Des mots-ouragans

Sur les côtes de territoires d’existence
Sur les dunes de déserts de solitude
Sur les surfaces des choses
Sur les parois du vivant
Du souffle d’un verbe de respiration
Jamais l’excès de souffle n’a tué personne
Jamais l’excès de respiration n’a tué personne
Certains excès sont salvateurs

Par des mots-ouragans, sur les côtes
Les dunes, les surfaces, les parois
La respiration de l’indicible, le souffle du silence
Des voix-hurleuses et des cris-guerriers
Des espérances-désespérées et des espoirs-entêtés
La foi ébranlée, tourbillonnée, vacillante, en chute libre
Le voile déchiré des sentiments lourds ou anonymes
Lourdement anonymes ou anonymement lourds
Les choses prises dans la spirale des mots-ouragans
Jamais l’excès de souffle n’a été destructeur des choses
Jamais l’excès de respiration n’a été fossoyeur de personne
Certains excès sont libérateurs

Par des mots-ouragans, les parties génitales
Les singularités, offrent des nudités révélatrices
Et à rester en surface du nu on ne saurait réellement les voir
Montrer son sexe est une façon de porter un masque
La nudité n’étant qu’un costume comme un autre
Pour voir le nu encore faut-il apprendre à le déshabiller
L’œil posant le regard se met à nu en déshabillant
L’œil offre par le regard posé au vu de tous ses propres parties génitales
Ses singularités, l’œil par le regard montre son sexe, le masque et le costume
Encore faut-il apprendre à voir
Aller au-delà de l’apparence, enlever le masque, faire tomber le costume
Par des mots-ouragans

Par des mots-ouragans, l’œil qui pose le regard
Sur les singularités dans leurs territoires d’existence
Sur les particularités errant à travers les dunes de déserts de solitude
Se cherchant à la surface des choses
Se heurtant contre les parois du vivant
Cet œil-là souffle un verbe de respiration
Jamais l’excès de souffle n’aura autant permis de vaincre les résistances
Jamais l’excès de respiration n’aura autant été nécessaire à la révélation
Certains excès sont justes re-connaissances

Par des mots-ouragans que le verbe de respiration en souffles excessifs
Sauve, déchire, libère, montre, déshabille, ôte, fasse tomber
Sur tous les territoires d’existence
Sur les dunes de déserts de solitude
Sur les surfaces des choses
Sur les parois du vivant
Tout ce qui doit l’être
Tout
L’être

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.