d’un vaccin qui, force est d’admettre, n’est pas pour demain et n’est pas entièrement une valeur sûre, craint-il. »

La délicate décision de rouvrir les écoles

« Pire que l’autre, la nouvelle science économique

Longtemps, les économistes classiques ont élaboré leurs modèles comme si les humains étaient des machines à calculer. Echec. Nourrie de psychologie, l’économie dite comportementale étudie donc nos réactions et nos décisions afin de les anticiper. Et de les influencer par des incitations subtiles. Il suffirait en effet d’un simple coup de pouce pour remettre travailleurs et consommateurs sur le droit chemin. »

Laura Raim (Juillet 2013)

« « Saving lives in the pandemic will also save the economy in the long run

If you’ve listened to President Trump or his aides in recent weeks, you might think we have to choose between what’s optimal for public health and what’s optimal for the economy. We can save lives, or maximize gross domestic product.

But if you listen to economists, you’ll learn that this is a false choice. Prematurely reopening businesses, schools and public gatherings — as Trump has agitated to do — would be worse for long-run economic growth than requiring them to remain closed until the virus is contained. »

« Dé-confinement » « Foutur » : entre Irrationalité(s) & Irresponsabilité(s)

Alors que la Chine se déconfine progressivement, le secteur du luxe reprend lui aussi son activité. À l’image de la boutique Hermès de la ville de Guangzhou, qui a rouvert ce samedi 11 avril. Et pour ce premier jour post-crise de coronavirus, la griffe a battu un record de recettes, puisque 19 millions de renmibi, soit 2,7 millions de dollars, y ont été dépensés.
De la vaisselle, des chaussures, ou encore des sacs Birkin en édition limitée y ont été dévalisés par les clients, comme le rapporte le WWD. Ce chiffre d’affaires, sur une seule journée, considéré comme le plus élevé pour une seule boutique en Chine, devrait offrir un regain de confiance aux marques de luxe, qui sont impatientes de faire sonner à nouveau les caisses.

« Universities brace for huge losses as foreign students drop out

Call for a government bailout worth billions to help sector survive the crisis

Some universities are already expecting to lose more than £100m as foreign students cancel their studies, with warnings that the impact of coronavirus will be “like a tsunami hitting the sector”. »

« Sortie de confinement, ou la somme de tous les dangers

Expliquant les raisons du confinement par l’insuffisance de la seule distanciation sociale, Ph. Sansonetti pose les conditions nécessaires pour un futur déconfinement – qui ne mettra pas fin aux mesures de distanciation.

La stratégie initiale « d’écrasement du pic » afin d’étaler la période de progression de l’épidémie de Covid-19 et préserver les systèmes de santé, a reposé sur la mise en place d’une distanciation sociale. Fondée sur le respect des gestes barrières (distances, pas d’embrassade ni de serrage de main) et sur une hygiène stricte préconisant essentiellement le lavage fréquent des mains, elle s’est avérée insuffisante.

Deux marqueurs en témoignaient dès la seconde semaine de mars : l’augmentation exponentielle des cas de Covid-19 hospitalisés et la menace de saturation rapide des capacités de réanimation. On avait vu le drame italien les deux semaines précédentes et tous les éléments étaient réunis pour que ce scénario « à l’italienne » se reproduise en France. Se présentaient alors deux solutions : le pari sur l’immunité de groupe ; la distanciation sociale.

Les deux méthodes pour endiguer une épidémie
1/ La première méthode consiste à ne rien changer, comme on l’a envisagé en Hollande et initialement au Royaume Uni, et attendre que la prévalence de l’infection dans la population génère un pourcentage assez élevé d’individus immunisés pour constituer une immunité de groupe empêchant le virus de circuler faute de trouver assez de cibles immunologiquement naïves. Le taux de reproduction de base (R0) de Covid-19 étant de 2,5, le pourcentage de population infectée nécessaire pour obtenir cette immunité de groupe et ramener le R0 au-dessous du seuil épidémique (R0<1) se calcule à partir de l’équation : % population infectée nécessaire = 1-1/R0, soit 60 %. Sous réserve bien sûr que la maladie génère dans tous les cas une solide immunité protectrice, ce qui n’est pas encore formellement démontré pour ce virus très performant pour neutraliser les réponses immunitaires cellulaires indispensables à son éradication totale chez les patients infectés. Cette option n’était pas tenable, compte tenu du nombre de malades graves qu’allait générer l’épidémie déjà en croissance exponentielle dans un espace de temps très court. Il s’avérait en parallèle que le virus était très contagieux, en particulier du fait de son excrétion importante par de très nombreux sujets porteurs asymptomatiques, pauci-symptomatiques, ou en tout début de maladie. Clairement le nombre réel de sujets infectés était déjà à ce moment très supérieur au nombre de cas biologiquement confirmés correspondant quasi exclusivement aux malades hospitalisés. En un mot, on était aveugle, faute de données épidémiologiques même approximatives du réel taux d’attaque de la maladie. L’histoire des épidémies nous apprend à quel point la capacité d’identifier exhaustivement les patients, y compris les porteurs sains, est importante pour engager un contrôle efficace de la diffusion du pathogène.

Au tournant du XIXe et du XXe siècle, l’Europe et les États-Unis furent régulièrement frappés d’épidémies de fièvre typhoïde qui, en milieu urbain, pouvaient prendre une ampleur dramatique. Robert Koch identifia très vite que l’origine, souvent mystérieuse, de ces épidémies, était l’existence de porteurs chroniques asymptomatiques du bacille typhique excrétant le pathogène dans leurs selles et contaminant leur environnement. Un cas caricatural fut la fameuse « Typhoid Mary » à New York qui, comme cuisinière de restaurant, contamina des centaines d’individus de manière itérative, car elle refusait obstinément de changer de métier. Ceci amena les autorités à la jeter en prison… Robert Koch et ses élèves établirent, dès le début des épidémies de fièvre typhoïde, une approche de diagnostic à grande échelle, y compris de dépistage des porteurs asymptomatiques, avec mise en quarantaine de tout sujet présentant une coproculture positive. Cette approche était si bien rodée et efficace, au prix d’un travail intensif d’agents sanitaires et de laboratoires de diagnostic, qu’avant sa mort en 1911, Robert Koch doutait ouvertement de la nécessité de vacciner contre cette maladie…

100 ans plus tard, sans capacité de diagnostic suffisante, donc sans capacité d’identifier les contaminateurs, particulièrement les porteurs asymptomatiques, nous avons été réduits à une extrapolation du nombre de cas et de porteurs. Prenant une base minimale de 10 fois le nombre d’hospitalisations, on pouvait facilement conclure qu’avec 10 % de formes graves, les capacités hospitalières seraient submergées en quelques jours. Il y avait un précédent : lors de la pandémie de grippe asiatique de 1957, au Royaume Uni, le National Health Service débordé avait sombré pendant 10 jours devant la marée de patients sévèrement atteints et l’amputation massive de ses effectifs de personnels eux-mêmes malades. Qui a dit que l’histoire ne se reproduisait jamais à l’identique ? Plus près de nous, en 2002-2003, l’épidémie de SRAS a montré à quel point le personnel médical était exposé et infecté. À Hong Kong, le « patient 0 » était d’ailleurs un professeur de médecine de Canton confronté aux premiers patients dans sa ville, berceau de l’épidémie. Même scénario à Toronto, l’autre foyer secondaire majeur. Pire, le personnel médical contaminé devenait lui-même source de contamination. Un comble… Une leçon aurait dû être tirée de ces épisodes dramatiques (et de bien d’autres) : la première cible d’une épidémie de cette nature est le personnel médical, d’où la nécessité de maintenir des stocks suffisants de matériel adapté à la protection contre le risque microbiologique.

