Ervin Laszlo : « We Are in the Midst of a Global Transformation »

by dave
by dave
by dave
by dave
by dave
by dave
« Philosophe des sciences et spécialiste hongrois de la théorie des systèmes. Fondateur et président du Club de Budapest qui réunit un réseau d’experts internationaux proposant des alternatives à l’état du monde. Nominé pour le Prix Nobel de la Paix en 2004, et renominé en 2005. Auteur ou coauteur de plus de 400 articles et 47 livres traduits en 22 langues, dont Management évolutionniste, Aux racines de l’Univers, les défis du troisième millénaire, Sciences et Réalité et Science et champ akashique. Les mystiques et les sages savent depuis longtemps qu’il existe un champ cosmique reliant tout à tout, au plus profond de la réalité. Un champ qui conserve et transmet l’information. Il est connu sous le nom de « champ akashique » ou « champ A ». De récentes découvertes en physique quantique indiquent que celui-ci est réel et qu’il a son équivalent dans le champ du point zéro qui sous-tend l’espace comme tel. Ce champ consiste en une mer subtile d’énergies fluctuantes à partir desquelles tout émerge : les atomes, les galaxies, les étoiles, les planètes, les êtres vivants, et même la conscience. Ce champ du point zéro est la mémoire constante et éternelle de l’univers. Il conserve les données de tout ce qui s’est jamais produit sur la ! Terre et dans le cosmos, et met celles-ci en corrélation avec tout ce qui doit arriver. » – Le champ Akashique – QuantiqueMedia

« Prolific author and philosopher Ervin Laszlo discusses his most recent books, in which he outlines how the latest discoveries in science converge with spiritual insights and point to the ways in which society might evolve in ways that will help overcome contemporary crises.

Rob Johnson:

I’m here today with an extraordinary man.

Ervin Laszlo is both a scientist and a master of spiritual thinking. A person who is pushing us forward to integrate and understand the crisis before us can be an opportunity, and that we need to change the way we think and act.

He’s written many, many books. I believe over a hundred books in his lifetime. But recently he’s put together, in 2020, Reconnecting The Source. Excuse me, Reconnecting to The Source, Global Shift NOW!, and recently a book called The Immutable Laws of the Akashic Field.

I’ve seen him on videos with people like Deepak Chopra. I’ve heard people say that had been very involved in nominating him for the Nobel Peace Prize in the first part of the 20th century.

He has a book coming out this fall, which I’ve already pre-ordered, called The Wisdom Principles.

And as you read The Immutable Laws of the Akashic Field, I think an understanding of why that book is a follow-on is very important.

But, Dr. Laszlo, I first became acquainted with you through your book Simply Genius about your beginnings as a pianist. And as I mentioned to you in our conversation, my father was a physician and a jazz pianist. But I’m so inspired by the depth and the breadth of your holistic mind and vision.

And I know that people are concerned now. And so, thank you for joining me and joining our audience. And please, share with us, how do you see this crisis starting… How you say… That’s evolved into the pandemic and beyond as an opportunity. And how would you describe the nature of that opportunity?

Ervin Laszlo:

Yes, it’s the key question of our time. I would like to start to say, what you’re mentioning, people are concerned. That I think is the key. If people are complacent, or people are simply believe that the, that’s the way to go on, then the change will be difficult, if not impossible.

And then the crisis will multiply one, on top of the other. We need to change, and this calls for people who understand this need. Who are concerned about staying where we are, because where we are is not a good place to be.

A Chinese saying is that if we continue the way we have been going, we get to exactly where we have been heading. And we should not head to where we have been heading because that sort of creates more instability, more towards the crisis.

You know very well in economics, but also in ecology, and the demographics in our treatment of each other. Violence. We could make a long, long list of more crisis points.

However, the main aspect is, as I like to emphasize, is that now we are becoming aware of that we need to change.

And the question is not, “Should I be changed or not?”

The question is now, “How do we change?”

And I’m trying to point out that here we have options. We can change for the better.

“We can create a better….” Well that’s a very optimistic statement, I know, but we are in the midst of a global transformation.

Which, in the system size, is called a bifurcation. A change in the evolution. In evolution’s trajectory of systems. In this case of the human system that we have created, this human social economic ecological system on the planet. This system is now right for change.

And if you have had a crisis like you have had, and to some extent you are still having. A health crisis, a virus caused crisis. That seems on first sight to be sort of.

It’s anytime that it can wipe out vast populations, and we never know what’s going to or how it’s going to end.

On a deeper look, maybe look at the structure of the situation of the world in which we live. It turns out that this could be a blessing in disguise because it precisely moves us out of the rut that we have been.

Rob Johnson:

So in it being a blessing in disguise, is in essence, knowing that we’re off course and the anxiety creates the opening to explore a new vision?

Ervin Laszlo:

Exactly, exactly. But we also need to have the help in finding a way forward. And I maintain again, somewhat optimistically, but I think also it’s a good deal of realism. And there is in nature, in the universe, something that is equivalent to our electronic GPS. A guidance system.

Without this guidance system, the universe would be just a heap of random atoms and molecules. And there will not be structure and coherence in this universe.

Yet coherence, as Einstein said, is the single most amazing thing about this universe. That it is coherent. That it is not purely a product of chance.

You know, for a long time, it was a main dogma of science. That the way the world is, is the result of a whole series of random interactions. That there is no higher guidance.

Scientists are afraid of theology, of the idea that there is somehow a higher will. Recallings like religion, and the dogmas of religion. Guiding us, telling us what to do.

It turns out, I think, that there is a higher guidance and it’s not outside. It doesn’t come from above. It’s inside and is below. This guidance is in us. It’s in every complex system in the world. All together exist, is the result of something that’s close to a miracle, because it could not be chance interactions.

It has to be something that biases the chance. There is what I call a tropism. I also like to call it an attractor. In complex systems, if [inaudible 00:07:54] complex systems. And you find something which is… It’s just not purely random. It gives it the direction of its evolution and we call it but an attractor. It’s a point attractor, periodic attractor, a strange attractor. Whatever. We could map it in different ways, but it’s not purely up to chance. That’s the big message.

And this, “Not up to chance,” Is something which is in us, which is our motivation. Which is a natural force and a force of evolution.

The young people say, “Go is the force,” in Star Wars. And I think we can go with the force that is not above us and beyond us, that is in us. That is in every quantum of our brain, every molecule of our organs, and of our system.

Because we are a product of an evolutionary process that turns out to be a process that’s maximizing coherence and complexity in the world. Creating complex integral, integrated systems such as you and I. We human beings are complex coherent integral systems. We are not the product of just one happenstance or ones that happen after another.

Ervin Laszlo:

We are a product of a motivation of a prompt of an attractor, I like to say. Which is basic to the universe. It’s just there in the system of quanta, in ourselves. It is there, in our environment.

The earth itself is an example of a complex integral system. We have forgotten that this is how evolution works. Evolution moves in this direction. We have denied that it does. We saw there’s only this, “The strongest survives.” There is no guidance here. Yeah, there is.

And if there wouldn’t be guidance, it would indeed be in bad shape. But it would be all together to discuss it because we are coherent complex systems ourselves, and remarkable miracles of evolution on this earth. All of life is that, perfectly. So I say, my optimism, I call it not so much optimism as possibilism. I’m saying it’s possible to move in a better direction.

I think it stems from the fact that to we, ourselves, exemplify a direction in evolution. A direction of development, which we can use to conduct ourselves. This is our GPS.

This is what tells us, “Are we moving the right way? Or are we off course.” We haven’t been off course now for a hundred years. 200 years, perhaps. Certainly as long as we have been going by the old Newtonian paradigm. This is not the paradigm for Newton, personally. He was a mystique and a great thinker. But Newton’s followers who made his mechanistic laws into the paradigm of our working of the universe and of our being.

So if we go past this Newtonian paradigm, Newtonian Darwinian paradigm, and go understand the new biology, the new quantum biology, the new cosmology, the new psychology and consciousness research. All telling you there is connection. There is direction. There is a meaning unfolding in the universe. This comes from physicists as well, comes from David Bohm, among many others. We could make a long, long list.

This is our hope. This is our possibility. That we ourselves manifest and embed in our being a higher directionality and movement toward a direction. Which is toward well-being, towards thriving, because it’s toward the integration of diverse elements into holes. Health in the human body means such integration. We couldn’t survive. We couldn’t exist on this. All cells, all organs in our body are moving together, working together to maintain us as a complex and coherent system.

So let’s not forget that.

This is where we are. We could join this, that we could get on that bandwagon as it were, moving naturally. Moving with nature.

Nature, who doesn’t create fragments and powers, but these integral holes. The new holism is a holism of nature. A holism of the new cosmology, and the holism of quantum mechanics. Not mechanics, that’s a misnomer. But a quantum systems view of the world.

That is, I think, a hope.

Rob Johnson:

One of the census that I had in reading your work in preparation for this conversation, sir, was that there was something both wrong with expertise if it misspecifies the model. And your integration of spirit, holistic nature, and science is a very important assertion.

But what I guess haunts me a little bit is the notion of demagoguery and the notion that when people are anxious, they lurch backward to the familiar more easily than forward. And demagogues, in an uncertain time, can also get a great deal of what I’ll call traction or influence.

And so to overcome the resistances, and see things as you describe, does seem to me to be a necessary condition. But I think there may be obstacles, and one that comes to mind is the notion that interhuman relations, called otherness. Saying, in essence, “We’re not working for the wellbeing of mankind. We’re working for our own tribes so that we survive and let those people perish.”

And I know Pope Francis’ most recent Fratelli tutti is about cohesion, and citizens. Excuse me. And humans, across the planet, not seeing each other as friends and allies. How do we overcome some of these psychological resistances, fears in the potential for demagoguery, and the temptation of a scientist to reassure people when they’re scared? Even if they create a false sense of certainty.

Ervin Laszlo:

You know, there’s a saying in the old Testament. I believe in… I forgot exactly where it is in. Which says, “Where there is no vision, the people perish.”

What we need is vision, not arbitrary fiction. But a vision based on solid facts. We can get that vision. One way is to get it, is to look at the results, the implications. The developments with new sciences, which are systems sciences, which are quantum sciences.

And yeah, these are sciences that tell us that what is being evolved in this universe, I might say altogether, are whole systems. Not just fraction of the parts. Now, of course, what you say is like you mentioned, is a true danger.

When the old one is threatened, or the established system is threatened, people try to grab something that is more assured and sometimes they go back. Here I think we’ve had to point a very clear finger at the past. The world that we have created, maybe past 100, 150, or 200 years is not a world we want to get back to. It’s a world which is unsustainable, inequitable, which is precisely all the time just favoring the powerful on the misread Darwinian principle. This, “The fittest survives.”

It’s not the fittest, but the most cooperative that survives. But the general census that, “Yeah, let’s get something where we can take control ourselves.” Controlling to assure our own short-term immediate interest. And that’s why demagogue.

That’s why we have dictators rising now in the world. That’s why we have this far-right movement coming about here and there, because people are desperate. They want to look at something. Look for something that they can hold on to.

Strong men. Strong men is now not the answer. Enlightened men, yes. A leader, yes, we could use. But it has to be an enlightened one. One who looks at the whole system, and not only at that part where he is immediately acting. Where he is in charge. We need a whole new politics. A whole new culture. Basically, a whole new sense of who we are.

And I think that this, you can get partly from science, partly from the spiritual experience. My book on the Reconnecting to The Source, I’ve asked I think 19 or 20 people. Well-known eminent individuals to recount their spiritual experiences. Have they had such crucial experiences?

These people said they did, not talking about it. And then I asked them to unpack these to actually tell us what they were. They came to remarkable similarities. Remarkable conclusions. The end of a spiritual experience, if it’s deep and genuine, and allowed to unfold, is a deeper understanding. Is a closer relationship. A closer sense of belonging together. The old spiritual sayings of oneness and unconditional love.

These are all sayings that young people often use. The kind of saying that the Beatles would use. But it turns out that people who are serious scientists, but honest and creative people. When they have these deep experiences, they come away with a sense of they are not strangers.

You mentioned otherness. My view is that when we are developed, and we are evolved, and we have a somewhat wiser mental constitution. Then we realize that there are no others in the world. There are no others. We are, not I. And then we are in the world because the whole world makes a single system. A very coherent, self-evolving, and interacting system.

To be a part of that, is to be part of a great teams. A part of a great enterprise. And it says that’s immense attraction. Knowing that we are on beat. We are harmonizing, synthesizing all the steps with the beat of the universe. If you could understand that, then we will not grab back to the old methods of just me and I, and mine.

Everything is short term, narrowly focused thinking. Then we would go and look what has been. In the past, has been metaphysics, but now it’s becoming science. Quantum science. Just [inaudible 00:20:24] called holism. The holistic principles.