2/ La situation dans le Grand-Est où s’était créé un foyer très virulent « à l’italienne » a confirmé rapidement la crainte d’un dépassement irréversible du personnel de santé et de ses moyens thérapeutiques. Cela a conduit dès la mi-mars à la deuxième solution : le renforcement de la distanciation sociale en introduisant une vraie dimension suppressive avec la fermeture des écoles, des lieux publics et commerces « non essentiels » et, dans les jours qui ont suivi, au confinement de l’ensemble de la population, en toute conscience du risque économique et social de cette décision. L’observation de petits signes de ralentissement de la dynamique de l’épidémie ne survenant qu’après quatre semaines de confinement laisse à penser ce qu’aurait été l’ampleur de la catastrophe si l’on était resté aux mesures de distanciation sociale telles qu’initialement appliquées. Dans cette période incertaine, la tenue héroïque du front par les personnels soignants, eux-mêmes maintenant principales victimes de l’infection, méritera d’être inscrite dans nos livres d’histoire.

La distanciation devra continuer après le déconfinement
Il est dès maintenant essentiel d’analyser les causes possibles de l’échec de la distanciation sociale qui a amené au confinement dans notre pays, mais aussi en Italie, en Espagne et au Royaume Uni, ces quatre pays supportant actuellement l’essentiel du poids de la maladie en Europe, et de s’interroger sur la faible mortalité observée en Allemagne qui avait appliqué une approche similaire. En effet, la sortie de confinement ne pourra se concevoir autrement que par la reprise de la distanciation sociale au moment où les conditions seront réunies et en engageant tous les moyens de sa réussite.

Si la Chine a opté en une étape pour une approche de confinement total, rigoureusement exécuté par un appareil étatico-politique qui en a les moyens, d’autres pays asiatiques comme Singapour, Taïwan et la Corée du Sud ont réussi à ce stade une politique de contrôle de l’épidémie par la mise en place précoce de la distanciation sociale, bien suivie par des populations plusieurs fois traumatisées par ces événements infectieux émergents. Cette approche est marquée par des mesures d’hygiène individuelle intensive comprenant l’usage de masques dans la population générale, une large utilisation de tests diagnostiques visant à identifier et isoler les malades et les porteurs du virus, combinée à des enquêtes exploitant les progrès de l’intelligence artificielle pour détecter les sujets contact et les mettre en quatorzaine. Les sujets à risque étaient confinés, en particulier les personnes âgées. La Corée a ainsi réussi à contrôler l’épidémie, alors qu’elle subissait un foyer très virulent dans le sud de la péninsule, qui menaçait sérieusement l’ensemble du pays. Ces pays ne sont bien sûr pas à l’abri de rebonds car ils n’ont vraisemblablement pas, du fait de ce succès précoce, atteint la prévalence d’infections nécessaire pour développer une immunité de groupe. Singapour, considéré comme un des « bons élèves », après un semblant de contrôle initial, a vu ces derniers jours s’envoler le nombre de cas, y compris de décès, et a décidé pour le 7 avril un confinement total de sa population. C’est, quoi qu’il arrive, très inquiétant et les échanges que j’ai avec mes collègues chinois qui ne pratiquent pas la langue de bois traduisent aussi une profonde crainte d’un rebond après s’être réjouis des premiers succès impressionnants dans le contrôle du Covid-19.

Il est clair que les « Tigres Asiatiques » ont voulu préserver en priorité l’outil économique et ont adopté des stratégies en ce sens. Tout tiendra à leur durabilité. Rien n’est manifestement définitivement scellé à ce stade… Des pans entiers de ce que Charles Nicolle appelait « le génie évolutif des maladies infectieuses » nous échappent encore. Peut-être le prix humain que nous payons pour cette épidémie sera-t-il payé en retour d’un niveau d’immunité de groupe, certes insuffisant, mais qui, joint à des mesures de distanciation sociale rigoureuses, permettra de bloquer efficacement la circulation du virus.

De l’analyse objective de l’échec de la distanciation sociale en entrée de crise et de l’accumulation rapide de données sur la maladie et le virus causal ces dernières semaines, peut émerger un schéma pour sortir de la crise, en gardant toujours à l’esprit que rien ne ressemblera à un retour total à la normale tant que nous ne disposerons pas d’un vaccin. On peut plus précocement espérer qu’une combinaison de molécules antivirales repositionnées permettra de traiter les formes graves et de diminuer la charge virale des patients, donc de ralentir la circulation du virus, sans risquer la sélection de résistance que comporterait la monothérapie. Ceci pourrait faciliter un passage plus rapide sous le seuil épidémique. Sur le long terme, les médicaments ne remplaceront cependant pas un vaccin efficace, comme on le voit pour le SIDA, en particulier dans les pays à bas revenus où les coûts des molécules et la nécessité d’une administration prolongée ont un poids logistique et financier difficile à tenir.

Il est essentiel d’expliquer dès maintenant ces perspectives à nos concitoyens. Il faut les aider à comprendre que cette situation d’exception va durer. La fin du confinement ne sonnera pas la fin de l’épidémie ! L’épidémie sera toujours présente, moins virulente, certes, que la vague que nous sommes en train de subir, mais ne demandant qu’à rebondir. Non seulement le déconfinement devra être progressif comme déjà annoncé, par zones, sur des critères qu’il conviendra de définir rapidement, mais il devra s’accompagner du maintien des mesures de distanciation sociale, adaptées, améliorées… intelligentes, sur lesquelles nous allons revenir. Notre pays, son économie, son personnel médical, ses forces vives ne tiendront pas face à un ou plusieurs rebonds qui nécessiteraient une reprise de mesures de confinement « en accordéon ». C’est inimaginable, nous devons réussir notre déconfinement, et n’avons que peu de temps pour le préparer. Son succès sera facteur de confiance de nos concitoyens dans les autorités politiques et sanitaires, mais aussi pour les grands organismes bancaires, qui prêtent encore à taux zéro à l’État Français pour aider à la reconstruction rapide de notre économie. Ils perdront vite patience, si nous ne montrons pas une discipline et une intelligence collective exemplaires. Une fois encore, notre destin est entre nos mains…

Les raisons de l’échec de la stratégie initiale
Réfléchissons aux raisons possibles de l’échec de la stratégie initiale de distanciation sociale en France, puisque son efficacité sera la clé du succès de notre sortie de confinement.