What is the principle? It’s so simple. I tried to summarize it by saying, “What is good for the whole is always a necessarily good for the part. If not sooner, then later. But what is good for the part in the short term, is not necessarily good for the whole. It might sub-optimize the whole if I just promote one part of the whole at the expense of the others.”

What is, for example… It’s a nasty example… But it’s how you. What is cancer, if not sub-optimization? The group of cancer cells optimizes itself. It grows, it creates tumors. But independently of its environment. And as a matter of fact, it’s at the expense of its environment. Which is the rest of the organism.

Ervin Laszlo:

So to be an old fashioned politics, old fashioned way of managing of businesses, is to be a kind of a cancer in the body of the human system. We have got to become a positive element in that, which means that you recognize that you are a part of that system and our interests lie in making the system live, survive, indeed strive. That is, I think is the new politics. Sounds idealistic, but it has become a survival imperative of the human species. I’m convinced of that.

Rob Johnson:

Well, we have so many politically powerful institutions organized around a previous, which you might call false consciousness, and we have the economics profession as you alluded to focused on Newtonian physics as a model.

I don’t want to say this, but the question came to my mind. We could design a curriculum for young people in the next generation, and should do that anyway, but are we not, particularly in the realm of climate, on a time schedule that requires a transformation of existing adults? Not just an evolution that waits for the young people’s wisdom to blossom.

Ervin Laszlo:

We have very little time, but there are two things to keep in mind here. One is this, our new electronic technologies. Information, communication technologies are creating a system that can carry information, messages, instantly to almost any part of the globe. Almost every person of the human family.

And the other one is that we have an information system built in. Built in to the whole system. Because this is a quantum system where one thing interacts with all other things, you can’t do just one thing. [inaudible 00:23:36] said that sometime ago, but referring to ecology and to environmental actions. You can’t do just one thing, because a host of other things follow. But in a quantum system, there is no way you can do one thing, because everything that you do is connected with all the other things. I think this is a phenomenon that’s being talked about this book that I’ve done.

I want to emphasize. In that book, I want to emphasize this phenomenon in the Akashic field, that things are connected and things are moving in a concerted direction. That it’s natural and it’s healthy. And the system works. So all of the dangers are there, of Darwinian, Newtonian, short-term, fractionated, reductionist thinking. It’s all there and we have got to move out of that. And a shock, like a global crisis, it shows us we are all in the same boat. Yes, we’ve got to change and change together. It’s a beneficial crisis, in that sense.

It shortens the time in which we change. We can’t wait a whole generation to begin to change. In the past years, new cultures took several generations to emerge and to become dominant. We don’t have all the time. So we need a shock treatment. We have been getting it, we are getting it. And people, I’ll come back to what you said in the beginning, people are becoming concerned. That concern should be put to good use. That’s a natural, good thing.

Ask what you can do. Ask how I can be part of what there needs to be done. These are the key questions you should pose and try to answer, honestly, in view of what we are ready to do. What you’re willing to do. And what, obviously, what we can do.

Rob Johnson:

When I imagine you, in reading your work, it makes me curious. And I’m speaking, not only for myself, but we have over 15,000 members of our Young Scholars Initiative. Many feel the pressure to belong. But this enlightened vision, this integration between spirit and science, these things, can you give us a window into some of the experience you’ve had in your life that catalyzed or illuminated this new direction?

Ervin Laszlo:

I’m having these experiences all the time. They’re not really sort of the fancy kind of mystical experiences where I see spirits and whatnot. But, I had the experience first through the form of musical performance and the piano because things that I played seemed to me, the greatest music, seemed to me so natural. So self evident, that all I had to do was follow it. I haven’t had any question of interpreting this or that, and the music plays itself and shows the way. And one enters into this dynamic field, that everything is meaningful. It’s all expressed in sound, in tones, in melody, and rhythm. But it unfolds itself. It can’t be any other way.

This is particularly true of the greatest music like Mozart and Schubert. And even the modern music like Barto, for example. Where things proceed in a logical way, which has its own inner logic.

So that was one experience of being guided, as it were. It seems this experience was one of coherence. One of meaning. I was looking for it also in science. Suppose that can be fined, but can be fined for the idea that we are guided toward a more coherent, more integral vision of ourselves and base of behavior. And of course you find it now in the new biology, you find it in the quantum biology, and the new cosmology, the new physics. And I think sooner or later, it has to come into the new psychology, it’s beginning to contrast personal psychology, for example. And in the… Hopefully, also in your field, in the new economics.

I have touched with some people who are trying to bring in this new economics and bringing it to a higher level, into a practical form. This is the way we need to go find it. There’s a natural way, a GPS in us. Now, let me just mention in my own experience, a continued experience. When I work on an idea, like you pose these questions, and then I ask myself, “What meaning do they have? What is it that we can learn? How we can explicate this? Or, we can follow it up.”

Very often, when I speak and when I write, answers seem to come. Not very fanciful answers, but some answers that tell me way is better to go. How should I inquire? Is there a reason to despair? Is there hope? Which phase should I ask? Well, which way should I orient my energy? A real GPS. Very spontaneous.

And often, if everything seems to work fine, I can sit down and start writing and think about that I didn’t know that I wanted to express, that I didn’t have in mind before. They follow each other, just like the musical Mozart. One thing follows another, and there couldn’t be any other way. Also, it couldn’t be any other way. So this is an experience I have been having. Often I learned not to pre-program any talks I’m giving. Just set up the problem, the task, and then try to allow these ideas to come forth, to frame themselves.

Often, not always, but what often happens that I’m saying things and coming across, coming up with things I didn’t think of before. And so I’m learning from my experience. I learned to not to control it, allow it to blossom, allow it to come.

I’ve had this experience since I was five years old, the music, and I continue having it now. I’m nearing 90. I think this is partly a [inaudible 00:30:35] .

Direction is in us. We are not alone and we are not mechanical puppets. We are not just robots. We are a self-directing, intensely alive entity. We as coherent within itself, as long as we can be healthy, we are coherent. And we can be coherent with other surroundings.

And we can build a new economics, a new social science, a new political science as well because that is the task that is now facing us. Recreating something better. Not back, but forward. That’s what bifurcation, it allows the novelty. It allows was talking about, created novelty in the world.

I think there is such a novelty. Possible, and the time that it can shine forth is when the old is crumbling and its questions. I always ask everybody, my lead is to question. Ask. Question your beliefs. Question your aspirations.

Yes, if you find that they are reasonable, they’re good. Fine, go ahead, obviously. But not automatically, just because you are being told. Not just because other people don’t like them. So that’s the beginning of this to know that we don’t know, but we want to find out.

Rob Johnson:

Well, sir, your inspiration through music is certainly something that affects my life and sense of purpose. I remember as a young man, when I’m looking forward to our discussion of the immutable laws of the Akashic field and the Indian spirituality, I remember following George Harrison very closely. And he wrote a song that I found terrifying called I Me Mine.

The last verse is: All I can hear is I me mine, I me mine. Even those tears , I me mine. No-one’s frightened of playing it , Everyone’s saying it. Flowing more freely than wine, all through your life, I me mine. And he was in despair about that focus on me, and not we, that you alluded to. But there are other influences in my life. I had minored in music in college. I mentioned at the outset, my father’s piano and my mother was a singer with the Detroit Symphony at times in her life.

But I was always moved very much by John Coltrane. And I recently met the physicist, a gentleman whose name is Stephon Alexander. He’s a black man, a physicist, a saxophone player. And he wrote a book, The Jazz of Physics: The Secret Link Between Music and the Structure of the Universe. And I had a chance to be on a panel with him earlier this year.

But when I listened to Coltrane, I feel like I hear you. I feel him reaching to that broader place. That place, which he referred to as the Love Supreme. And so, as we conclude the first part, I want to thank you for exploring with us. And I look very much forward to the second part of our conversation that relates to your book about the immutable laws of the Akashic field. The depth, and the breadth, of your thinking leaves me in awe. But it’s also an example of the holistic vision that you are trying to inspire us to join. So thank you for this first part and I look forward to continuing the conversation.

Ervin Laszlo:

I want to thank you because being inspired by the right ideas is actually being inspired yourself. So it’s a wonderful thing to encounter people like you, and also have access to a broader public.

Let’s get these ideas out where people have an aha experience where they say, “Yes, I knew this. I intuited this, but now I can recognize it.” That I think is what’s so hard to teach. Not something new, but something that people can recognize.

Plato said that two and a half thousand years ago. And I think he was right. We have to not cognize. Not just cognize, but recognize of who we are.

You’re going back to what our true self. You are doing, that. Thank you for this conversation.

Rob Johnson:

Thank you, and I also want to encourage people in September to be ready for the book, The Wisdom Principles, because I think there’s some timelessness in looking forward and looking back. In, how would I say, I would imagine you see the elements of what you’re seeing and wanting us to see. There are probably, how do I say, clues and signals in those wisdom principles. And that should be very exciting.

Ervin Laszlo:

They are little nuggets on these people. »

We Are in the Midst of a Global Transformation (pt. 1 of 2), by Ervin Laszlo with Rob Johnson

by dave
« What are the real challenges facing our world? And, how do we begin to return our lives to a greater sense of harmony?« 
« On pense généralement que la conscience est le fruit du cerveau. Mais est-ce vraiment le cas ? Des recherches très concrètes pourraient bien révolutionner notre manière de nous percevoir. Rencontre avec les scientifiques Stephan Schwartz, Roger Nelson et Ervin Laszlo.« 
by dave

Lecture(s) supplémentaire(s) – complémentaire(s) / Partage(s) / Curiosité(s) / Invitation(s) au voyage :