1 – Nos concitoyens ne se sont clairement pas sentis assez tôt concernés par le risque épidémique en dépit des images en provenance de Chine, puis d’Italie. Ce fut en particulier le cas des adultes jeunes qui, devant l’idée initialement entretenue que n’était touchée que la population des plus de 65 ans, se sont moins motivés pour une stricte prévention. La « pandémie du siècle » annoncée en 2009 lors de l’émergence d’une souche de virus grippal A-H1N1 avait donné lieu à une mobilisation générale précoce, sans précédent, des services sanitaires nationaux et internationaux. Elle avait finalement déjoué les prévisions en s’avérant relativement bénigne, créant ainsi un référentiel négatif démobilisant les esprits et entamant la confiance dans les autorités scientifiques, médicales et politiques qui après tout avaient – certes au prix de quelques maladresses – rempli leur rôle.

2 – Nous avons manqué de moyens de diagnostic à la hauteur de l’ampleur et de la rapidité de progression de l’épidémie : nombre insuffisant de tests moléculaires (q-RT-PCR) disponibles, complexité initiale des prélèvements et de la réalisation technique de ces tests. Par manque de capacité, nous n’avons pu développer une approche proactive de diagnostic élargi, particulièrement dans les zones les plus touchées, au moment clé où l’épidémie s’accélérait. Aveugles sur le nombre, même approximatif, des cas réels, nous n’avons pu procéder à un large isolement de sujets contagieux et à une mise en « quatorzaine » de leurs contacts directs, voire à un confinement plus précoce. Ce qui a laissé se développer la transmission exponentielle d’un virus dont le R0 est supérieur à celui de la grippe saisonnière.

Les pays qui ont largement pratiqué ces tests, comme la Corée, Taiwan, Singapour et même l’Allemagne présentent à ce jour un bilan plus favorable, particulièrement en nombre absolu de décès. Certes il y a toujours loin de la corrélation à la causalité et beaucoup de facteurs confondants possibles, mais rappelons-nous l’exemple de Robert Koch et du contrôle des épidémies de fièvre typhoïde par le dépistage systématique des porteurs asymptomatiques.

3 – Les mesures d’hygiène individuelles ont été insuffisantes, ce qu’illustre la non-disponibilité de masques. Face à cette pénurie, la communication visant à convaincre la population que ces masques, en nombre cruellement insuffisant, devaient être parcimonieusement utilisés et réservés aux personnels de santé était logique et louable. Mais devant la circulation active du virus et la connaissance de sa transmission par gouttelettes et aérosols, pourquoi avoir discrédité l’usage des masques dans la population générale et affirmé avec assurance qu’ils étaient inutiles ou que les experts étaient à ce sujet divisés ? Nos collègues asiatiques n’en sont toujours pas revenus. Pourquoi au contraire ne pas avoir invité la population à fabriquer, même imparfaits, des masques personnels ? Les sites officiels auraient même pu s’emparer du sujet et donner des consignes et des modus operandi. Sans doute ces masques artisanaux sont-ils imparfaits, mais le mouvement aurait aussi contribué à responsabiliser plus encore nos concitoyens sous réserve de leur expliquer clairement que le masque était complémentaire et non exclusif des autres mesures d’hygiène. Dans une épidémie tout est bon pour ralentir la circulation du pathogène, réduire l’excrétion et la contamination, même si les dispositifs utilisés ne protègent pas à 99 %… C’est l’addition des mesures qui va ramener la circulation du virus sous le seuil épidémique.

Les conditions pour prononcer le déconfinement
Quand faudra-t-il sortir du confinement ? Le plus tôt serait bien sûr le mieux, la santé mentale de notre population et les chances de relance de notre économie en dépendent. Impossible d’attendre médicaments et vaccin. Mais ne confondons pas vitesse et précipitation. Deux conditions doivent absolument être réunies, elles sont affaire de bon sens, plus même que de science :

  • Sommes-nous clairement sortis du pic épidémique ? Non ! Même si l’on observe aujourd’hui quelques signaux que l’on aimerait considérer comme positifs, comme la stabilisation du nombre de nouveaux patients hospitalisés et de ceux nécessitant la réanimation, la situation reste incertaine, car la tension sur les personnels de santé et les moyens hospitaliers demeure extrême, en dépit de quatre semaines de confinement, alors que se fait sentir un véritable relâchement dans l’adhésion de certains.
  • Réunissons-nous à ce jour les éléments permettant de donner à la stratégie de déconfinement des chances maximales de succès ? Non ! Et il y a encore beaucoup à faire, alors que le temps nous est compté.

Il faut dire clairement à nos concitoyens que la date de déconfinement ne se décidera pas comme celle des vacances scolaires. Elle se décidera sur des critères objectifs, sur des données montrant clairement l’état, région par région, du statut de l’épidémie, donc sur la disponibilité des outils de diagnostic moléculaire et sérologique nécessaires à ces enquêtes. Elle se décidera aussi sur la disponibilité des outils de protection individuelle de la population « libérée » contre la circulation persistante du virus. Tout ceci peut certes être modélisé, avec des scénarios optimistes et pessimistes, mais il faut avoir le courage de dire à nos concitoyens qu’aussi brillants que soient nos modélisateurs, aussi importante que soit l’intégration des mathématiques sous forme d’algorithmes performants et sophistiqués, il persiste des zones d’ombre dans la biologie de l’interaction entre le SARS-CoV-2 et l’homme, qui rendent difficile les prédictions. On l’a vu dans la période précédant le confinement. Voici quelques questions essentielles non encore résolues, même si avec le temps – mais en avons-nous ? – quelques points tendent à s’éclaircir.

S’il devient clair que les sujets infectés émettent une charge virale importante, dès le début de leur maladie, à un stade asymptomatique ou pauci-symptomatique auquel beaucoup vont demeurer, les données sur la durée d’excrétion virale après guérison clinique sont rares, et pour celles qui existent ne sont guère rassurantes. Les sujets guéris sont-ils protégés naturellement contre l’infection, qu’ils aient ou non développé ces fameux anticorps spécifiques neutralisants dont on espère tant ? A fortiori, les sujets demeurés asymptomatiques ou pauci-symptomatiques sont-ils protégés et pour combien de temps ? En effet le virus sera demeuré dans ce cas circonscrit à la muqueuse rhinopharyngée, ce qui peut donner lieu à une immunité locale, mais de quelle durée ? De quelle efficacité protectrice ? De quelle capacité à faire transition vers une immunité systémique globalement efficace ? En un mot, l’immunité de groupe offerte par beaucoup de maladies infectieuses et par les vaccins répondra-t-elle aux équations habituelles ? La connaissance de ces éléments serait importante pour se projeter dans l’avenir et éviter le « pilotage à vue ». Ce virus est retors et nécessite donc aussi d’encourager et de financer une recherche clinique et fondamentale de haut niveau, visant à éclairer des zones obscures et néanmoins essentielles de cette maladie.