by dave
by dave
  • Quantique Média
    • [« Quantique Média s’ouvre à tous ceux qui veulent comprendre, se surprendre, apprendre, réapprendre, répandre, entendre et faire entendre ! Quantique Média ouvrira chaque mois une nouvelle porte vers la connaissance et le libre arbitre. Des sommités du monde de la médecine, de la science ou de la recherche, se passent le relais. Tel un passage de connaissances, vous pourrez gratuitement voir ou revoir les différentes conférences qui se sont déroulées sur la scène de Quantique Planète ! Laissez-vous surprendre par Quantique Média ! »]
    • De la musique à la peinture, le cerveau interroge – par Pierre Lemarquis (Interview réalisée par Florent Lamiaux)
      • [extraits : « Pierre Lemarquis : Je suis aussi organiste. Ma fonction de neurologue et ma passion pour la musique ne pouvaient qu’attiser ma curiosité. Tout est parti, en 2006, de la célébration des 250 ans de la naissance de Mozart. J’avais organisé une réception avec des amis neurologues à l’abbaye de la Celle (Var). A la suite de ça un journaliste, qui organisait des manifestations autour de la musique, m’a demandé de faire un travail autour de Mozart. Le psychiatre et psychanalyste Boris Cyrulnik m’a ensuite proposé d’entrer dans son groupe de recherche autour du thème « résilience et vieillissement ». Il avait organisé un congrès puis la conception d’un ouvrage. Chacun des intervenants devaient écrire un chapitre. Je l’ai écrit et j’ai enchaîné sur « Sérénade pour un cerveau musicien » mon premier essais. Ensuite l’idée d’ouvrir ce travail à l’art en général était une évidence. Mais c’était aussi intéressant de considérer l’interaction entre l’activité du cerveau et l’art. L’art nous modifie et modifie le regard que l’on a sur l’œuvre. Il y a un va et vient permanent qui nous amène à modifier notre vision du monde. L’œuvre d’art peut nous faire regarder différemment et amorcer une guérison. »]
      • [« Existe-t-il une différence d’interaction avec le cerveau entre la musique et l’art ? L’étude sur les arts visuels est beaucoup plus récente que la musique. Dans les deux cas notre cerveau va activer les sites correspondants. Pour la musique, il s’agit du lobe temporal qui décrypte les sons et du lobe occipital pour les arts visuels. Dans les deux cas, le cerveau va s’adresser à des structures extraordinaires que l’on appelle les neurones miroirs. C’est la plus grande découverte scientifique de la fin du siècle dernier qui nous démontre que nous avons tendance à imiter ce que l’on voit. C’est ainsi qu’un enfant apprend à parler ou que nous assimilons tous les gestes de notre quotidien. Ces neurones miroirs sont couplés à des structures beaucoup plus complètes et plus anciennes de notre cerveau, le circuit du plaisir et de la récompense. La partie évoluée du cerveau est conçue pour nous faire prendre la meilleure manière d’assurer notre survie. Et le cerveau des émotions et des récompenses nous donnent envie de survivre. Il nous faut la possibilité et l’envie de vivre pour que tout fonctionne normalement. Evidemment le cerveau des récompenses est aussi celui des addictions. Lorsque tout cela se met en route, nous sommes vraiment en connexion avec l’œuvre. Il y a une impression de ressenti de l’intérieur. »]
      • [« Comment ça marche ? Face à l’œuvre, notre cerveau réagit exactement comme s’il était face à quelqu’un. Lorsque nous regardons la Joconde, c’est comme si nous étions réellement face à elle. Le cerveau interprète, inconsciemment, les gestes qu’il voit. Dans le cas de l’art abstrait, par exemple pour les œuvres au cutter de Lucio Fontana, le cerveau se comporte comme si c’était lui qui donnait les coups de cutter. Nous nous retrouvons dans le tableau et le tableau se retrouve en nous. En neuroscience nous avons tendance à dire que c’est la matière qui fait l’esprit. Le neurophysiologiste, Roger Sperry étudiait le cerveau coupé en deux et affirmait qu’une pensée pouvait sculpter un esprit. Le cerveau est le seul organe qui peut produire quelque chose qui le modifie. Un champion skieur imagine son trajet. C’est le succès de sa réussite car lorsqu’il descend la piste, il connaît déjà son parcours et gagne donc en rapidité. En musique, le meilleur exemple, c’est Glenn Gould. Il avait acquis une bonne technique durant son enfance. C’était un pianiste virtuose. Il a subi ensuite des troubles obsessionnels qui empêchaient le contact avec les touches du piano sans avoir préalablement enfilé des mitaines. Il passait son temps à lire des partitions. Il ne se contentait pas de les apprendre par cœur, il les jouait dans sa tête. Ainsi, lorsqu’il arrivait au piano, le programme était prêt. Lorsque nous nous imaginons en train de faire une action, notre cerveau fonctionne à 40% comme si il était en train de faire cette action. Mais des cerveaux qui s’entrainent comme le faisait Glenn Gould fonctionnent à 80% comme s’il jouait réellement sur son instrument. »]
      • [« Que se passe-t-il ? C’est une technique très simple que tout le monde peut mettre en œuvre. Cela peut être utile dans la vie de tous les jours. Si un jour nous nous cassons la jambe, nous avons intérêt à imaginer que l’on bouge cette jambe pour récupérer très vite. « ]
      • [« La pensée créatrice permettrait donc au cerveau de programmer une réussite ? Notre cerveau n’est jamais totalement au repos. Les deux parties, interne (plaisir et récompense) et externe (action sur le monde) passent de l’une à l’autre toutes les 20 secondes. Lorsque nous nous isolons, comme en méditation, c’est justement cette partie profonde qui va continuer à fonctionner, ce que l’on appelle le réseau par défaut. Il y a ainsi toujours une partie qui fonctionne. Une personne dans le coma bénéficiera toujours de l’action de ce réseau profond. »]
      • [« Que se passerait-il si nous n’avions pas accès à la musique ou aux œuvres d’art ? Nietzsche disait : « sans la musique la vie serait une erreur ». Nous pouvons l’élargir à l’art et à la beauté. Cela fait partie du cerveau qui nous donne le plaisir et la récompense, sinon, nous serions des robots et la vie ne serait pas très intéressante. »]
      • [« Certains endoctrinements jouent pourtant beaucoup sur cette interdiction ? Bien sûr et cela signifie qu’ils savent la puissance de la musique ou de l’art. Il est parfois même interdit d’avoir des oiseaux. Lorsque François 1er s’est associé aux turcs pour lutter contre Charlequin, il avait envoyé une fanfare à Soliman le magnifique en guise de bienvenue. Pensant à une ruse, Soliman l’a refusé. Il avait peur de se faire amadouer avec la musique. Les gens qui ne veulent pas de musique en connaissent ses immenses pouvoirs. L’art ouvre sur tant d’horizons qu’il est difficilement possible de se retrouver naturellement en position de soumission par la suite. Un cerveau qui n’a pas cette ouverture aura des œillères et sera plus facilement manipulable. »]
      • [« L’art peut soigner ? Il y a des personnes qui n’aiment pas le terme d’art thérapie et qui le trouve prétentieux. Pourtant cela soigne comme un médicament, puisque l’art a des effets chimiques sur notre cerveau. A partir de l’instant où le système du plaisir et de la récompense sont stimulés, il y a une sécrétion de dopamine impliquée dans le mouvement et dans le désir. Il y a aussi une sécrétion de la sérotonine que l’on trouve dans tous les antidépresseurs et d’endorphines qui peuvent provoquer la chaire de poule. Cette dernière joue aussi un rôle d’antalgique qui fait que suivant votre pathologie, vous aurez moins mal durant quelques temps. »]
      • [« Qu’est ce que la médecine a compris de cette relation à l’art ? A l’origine la médecine a toujours été très ouverte à l’art. Dans toutes les cultures avant ces derniers siècles, les médecins ont toujours été des musiciens. L’art et la beauté ont toujours eu une grande importance dans le soin. Elle s’est fermée depuis la fin du XVIIIème siècle. Le médecin Claude Bernard, qui était complètement athée, lorsqu’il écrit l’introduction à la médecine expérimentale, parle de l’harmonie du milieu intérieur et de l’importance que tout soit équilibré. C’est ainsi que Knock, dans le film réalisé par Roger Goupillières et Louis Jouvet, s’en empare et disait « Tout bien portant est un malade qui s’ignore ». »]
      • [« Où en est actuellement la médecine dans cette relation avec l’art ? Pour que ça rentre en pratique, il faut que ce soit prouvé. Il faut que tout le monde ait ressenti des bienfaits en lisant un livre, écouté une musique et vu une pièce de théâtre ou une œuvre d’art. Il faut avoir constaté qu’on s’est senti mieux après. Pour avoir le droit de l’utiliser en thérapie, il faut que ce soit attesté. Les arts visuels prennent leur place tout doucement. La bibliothérapie, par exemple, consiste à donner à une personne un livre dans lequel il peut se retrouver. Il a été démontré que si nous lisons quelques pages de roman avant un rendez-vous, nous allons mieux nous exprimer et comprendre notre interlocuteur. »]
      • [« La musique pourrait devenir une solution thérapeutique essentielle dans l’avenir ? En tout cas c’est un adjuvant important et un outil personnalisé. La médecine occidentale n’est pas personnalisée. Nous considérons la maladie et pas le malade. La maladie de Parkinson, si elle présente les mêmes signes chez tous les malades est pourtant différente en fonction de chacun. Une maladie résonne avec un vécu et vient percuter une existence. C’est une donnée dont on ne se rend pas souvent compte. De même, il n’y a pas de recette avec les œuvres d’art. Vous ne pouvez pas savoir à l’avance quelle musique va rendre joyeux ou mélancolique. On peut juste imaginer un style de musique apprécié en fonction de l’âge d’une personne. »]
      • [« Alzheimer et Parkinson sont deux pathologies que la musique apaise ? Nous n’en parlions quasiment pas il y a dix ans, mais nous savons aujourd’hui que la musique fait du bien aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elle dédramatise une maladie que nous avons toujours tendance à considérer comme un naufrage et quelque chose de négatif. Nous parlons de dégénérescence. Chanter une musique qu’elle a aimé dans sa jeunesse, à une personne Alzheimer, va la réveiller, la faire sourire, provoque quelque chose de magique qui la fait revivre quelques instants. C’est formidable. La musique va aussi aider le parkinsoniens car elle lui fait secréter de la dopamine. C’est le neuromédiateur qui manque dans le cerveau des personnes atteintes de cette maladie. Lorsqu’un parkinsonien n’avance plus, le simple fait d’imaginer une musique ou de chanter, s’il accepte, lui permet de remarcher beaucoup plus vite. Il y a là encore quelque chose de magique qui se met en place. Parmi les danses, le tango a bénéficié d’une étude qui a montré qu’un parkinsonien va être capable de danser le tango alors qu’il marche difficilement. Même s’il imagine la musique, sans pour autant la chanter, cela va l’aider à avancer. La parkinsonien perd un peu la vision des couleurs car il y a un lien entre la dopamine et la vision des couleurs. On le voit, par exemple, grâce aux dernières toiles de Bernard Buffet qui souffrait de cette maladie. Les couleurs sont beaucoup plus sombres et agrémentées de têtes de mort. Dali, quant à lui, utilisait sa maladie de Parkinson. Le parkinsonien va plus aisément réussir une activité plus compliquée que simple. »]
      • [« A quoi l’art va nous servir ? Sans beauté la vie n’a plus de sens. Tout ce qui peut nous rendre lumineux ou nous donne envie de vivre protège des maladies. Pour les indiens navajos le mot « santé » et le mot « beauté », c’est le même mot. Leurs études de médecine couronnent les études de philosophie. Nous savons que la musique fait du bien, du prématuré jusqu’au dernier jour de la vie. La plupart des maisons de retraite, aujourd’hui, engagent les services d’un musicothérapeute. »]
      • [« A quoi reconnaît-on le cerveau d’un grand créateur ? Ce que l’on peut percevoir dans les cerveaux des grands artistes, c’est cette mémoire formidable et la manière dont ils recyclent tout. Parfois nous pouvons retrouver les sources. Mozart entend un pianiste jouer une sonate et cela devient, 10 ans plus tard, l’ouverture de « La flûte enchantée », transformée par son talent. Michel Ange n’a pas une forme qui passe devant ses yeux sans qu’il ne l’enregistre. Il a inventé l’expression « Avoir le compas dans l’œil ». Il savait réutiliser sans jamais faire de copie. Il détruisait les brouillons donc il brouillait les pistes. On voit le résultat mais très rarement les pièces intermédiaires. »]
      • [« Avons-nous de tout temps toujours connu cette relation à l’art ? L’homme de Néandertal faisait déjà de la musique. Un fémur d’ourson mordu par un carnassier a été le premier instrument de musique retrouvé. Il datait de cette époque. Dans les grottes ornées, celles qui ont les plus belles peintures sont celles qui possèdent la meilleure acoustique, donc les deux étaient très liés. Pour certains scientifiques, la musique est apparue avant le langage. »]
  • Club de Budapest – wikipédia
    • [extraits : « Fondé en 1993, le Club de Budapest est une association informelle internationale consacrée à l’élaboration d’une nouvelle façon de penser et une nouvelle éthique qui aideront à résoudre les problèmes sociaux, politiques, économiques et des défis écologiques du xxie siècle. »]
    • [« L’idée de créer le Club de Budapest est venue d’une suggestion de l’économiste mexicain Víctor Urquidi, lors des conversations entre Aurelio Peccei, le cofondateur et premier Président du Club de Rome, et Ervin Laszlo, membre de ce dernier et maintenant président du Club de Budapest. Le Club de Rome étant constitué de personnalités de très haut niveau des domaines scientifiques, politiques et des affaires, le but était d’instituer un club annexe pour équilibrer la pensée rationnelle dans ce domaine avec l’aspect intuitif qu’apporte la créativité dans les arts, dans la littérature, et dans la spiritualité, en impliquant quelques-uns des esprits les plus connus et les plus créatifs de l’époque. »]
    • [« L’ambition première du club est de « centrer l’attention sur l’évolution des valeurs humaines et la conscience comme facteurs cruciaux dans le changement de cours d’une race en voie vers la dégradation, la polarisation et le désastre, pour amener une refonte des valeurs et des priorités afin d’orienter les transformations d’aujourd’hui en direction de l’humanisme, de l’éthique et d’une durabilité intégrale. » »]
    • [« La philosophie du club est basée sur la constatation que les énormes défis auxquels l’humanité doit actuellement faire face ne peuvent être surmontés que par le développement d’une conscience culturelle globale. Sa mission est d’être un catalyseur pour la transformation en un monde durable. »]
  • Club de Rome – wikipédia