Tentons finalement de résumer les conditions dans lesquelles un déconfinement pourrait se faire dans des conditions évitant au maximum un rebond local ou général de l’épidémie.

1 – Il pourra être envisagé sur une base régionale à condition que les données épidémiologiques disponibles indiquent que la vague épidémique est bien passée lorsque des foyers très actifs y ont été observés (Grand-Est, Île-de-France…), ou que le taux d’attaque n’augmente pas sur plusieurs semaines dans les régions relativement préservées. Ces évaluations s’appuieront bien sûr sur les données remontant des hôpitaux et des médecins de ville, confirmant une nette baisse de tension sur le système de santé. Elles devraient aussi pouvoir rapidement s’appuyer sur l’organisation d’études sérologiques très larges, méthodologiquement indiscutables, visant à évaluer, via la présence d’anticorps spécifiques, le taux d’attaque global, c’est-à-dire le pourcentage de la population ayant été infectée par le SARS-CoV-2.

Par ailleurs, il semble difficile de ne pas aussi s’appuyer sur l’impact épidémiologique complémentaire procuré par une large pratique de tests de diagnostic moléculaire par q-RT-PCR, utilisés pour identifier les cas cliniques, nous y reviendrons.

Il conviendra aussi de sérieusement s’interroger sur les conséquences d’un déconfinement total si y sont mêlées les populations présentant un haut risque de développer des formes graves comme les sujets au-dessus de 65 ans, les sujets immunodéprimés et les sujets diabétiques et en surpoids important. Il n’y a pas de tabous lorsqu’il s’agit de préserver la vie de nos concitoyens.

2 – Une fois décidée, la sortie de confinement doit s’accompagner d’un dépistage moléculaire de la présence du virus aussi large que possible chez les sujets symptomatiques, pauci-symptomatiques ou asymptomatiques, pas seulement dans le secteur hospitalier et les EHPAD, dans la population générale avec un effort particulier sur des populations, professions et zones à risque de manière à isoler les sujets positifs dans des conditions qui restent à déterminer et organiser, car le problème sera humainement et logistiquement très complexe, aussi complexe d’ailleurs que la mise en place de la réalisation de ces tests à grande échelle : conditions de prélèvement en masse, transport des échantillons, réalisation technique, retour de l’information et exécution de la décision d’isolement.

À cette approche sera naturellement associée la recherche des contacts de ces patients infectés. Le fameux « contact tracing » qui fait déjà l’objet d’un débat sociétal compréhensible, car on y voit d’emblée un pas supplémentaire dans l’atteinte de nos libertés individuelles, déjà passablement entamées par les lois antiterroristes. Il faut au plus vite aborder ce débat et clairement exposer les extraordinaires appuis à la détection et à la mise en « quatorzaine » des sujets en contacts étroits et/ou renouvelés avec les sujets dépistés positifs. Intelligence artificielle, « machine learning », « big data », tout cela peut se conjuguer avec les méthodes plus classiques pour assurer ce quadrillage épidémiologique indispensable pour éviter les rebonds après déconfinement. Il est clair que ce paradigme inédit, s’il est choisi, doit s’accompagner d’un encadrement légal et éthique incontournable, et doit être organisé et piloté pour sa logistique complexe et l’intégration de ses dimensions méthodologiques multidisciplinaires par des personnalités de haute valeur morale et scientifique. Il doit aussi être accompagné par les citoyens, et non imposé, grâce à une pédagogie transparente et à l’incitation à leur participation active. Le confinement, le « restez chez vous ! » pour sauver des vies et ménager nos personnels de santé est vital, mais crée une situation socialement paradoxale où les seuls horizons du citoyen deviennent l’hôpital, la queue dans les supermarchés ou la police contrôlant les autorisations dérogatoires… Nos concitoyens doivent pouvoir sortir de cette perspective étroite et dès maintenant se préparer à jouer un rôle actif lorsque le confinement sera levé. Cette « troisième ligne » devrait dès maintenant être mobilisée en préparation de la phase de déconfinement où des citoyens volontaires et formés pourraient prendre dans les immeubles, dans les quartiers, dans les zones pavillonnaires, dans les transports, des responsabilités organisationnelles du déconfinement que l’on ne pourra pas faire porter uniquement aux représentants de l’autorité sanitaire et de la police.

Et si Covid-19 nous aidait à retrouver les fondements de notre démocratie et de notre esprit républicain ? Charles Nicolle écrivait que « les maladies infectieuses apprennent aux hommes qu’ils sont frères et solidaires ». Après la « réserve sanitaire » au sens le plus large qui a fait merveille, il faut une place pour la « réserve citoyenne ». N’oublions cependant pas une autre réserve, la « réserve scientifique ». Hors la minorité travaillant dans nos centres de recherche sur Covid-19, des centaines, des milliers de scientifiques capables de concevoir, d’innover, de réaliser des tests sophistiqués « piaffent » de ne pouvoir participer au combat. Ils/elles sont souvent inscrits sur des listes de volontaires et ont montré quand nécessaire une générosité exceptionnelle. Certains/certaines, bravant le danger, avait mis leurs projets de recherche, leur travail de thèse, entre parenthèse pour partir en Guinée en 2015 comme volontaires pour soutenir le laboratoire de diagnostic que l’Institut Pasteur avait monté sur la ligne de front de l’épidémie d’Ebola. Sur le front italien du Covid-19, plusieurs de nos collègues ont très tôt reconverti leurs laboratoires en centres de diagnostic. Il faut trouver une place aux scientifiques dans le dispositif. Si « nous sommes en guerre », alors « faisons la guerre », oublions un peu les barrières administratives, les régulations et autres certifications, engageons la « réserve scientifique ».

3 – Une fois décidée, la sortie de confinement devra s’accompagner d’un maintien rigoureux des mesures de distanciation sociale et d’hygiène individuelle et collective, incluant le port de masques, « professionnels » selon disponibilité ou « artisanaux ». Impossible de déconfiner tant que les pharmacies seront en rupture chronique de stocks de masques et de gels hydro-alcooliques. Comme proposé, la « réserve citoyenne » pourrait jouer à plein dans ce contexte pour informer, aider, accompagner, dans la rue, dans des lieux se prêtant aux regroupements, dans les transports en commun qui risquent d’être un lieu de recrudescence de la contamination lorsque reprendront les activités professionnelles.

4 – Les transports interrégionaux devront rester limités, sauf exceptions à définir, aux nécessités professionnelles.

5 – Les rassemblements devront rester interdits avec certaines exceptions, mais sous des formes très limitées comme les enterrements. Certains rassemblements sportifs et religieux semblent avoir malheureusement joué un rôle important dans la création de foyers de transmission hyperactifs en Italie, Espagne et France. Les entreprises devront soigneusement organiser la distanciation sociale. Pour ce qui concerne les métiers d’accueil de population, les commerces, la restauration, l’hôtellerie qui sont un pan important de notre vie économique et sociale, il est urgent de réfléchir à des solutions, sans-doute contraignantes, mais vitales. Certaines ont été expérimentées dans les commerces de première nécessité. Pour les spectacles et l’école, projetons-nous dès maintenant vers la rentrée de septembre.