    • [extraits : « L’organisation découle des discussions ayant lieu au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques à propos des « problèmes de la société moderne » et d’une « crise planétaire » naissante. Le Club de Rome est créé, comprenant principalement des personnels de l’OCDE, afin d’introduire ces idées dans la conscience publique. Piloté à sa création par Aurelio Peccei, un Italien membre du conseil d’administration de Fiat, et Alexander King, un scientifique et fonctionnaire écossais, ancien directeur scientifique de l’OCDE, le Club est ainsi nommé en raison du lieu de sa première réunion, à Rome, à l’Académie des Lyncéens le 8 avril 1968. Les autres membres fondateurs sont Erich Jantsch et Hugo Thiemann »]
    • [« Le Club de Rome se fait connaître mondialement en 1972 par son premier rapport, The Limits to Growth (littéralement Les limites à la croissance), connu sous le nom de « rapport Meadows » et traduit en français par l’interrogation Halte à la croissance ?. Son interpellation intervient à l’apogée de la période dite des Trente Glorieuses, une période de croissance sans précédent dans les pays développés et qui laissait penser que celle-ci était sans limite imaginable. Le concept de croissance zéro, que ce rapport ne préconisait pas, fut néanmoins une des idées fondatrices de l’écologie politique. »]
    • [« En 1993, Ervin László a l’idée de créer le Club de Budapest. Le Club de Rome étant constitué de personnalités de très haut niveau des domaines scientifique, politique et des affaires, le but était d’instituer un club annexe pour équilibrer la pensée rationnelle dans ce domaine avec l’aspect intuitif qu’apporte la créativité dans les arts, la littérature et la spiritualité, en impliquant quelques-unes des personnalités les plus connues d’alors. »]
    • [« Le 1er mars 2012, la Smithsonian Institution rend publique une version actualisée du rapport de 1972. Il s’agit en fait d’un second travail, utilisant la même méthodologie que le premier, avec les mêmes acteurs, le Club de Rome commanditaire et le MIT exécutant. Cependant, les instruments d’analyse ont été modernisés pour tenir compte des progrès accomplis dans les méthodes d’observation et de prévision16. Le rapport de 2012 confirme les conclusions tirées par celui de 1972. Ce dernier donnait soixante ans (2030) au système économique mondial pour s’effondrer, confronté à la diminution des ressources et à la dégradation de l’environnement : une refonte radicale de ce système est indispensable pour espérer repousser cette date butoir. »]
    • [« Les conclusions du rapport annoncent un futur inquiétant pour l’humanité : si rien n’est mis en œuvre pour stabiliser la population et la croissance industrielle, le système planétaire va s’effondrer. D’où un appel à la « croissance zéro », sans préciser les mesures à prendre. Ce rapport a été largement critiqué à l’époque, notamment parce qu’il adopterait le point de vue et les intérêts des pays riches, au détriment des pays pauvres, ou encore en raison du modèle mathématique utilisé. Pour la géographe et économiste Sylvie Brunel, The Limits to Growth, « nous annonçait déjà dans les années 70 la fin du gaz et du pétrole pour le début des années 90 » et elle range le rapport parmi les « prédictions dramatiques ». Le premier rapport fut suivi en 1974 d’un deuxième intitulé « Stratégie pour demain », dont l’approche fut diversifiée et localisée selon dix grandes régions du monde ayant chacune une situation et des problématiques de développement différentes. »]
    • [« En 2020, la Dr Mamphela Ramphele explique avoir mis la main sur Cri d’alarme pour le XXIe siècle4 alors qu’elle se préparait à accueillir la conférence du Club de Rome et cherchait quel message transmettre : « En lisant les passages sur la révolutuion humaine que le Dr Aurelio Peccei et Daisaku Ikeda appellent de leurs vœux, j’ai pris conscience du fait que cette révolution humaine est la clé qui permettra à l’humanité de surmonter les situations d’urgence et les crises planétaires auxquelles nous faisons face. La seule façon de sortir debout de toutes ces situations critiques est, pour chacun, d’ouvrir lucidement les yeux sur celles de nos actions qui perturbent ce réseau interdépendant de vie qui garantit l’harmonie. Je crois que le Club de Rome a eu raison de centrer ce dialogue autour de ce concept et de le considérer comme un facteur essentiel ». »]
    • Les Limites à la croissance – wikipédia
      • [extraits : « Les Limites à la croissance (dans un monde fini) (The Limits to Growth) — connu sous le nom de « Rapport Meadows » — est un rapport appuyé par le Club de Rome et publié en 1972 qui est une des références des débats et critiques qui portent sur les liens entre conséquences écologiques de la croissance économique, limitation des ressources et évolution démographique. »]
      • [« Thèse : La croissance et ses limites : (…) Sur le plan économique, les ressources énergétiques telles que le pétrole ou le gaz ne seraient pas suffisantes pour assurer la pérennité d’une croissance exponentielle au-delà du xxie siècle. Ici encore, les progrès scientifiques ne sont susceptibles que de retarder l’échéance de la pénurie. On peut à l’avance prévoir que la croissance sera dans le siècle à venir handicapée par le prix croissant des ressources naturelles. De plus, la croissance est à l’origine d’une très forte pollution4, qui avec elle connaît une croissance exponentielle ; or il est probable que la planète ne puisse absorber une quantité illimitée de pollution. (…) – Divers scénarios : Selon le rapport, le monde peut être perçu comme un ensemble global dont les parties sont interdépendantes. Le développement économique est induit par la croissance. Celle-ci est stimulée par la croissance démographique et une exploitation croissante des ressources naturelles. Cette croissance économique provoque de la pollution, qui elle-même sera cause de recul économique et/ou démographique. Par le jeu de ces interactions, une consommation excessive des ressources naturelles peut entraîner une crise économique durable. Ainsi, la croissance économique s’arrêtera faute de matières premières (énergie, ressources minières, appauvrissement des sols, épuisement des ressources halieutiques, etc.), la population diminuera faute de nourriture et/ou, comme par le passé, au moyen de conflits armés. Cela conduit les auteurs à envisager pour l’avenir plusieurs scénarios : pénurie de matières premières et/ou hausse insupportable de la pollution. Chacun de ces deux scénarios provoquerait la fin de la croissance quelque part durant le xxie siècle. Le progrès technique ne ferait que différer l’effondrement inéluctable de l’écosystème mondial, incapable de supporter cette croissance exponentielle. Les scénarios présentés par les auteurs ne mènent pas tous à un effondrement. Mais ils constatent que les seuls scénarios sans effondrement sont ceux qui abandonnent la recherche d’une croissance exponentielle sans limite de la production. »]
      • [« Propositions : Le rapport Meadows a mis en évidence la nécessité de mettre fin à la croissance afin de préserver le système mondial d’un effondrement envisageable selon eux et de stabiliser à la fois l’activité économique et la croissance démographique. Selon les auteurs, plus la prise de décision sera tardive, plus elle deviendra difficile à mettre en place. Sur le plan démographique, les auteurs prônent des mesures telles que la limitation de deux enfants par couple. Sur le plan économique, ils évoquent des taxes de l’industrie, afin d’en stopper la croissance et réorienter les ressources ainsi prélevées vers l’agriculture, les services et surtout la lutte contre la pollution. Pour que cette économie sans croissance puisse être acceptée les auteurs proposent de répartir les richesses afin de garantir la satisfaction des besoins humains principaux. L’objectif est donc « un affranchissement de la faim et du dénuement qui reste, aujourd’hui encore, le privilège de si peu d’hommes sur la terre ». »]