Conclusion provisoire
En fait, ce n’est que lorsque l’on commencera à disposer d’une vraie cartographie de l’évolution de l’épidémie, suite au déconfinement, lorsque le R0 se sera stablement établi au-dessous de 1, c’est-à-dire sous le seuil épidémique, indiquant l’absence de tendance au rebond, que l’on pourra commencer à relâcher prudemment, rationnellement, progressivement la pression des mesures ci-dessus, car il faudra bien entendu accompagner le redémarrage de la vie et de l’économie afin d’éviter que le traitement fasse plus de mal que la maladie.

Combien de temps ? Un certain temps, serait-on tenté de répondre… Mais encore ?

Il faut avoir l’humilité de dire que l’on ne sait pas vraiment à ce stade, qu’une partie du « génie évolutif » de la maladie nous échappe encore et que SARS-CoV-2 peut à tout instant modifier son comportement dans un bon ou un mauvais sens, du fait d’une mutation. Des modèles indiquent même que le confinement actuel pourrait ne faire que pousser l’épidémie à rebondir après l’été… Mais ce délai dépendra d’abord de l’adhésion citoyenne aux mesures prises.

Pour s’avancer, disons au mieux dans le courant de l’été – sauf si un traitement efficace intervenait rapidement, ce que les essais cliniques en cours vont nous dire dans les semaines qui viennent. Sa large disponibilité permettrait d’atténuer d’un coup ce qui fait le spectre de cette maladie, à savoir ses formes graves voire mortelles, et de diminuer la charge virale globale en circulation, donnant un coup de pouce significatif et possiblement définitif à la stabilisation du R0 sous le seuil épidémique.

Quoi qu’il advienne, les mesures de distanciation sociale et d’hygiène renforcée devront être maintenues tant que nous ne disposerons pas d’un vaccin, c’est-à-dire pas avant plusieurs mois, sans doute une année. Nous nous y habituerons, l’espèce humaine est résiliente.

Pour terminer, une note personnelle d’espoir, une de tristesse et une d’angoisse.

Espoir et confiance d’abord : la science apportera les solutions à cette crise qui paralyse notre pays, notre continent et la planète. Recherche biomédicale, fondamentale, académique et industrielle, toutes les forces sont mobilisées et globalement financées pour découvrir, tester, valider et développer molécules thérapeutiques et vaccins.

Tristesse pour le rêve européen. L’Europe a raté l’examen du Covid-19. Raté son examen d’entrée dans la crise, sans coordination, avec des replis nationalistes malheureusement attendus. Les pays européens particulièrement touchés garderont cette cicatrice des égoïsmes nationaux. L’Europe semble aussi être en passe de rater son examen de sortie. La nécessité d’une gestion intégrée, sanitaire, scientifique, économique, sociale, de ce moment clé du déconfinement des citoyens européens, ce moment qui porte en lui la somme de tous les dangers et de tous les espoirs, semble devoir être aussi géré à l’aune des égoïsmes nationaux. Que vaudront les milliards d’Euros de la BCE sans une intelligence européenne collective et solidaire ? Le pire n’est pas certain, un miracle est toujours possible, mais que deviendra l’Union Européenne après cette crise ?

Une note d’angoisse enfin. Cette réaction massive, scientifique, médicale, sociale, économique, à la pandémie serait-elle survenue si Covid-19 n’avait pas d’abord touché les pays nantis ? La pandémie se développe lentement mais sûrement sur le Continent africain et dans d’autres régions pauvres de la planète. Faisons tout, dès maintenant, pour que le Sud bénéficie en toute équité des moyens thérapeutiques et des vaccins qui vont être développés. « Frères et solidaires… », n’oublions pas Charles Nicolle. »

– Philippe Sansonetti, le 14 avril, La Vie des Idées (Collège de France)

« Le Japon face à l’épidémie

Gestion de crise et responsabilité civique

La prétendue discipline japonaise, qui passe pour un modèle de civisme spontané, dépend en réalité en grande partie des décisions du gouvernement, comme le montre la récente progression de l’épidémie, qui discrédite la trop simpliste explication culturaliste.

Jusqu’à la mi-mars, la situation japonaise était sous-contrôle avec un taux de propagation faible (doublement du nombre de cas en 2 mois) or, depuis fin mars le nombre de nouveaux cas dont les voies de transmission ne sont pas identifiées augmente rapidement alors que le nombre de tests rapportés à la population totale est l’un des plus faibles en comparaison internationale. Le 7 avril le Premier ministre Shinzô Abe déclare l’état d’urgence dans sept préfectures du pays, et demande aux citoyens un confinement volontaire en s’appuyant sur un plan de soutien à l’économie de grande ampleur.

En comparaison des mesures prises par plusieurs pays pour tester en masse et/ou faire appliquer un confinement obligatoire, la gestion de crise japonaise soulève plusieurs questions. La bonne organisation des institutions de santé publique, les procédures de gestion de crise sanitaire et les mesures de prophylaxie permettent-elles d’expliquer la décision de ne pas recourir aux tests de dépistage à grande échelle, ou bien cette décision relèverait-elle de contraintes légales et sanitaires ? Si la lente progression du nombre de cas jusqu’à la mi-mars nourrissait encore certaines explications simplistes fondées sur la discipline des Japonais, l’accélération récente des cas discrédite le facteur culturaliste, et met en question le rôle de la responsabilité civique et les conditions de son application.

Pour préparer cette analyse que seul le temps pourra mener à son terme nous proposons ici de décrire les mesures de lutte contre l’épidémie depuis le mois de janvier jusqu’au début du mois d’avril 2020 et d’éclairer le rôle joué par la responsabilité civique dans la gestion de crise sanitaire actuelle.

Le système de gestion de crise sanitaire

La loi de Mesures contre les maladies infectieuses de 1998, révisée pour la dernière fois le 14 mars 2020 pour y ajouter le Covid-19, définit le système japonais de gestion de crise sanitaire qui relève de la compétence et de la coordination renforcée entre le secrétariat du Cabinet, le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, les gouvernements locaux et les experts formés en comité consultatif. Différentes mesures plurisectorielles sont articulées à différents niveaux que l’on peut synthétiser en trois piliers : l’identification de clusters, le renforcement du système de santé, et la responsabilité civique. En fonction des critères qui figurent dans la loi, lorsque les voies de contamination ne sont plus suffisamment identifiées et que le risque de contamination atteint un certain niveau, le Premier ministre, après avoir activé la structure décisionnelle de crise, peut déclarer l’état d’urgence sanitaire.

Cependant, la loi ne prévoit pas de mesures de coercition pour appliquer l’état d’urgence, à la différence notamment de ce qu’a fait la France (il est par exemple impossible de sanctionner le non-respect de demande de confinement par des amendes ou des peines de prison). Contrairement à ce qu’une partie de la presse étrangère rapporte, l’étendue des restrictions des libertés individuelles et l’absence de sanctions n’en font pas un « d’état d’urgence a minima » qui reposerait sur le civisme culturel et la pression sociale de la société japonaise.

Le civisme ou la citoyenneté responsable se définit selon Luigi Lombardi Vallauri comme une attitude qui « (…) est libre, entièrement facultative ; même comme simple attitude, elle n’est pas exigée du sujet à l’intérieur d’un système normatif, en tous cas elle ne l’est pas à l’intérieur d’un ordre juridique positif », il s’agirait donc d’ « (…) une attitude et non pas (d’) une situation passive ni (d’) un devoir dont on répond devant les institutions ». En demandant aux citoyens de réduire leur interaction sociale à 80 % pour freiner la propagation du virus, le Premier ministre s’appuie bien sur la responsabilité civique des Japonais et non pas sur leur civisme. D’un point de vue général le recours au pilier de la responsabilité civique trouverait son fondement dans l’article 12 de la Constitution :

La liberté et les droits garantis au peuple par la présente Constitution sont préservés par les soins constants du peuple lui-même, qui s’abstient d’abuser d’une façon quelconque de ces libertés et de ces droits ; il lui appartient de les utiliser en permanence pour le bien-être public.

Plus particulièrement, la déclaration de l’état d’urgence vise à la préservation du bien public, lequel ne peut être garanti, d’après le discours du Premier ministre, que par les restrictions sur l’activité économique et sociale. Ce serait donc un renforcement des actions relevant de la responsabilité civique de tous les acteurs de la société civile qui, articulé aux deux autres piliers eux même renforcés, permettrait encore de résoudre la crise sanitaire]. En outre, le 2 avril Shinzô Abe a mentionné devant la Chambre des représentants réunis en séance plénière, la possibilité de réformer la loi pour y inclure des dispositions ayant pour objectif de réprimer le non-respect des mesures de distanciation sociale.

On observe donc depuis le début de la gestion de crise sanitaire un processus graduel d’activation de la responsabilité civique lequel évolue en fonction de la progression de l’épidémie et de sa compréhension.

Les premières mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 de janvier à février 2020

Le 5 janvier 2020, l’OMS a publié une note informative sur l’émergence en Chine, dans la ville de Wuhan, province du Hubei, d’une maladie respiratoire dont les causes étaient inconnues. Le 6 janvier, le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales publie en coordination avec l’Institut national des maladies infectieuses une note informative sur l’émergence dans la ville de Wuhan (province du Hubei, Chine), d’une maladie respiratoire dont les causes sont inconnues. Les premières recommandations sont formulées à l’attention des voyageurs en provenance de Wuhan qui présenteraient des symptômes (fièvres, courbatures, difficultés respiratoires). Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales adresse aux gouvernements locaux une note pour renforcer la coordination entre les centres de santé (health centers, hokenjô), les structures hospitalières, et l’Institut national des maladies infectieuses. Le 15 janvier, le premier cas est relevé. Dès le 21 janvier et conformément à l’article 15 de la loi de Mesures contre les maladies infectieuses, l’Institut national des maladies infectieuses réalise des tests pour les personnes qui ont été en contact avec les cas confirmés. Dans le cadre de la mise en place d’un système de surveillance, les porteurs potentiels du virus peuvent être testés sans que leur lien avec la ville de Wuhan soit établi. Les tests sont également réalisables dans les centres de santé locaux. La priorité est néanmoins donnée aux patients présentant des symptômes sévères pour permettre une prise en charge rapide.

En se fondant sur les directives publiées par l’Institut national des maladies infectieuses, et les premières analyses chiffrées, le gouvernement applique le 21 janvier les premières mesures de prévention contre la propagation du Covid-19 pour contrôler l’état de santé des personnes entrant sur le territoire japonais en provenance de régions à risques, et d’identifier les voies de transmission. Le 23 janvier, 2 cas sont confirmés (23 personnes ont été en contact avec eux et font l’objet d’un examen). Le gouvernement renforce les mesures, notamment la mise en place de dispositifs pour effectuer les enquêtes épidémiologiques. Le 30 janvier, le gouvernement crée une cellule de crise sous la supervision du directeur adjoint du secrétariat du Cabinet du Premier ministre et demande la mise en place d’un comité consultatif d’experts qui se réunit pour la première fois le 16 février.

L’identification des clusters est la première priorité. Le groupe de recherche dirigé par le virologue Hitoshi Oshitani (université du Tohoku), en coordination avec le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales et le comité consultatif, analyse la propagation du Covid-19 en fonction du comportement des personnes infectées afin d’identifier les modes de contagion. Depuis le 3 février, différentes structures sont également déployées dans les centres de santé pour contacter les personnes revenues au Japon après un séjour à l’étranger, dans le but de retracer les voies de transmission. Entre le 3 février et le 26 mars, un grand nombre de personnes ont été prises en charge par ces centres de santé (environ 500) ouverts sans interruption (24h/24 et 7j/7). Selon le document officiel publié le 25 février, il reste très peu de cas dont les voies de transmission n’ont pas été identifiées.

Ensuite, le second pilier vise à soutenir le système de santé et à freiner la propagation du virus par une prise en charge adaptée des patients. Pour faire face à une hausse possible du nombre de cas, le gouvernement a augmenté les capacités d’accueil (nombre de lits) et de soins spécifiques (équipement de dispositif d’assistance respiratoire). Depuis le 13 février, des structures hospitalières sont préparées au niveau national (1059) dont une partie est dédiée exclusivement aux maladies infectieuses (412).

Enfin, la responsabilité civique est encouragée par l’intermédiaire de recommandations à l’attention des citoyens, publiées notamment sur le site des différents ministères, comme les règles d’hygiène de base (lavage de mains, éternuer et tousser dans son coude, port du masque), et l’auto-confinement en cas de symptômes (rhume et grippe compris). Il est demandé aux personnes présentant des symptômes légers d’attendre 4 jours avant de consulter un médecin (2 jours pour les personnes âgées).

Parallèlement à la mise en route des procédures de gestion de crise sanitaire, et sans concertation, le Premier ministre Shinzô Abe déclare la fermeture des écoles primaires, des collèges et des lycées, le 27 février.

Le tournant de la politique de lutte et la crise de confiance. Fin février – fin mars 2020

La décision soudaine du Premier ministre de fermer les écoles a suscité de vives critiques relayées par la presse. Il s’agirait d’une mesure arbitraire dès lors que, d’une part, elle a été prise en dehors du cadre d’état d’urgence sanitaire et, d’autre part, qu’elle n’a fait l’objet d’aucune concertation avec le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, le ministère de l’Éducation, les gouvernements locaux et le comité consultatif des experts. L’absence de structures suffisamment déployées en amont de cette prise de décision pour aider les familles à s’organiser en recourant notamment au télétravail reflèterait le manque de coordination entre les sphères politique, administrative, les entreprises et les citoyens pour permettre l’application cohérente des mesures de lutte contre l’épidémie qui figurent dans le système de gestion de crise et qui reposent sur la responsabilité civique. De fait, l’objectif de distanciation sociale aurait été amoindri par les modes de garde collective alternatifs auxquels les familles ont dû avoir recours.

Le 11 mars, deux experts scientifiques interviennent à la Diète pour répondre aux questions des parlementaires sur les mesures prises par le gouvernement. Les deux experts s’entendent sur le fait que la décision de fermer les écoles est avant tout politique et ne repose sur aucune analyse scientifique. Ils sont néanmoins en désaccord sur l’usage des tests. Selon Shigeru Omi, Président du comité consultatif des experts, invité par le parti de la majorité (le Parti Libéral Démocrate), le dépistage des cas avancés doit être la priorité, limitant de fait le nombre de tests effectués. Masahiro Kami, Président du conseil du centre de recherche sur la gouvernance médicale, invité par un des partis de l’opposition (le Parti Démocrate Constitutionnel), souligne quant à lui l’importance d’effectuer le maximum de tests possibles pour obtenir des données statistiques fiables. Le pourcentage de la population testée par rapport à la population totale est un des plus faibles en comparaison internationale.

En effet, la loi sur les Mesures contre les maladies infectieuses ne mentionnant pas l’obligation de recourir à des tests à grande échelle, la décision du gouvernement de ne pas tester en masse repose sur le fonctionnement efficace du premier pilier de la gestion de crise : l’identification des clusters. L’avancée quotidienne des recherches pour comprendre les facteurs de propagation du virus permet grâce à une coordination avec le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales de communiquer les derniers résultats au gouvernement et au comité consultatif.

La gestion de crise confuse du gouvernement reflète dès lors l’existence de conflits d’intérêts divergents opposant les partisans de la poursuite de l’activité économique, soutenue par le Keidanren (Fédération des organisations économiques) et le ministère de l’Économie et de l’Industrie, aux partisans du dépistage en masse et du confinement généralisé demandés par l’Association des médecins du Japon et certains membres du comité consultatif. Les connaissances scientifiques relatives à la propagation du Covid-19 encore fragiles et les enjeux de pouvoir inhérents aux intérêts divergents entre groupes d’acteurs concernés expliquerait la difficulté rencontrée par le gouvernement pour adopter une ligne d’action cohérente, alors que la définition du problème de santé publique et plus précisément son niveau de risque fait encore l’objet d’un manque de consensus.

S’ajoute à ces tensions politiques et scientifiques, une perte de confiance de l’opinion publique liée à la gestion de crise sur le navire de croisière Diamond Princess et sa médiatisation, au déficit de transparence sur le nombre de cas réellement infectés causée par le non-recours au dépistage massif, et à la fermeture précipitée des écoles. Dans ce contexte la révision de la loi sur les Mesures contre les maladies infectieuses en vue d’y intégrer le Covid-19 est votée à la quasi-unanimité (à l’exception du Parti communiste). Cette nouvelle loi est appliquée le 14 mars pour une durée de deux ans et permet au Premier ministre de déclarer l’état d’urgence sanitaire. Le 19 mars, les effets des mesures de lutte contre la propagation du virus sont analysés lors du huitième comité consultatif des experts. Ce comité se tient dans un contexte mondial de pandémie où l’état d’urgence sanitaire est déclaré dans plusieurs pays du monde dans lesquels une part croissante des citoyens est forcée au confinement.

La prise de conscience du risque dans un contexte de pandémie mondiale – les mesures d’urgence depuis fin mars 2020

D’après les membres du comité consultatif, bien que la corrélation scientifique soit difficile à établir, les efforts des citoyens pour respecter les gestes barrières, la demande du gouvernement de fermer les écoles, d’annuler ou de reporter des événements, semblent avoir été efficaces pour ralentir la progression de la contagion par le Covid-19. Cependant, ils s’inquiètent de l’augmentation du nombre de cas isolés et importés de l’étranger dans les grandes villes (Tokyo, Osaka, Nagoya). Cette tendance semble indiquer le début d’une nouvelle vague de cas, localisés dans certaines régions, et dont les symptômes peuvent être sévères. L’apparition de gros clusters, au sein desquels les voies de transmission du virus ne peuvent plus être identifiées, risque d’entraîner, selon les membres du comité consultatif, une situation comparable à celle de l’Italie, de la France ou des États-Unis.

L’articulation des mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 autour des trois piliers est donc renforcée. Le comité recommande alors un renforcement des mesures de prévention face à la formation de nouveaux clusters, une augmentation des budgets accordés au système de santé, ainsi qu’un partage plus efficace des informations entre les gouvernements locaux pour gérer plus étroitement le risque d’infection en fonction des régions. Une augmentation des capacités de test de dépistage est déployée. Enfin, la communication est ciblée sur les conditions de propagation du risque en demandant d’éviter les lieux fermés, les interactions sociales rapprochées, et les rassemblements collectifs.

Dans ce contexte, le gouvernement décide de la réouverture des écoles après les vacances de printemps, laissant toutefois les gouvernements locaux prendre leur décision en fonction de la situation sanitaire locale. Les contradictions apparentes entre la décision de ré-ouvrir les écoles et l’évolution de la situation sanitaire, à l’égard de laquelle le comité consultatif a émis des recommandations d’urgence, entraînent une nouvelle confusion dans la politique de gestion de crise sanitaire. Ce manque de cohérence pourrait de nouveau altérer l’efficacité des mesures reposant sur la responsabilité civique en réduisant la perception du risque à quelques jours du pont pour l’équinoxe de printemps pendant lequel la floraison des cerisiers attire chaque année un grand nombre de Japonais dans les lieux publics, les restaurants et les bars.

La veille du long week-end, les deux gouverneurs de Kobe et d’Osaka ont appelé les citoyens à limiter leurs déplacements leur demandant un confinement volontaire. Le discours et les actions des deux gouverneurs locaux avaient pour objectif d’accroître la prise de conscience du risque des citoyens et de prévenir leurs comportements, contrastant avec le manque d’anticipation du gouvernement central. Déjà fin février, le gouverneur de Hokkaido, Naomichi Suzuki, a fait preuve de réactivité en déclarant l’état d’urgence. Le 19 mars il déclare la fin de l’état d’urgence en réponse à la baisse du nombre de nouveaux cas alors que la propagation du virus augmente dans les grandes villes comme Tokyo. La réactivité d’une partie des gouvernements locaux face au manque d’anticipation et de préparation du gouvernement central rappellerait notamment la crise du modèle de gouvernance analysée lors de la catastrophe nucléaire du 11 mars 2011.

À partir du 25 mars, la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, recommande aux habitants de la capitale de limiter les sorties et les déplacements pendant les week-ends (fermeture progressive d’un grand nombre de parcs, de bars, d’établissements de karaoké, de cinémas, et promotion du télétravail). Les gouverneurs des préfectures de Chiba, Saitama et Aichi demandent aux citoyens de ne pas se rendre à Tokyo. Face à cette gestion politique confuse, la confiance de l’opinion publique dans la capacité du gouvernement à endiguer cette épidémie continue de baisser.

L’état d’urgence, déclaré le 7 avril pour sept préfectures (Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba, Osaka, Hyogo, Fukuoka), devrait permettre au gouvernement d’appliquer plus efficacement les mesures de lutte contre l’épidémie grâce au déploiement d’une coordination institutionnelle entre les sphères politique, administratives et la société civile qui faisait défaut jusqu’à présent. En effet, alors qu’il ne disposait pas de suffisamment de marge de manœuvre politique et budgétaire, l’état d’urgence, assorti d’un grand plan de soutien à l’économie, permet au Premier ministre de procéder à l’activation à un degré avancé de la responsabilité civique pour soutenir les deux autres piliers – identification des clusters et renforcement du système de santé.

Conclusion

La responsabilité civique en tant que pilier de gestion de crise sanitaire diffère du civisme qui est une attitude et non un devoir. Elle dépend de la communication et de la politique conduite par les autorités. L’identification des clusters, l’analyse des facteurs de propagation du virus dans la société japonaise, les capacités des structures hospitalières, le cadré légal et les enjeux économiques sont autant de variables, parfois divergentes, qui ont orienté la politique de gestion de crise du gouvernement central et des autorités locales. On observe donc une interférence des logiques de santé publique dans le système politique et économique créant un espace de confrontation qui donne lieu à de nouveaux compromis et qui résultent dans l’état d’urgence sanitaire : les autorités demandent aux citoyens de réduire les interactions sociales de 80 % sans établir, pour le moment, un régime exceptionnel de restriction des libertés individuelles. La réticence du gouvernement à mettre en place un tel régime repose sur les valeurs démocratiques et pacifistes de la Constitution d’après-guerre qui incarne les libertés civiques. Or, depuis son entrée en vigueur le 5 mai 1947, sa légitimité provoque de fortes controverses politiques relayées notamment dans le débat public sur les libertés civiques pendant l’état d’urgence. En juin 2017 le vote de la loi Anti-terroriste a déclenché des critiques virulentes au sein de l’opinion publique, des avocats et des journalistes dénonçant son contenu liberticide. En cas d’échec des mesures reposant sur le volontariat la question se pose donc de savoir si la responsabilité civique pourrait évoluer vers un modèle plus normatif et coercitif ? Ou bien le Japon parviendra-t-il à « imaginer un autre mode de réponse à la crise sanitaire et notamment une réponse qui ne sacrifie pas – ou qui sacrifie moins – les libertés » ?

Pour soutenir les secteurs économiques et les ménages impactés par la crise sanitaire, le gouvernement déploie un plan massif (plan de soutien à l’économie de 915 milliards d’euros). Le gouvernement aurait-il recours à l’incitation économique pour activer la responsabilité civique à un niveau avancé ? Quelle est sa marge de manœuvre face aux non-bénéficiaires des aides financières ? La gestion de crise exacerbe en effet les inégalités de la société japonaise face aux conséquences socioéconomiques engendrées par les mesures de lutte contre l’épidémie. Selon l’enquête réalisée par la Chambre du commerce et de l’industrie de Tokyo, seulement 26 % des PME ont pu mettre en place le télétravail (57,1 % des entreprises de plus de 300 employés, contre seulement 14,4 % des entreprises de moins de 50 employés). Les inégalités face au télétravail altèrent donc l’efficacité des mesures reposant sur la responsabilité civique. Celle-ci est aussi remise en question face aux inégalités sociales et juridiques. Par exemple, la récente mobilisation juridique pour défendre les travailleurs d’Uber Eats pose la question urgente des droits des travailleurs indépendants face aux risques de contagion et aux conséquences socioéconomiques engendrées. »

Adrienne Sala (La Vie des Idées)

« Le principe de précaution n’est pas un principe moral. Il est encore moins un principe ontologique de la structure existentielle de la condition humaine. C’est un principe pragmatique qui a trouvé une expression juridico-politique : la réponse des sociétés démocratiques à de nouveaux risques. Il a cependant des implications philosophiques qu’il s’agit de dégager.

Ce principe concerne en effet les décisions collectives ou individuelles, publiques ou privées en fonction d’un constat et d’une exigence. Le constat est celui de l’accroissement considérable de la puissance technique et de sa mise en œuvre industrielle. La mise en garde de Hans Jonas est désormais prise au sérieux : le savoir scientifique, qui est au fondement de la puissance technique, n’est pas en mesure de prévoir ou de contrôler les effets de celle-ci. La puissance de faire et de défaire est disproportionnée par rapport au champ de ce qui peut être établi avec certitude par la science. S’ouvre ainsi une nouvelle catégorie de risques : les risques incertains touchant l’utilisation d’une technologie, d’une pratique ou d’un produit nouveau sur l’environnement, la santé ou l’alimentation des populations pour le présent ou pour l’avenir. L’exigence résulte de la prise de conscience collective des limites de la Terre, dans ses ressources, ses capacités d’absorption des effets des activités humaines (pollution, réduction de la biodiversité, changement climatique, etc.) ou de réparation des dommages dont elle peut être l’objet. »

– Zarka, Y. (2012). Considérations philosophiques sur le principe de précaution. Revue de métaphysique et de morale, 76(4), 483-489.

Lectures supplémentaires / complémentaires :

  • Picavet, E. & Guibet-Lafaye, C. (2012). La précaution, l’éthique et la structure de l’action. Revue de métaphysique et de morale, 76(4), 593-609.
  • Guillaume, B. (2012). L’esprit de la précaution. Revue de métaphysique et de morale, 76(4), 491-509.
  • Godard, O. (2012). La politique des risques peut-elle être raisonnable : Le principe de précaution et ses déboires. Revue de métaphysique et de morale, 76(4), 511-529.
  • Dab, W. (2009). Médecine, santé publique et précaution. Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, 3(1), 91-105.
  • David, G. (2009). Risques et principe de précaution en matière médicale. Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, 3(1), 107-117.
  • Noiville, C. (2009). Principe de précaution et santé: Le point sur quinze années de jurisprudence. Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, 3(1), 73-89.
  • Doron, C. (2009). Le principe de précaution : de l’environnement à la santé. Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, 3(1), 3-40.
  • Le Coz, P. (2009). La question des risques potentiels dans le champ des nouvelles voies de recherches biomédicales. Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, 3(1), 133-156.
  • Bronner, G. (2012). Perceptions du risque et précautionnisme. Revue de métaphysique et de morale, 76(4), 531-547.
  • Ewald, F., de Sadeleer, N. & Gollier, C. (2008). Le principe de précaution. Presses Universitaires de France.

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.