      • [« Actualisations : Les réflexions sur la croissance économique contenues dans le premier rapport du Club de Rome sont à l’origine de l’émergence du concept de développement durable, qui cherche à concilier les aspects économiques, sociaux et environnementaux (trois « piliers ») du développement. En 1987 est publié le rapport Brundtland, qui donne sa définition officielle au développement durable (ou soutenable). En 2008, Graham Turner, chercheur au CSIRO, reprend dans un article trois des scénarios les plus caractéristiques du rapport Meadows de 1972 (scénarios « business as usual », « monde super-technologique » et « monde stabilisé »), qu’il confronte à des données mondiales pour la période 1970–2000 : population, natalité/mortalité, production de nourriture, production industrielle, pollution et consommation de ressources non renouvelables. Il constate que, sur la période 1970-2000, ces données numériques étaient proches des valeurs que le rapport Meadows présentait pour le scénario « business as usual », et que, par contre, les scénarios « monde super-technologique » et « monde stabilisé » du rapport Meadows ne correspondaient pas à l’évolution que le monde avait connue à la fin du xxe siècle. Il termine son analyse en disant que « la comparaison de données présentée ici vient corroborer la conclusion de Halte à la croissance ? selon laquelle le système mondial suit une trajectoire qui n’est pas durable, sauf s’il se met à réduire, rapidement et de manière substantielle, son comportement consomptif tout en accélérant ses progrès technologiques. » En novembre 2017, 15 364 scientifiques lancent un appel, publié par la revue BioScience et commenté dans Le Monde. Ces scientifiques estiment qu’il y a un impératif moral à agir en faveur de la planète. Ils comparent la réalité actuelle à la situation de 1992 et font un double constat : l’échec à résoudre les défis environnementaux et l’aggravation de ceux-ci9. Ils relèvent notamment que le nombre d’animaux a chuté de près d’un tiers, que les émissions de gaz à effet de serre et les températures augmentent, que l’évolution démographique connaît une croissance de 35 % en 25 ans, tandis que l’eau potable se raréfie, les ressources par habitant ayant chuté de moitié en 60 ans10. ls évoquent d’autres problèmes, relevant que l’absence de prise de conscience de certaines problématiques, comme « l’échec à enrayer la pollution et à protéger les habitats naturels », met en péril l’avenir et ils soulignent la nécessité de limiter la « consommation matérielle intense ». En 2021, une comparaison des divers scénarios avec les évolutions réelles amène Gaya Herrington à estimer que le scénario « Business as usual », prédisant un effondrement avant 2040, est le plus vraisemblable, et qu’il reste peu de temps avant de ne plus pouvoir l’infléchir. »]
      • [« Croissance zéro : Le rapport a souvent été envisagé dans la perspective d’une croissance zéro, qui ne se trouve pas explicitement mentionnée par Donella Meadows, Dennis Meadows, Jørgen Randers et William W. Behrens III, qui, dans l’édition révisée de 2004, répondent à cette proposition qui a été tirée de leur livre : « La durabilité ne signifie pas la “croissance zéro” ». Une société obsédée par la croissance a tendance à fuir toute mise en doute du principe de croissance. Mais mettre en doute la croissance ne signifie pas la rejeter et la renier. Ainsi qu’Aurelio Peccei, fondateur du Club de Rome, le montrait du doigt, faire une telle confusion revient à remplacer une simplification excessive par une autre. ». »]
    • Beyond The Limits To Growth, by Donella Meadows, Dennis Meadows, and Jørgen Randers (summer1992)
      • [extraits : « “Grow or die,” goes the old economic maxim. But in 1972 a team of systems scientists and computer modelers challenged conventional wisdom with a ground-breaking study that warned that there were limits – especially environmental limits – to how “big” human civilization and its appetite for resources could get. Beyond a certain point, they said in effect, the maxim could very well be “grow and die.” »]
      • [« That same team of researchers (minus one) has just released an historic update to The Limits to Growth. The new book – Beyond the Limits: Confronting Global Collapse, Envisioning a Sustainable Future – is instant must-reading. The authors use updated computer models to present a comprehensive overview of what’s happening to the major systems on planet Earth and to explore probable futures, from worst- to best-case scenarios. The book is rigorously scientific, yet very engaging, and it is especially well-suited to educational settings. We strongly recommend it to our readers, and present the Preface here. »]
      • [« One is not allowed in the modern culture to speak about love, except in the most romantic and trivial sense of the world. Anyone who calls upon the capacity of people to practice brotherly and sisterly love is more likely to be ridiculed than to be taken seriously. The deepest difference between optimists and pessimists is their position in the debate about whether human beings are able to operate collectively from a basis of love. In a society that systematically develops in people their individualism, their competitiveness, and their cynicism, the pessimists are the vast majority. That pessimism is the single greatest problem of the current social system, we think, and the deepest cause of unsustainability. A culture that cannot believe in, discuss, and develop the best human qualities is one that suffers from a tragic distortion of information. “How good a society does human nature permit?” asked psychologist Abraham Maslow. “How good a human nature does society permit?” »]
      • [« … It is difficult to speak of or to practice love, friendship, generosity, understanding, or solidarity within a system whose rules, goals, and information streams are geared for lesser human qualities. But we try, and we urge you to try. Be patient with yourself and others as you and they confront the difficulty of a changing world. Understand and empathize with inevitable resistance; there is some resistance, some clinging to the ways of unsustainability, within each of us. Include everyone in the new world. Everyone will be needed. Seek out and trust in the best human instincts in yourself and in everyone. Listen to the cynicism around you and pity those who believe it, but don’t believe it yourself. – Donella Meadows, Dennis Meadows, and Jørgen Randers »]
    • Le rapport Meadows, un avertissement ignoré sur les limites de la croissance, par Radio Canada
  • Les révoltes dans les camps de la mort racontées par A.Wieviorka : Ces révoltes qui ont ralenti la machine de mort nazie – par Radio Canada
    • [extrait : « À Auschwitz, à Sobibor ou dans le ghetto de Varsovie, quelques courageux et courageuses ont joué leur va-tout en organisant des soulèvements, en détruisant des installations ou en s’attaquant directement aux SS, même quand ils se savaient voués à une mort certaine. Parfois, ces initiatives ont permis de sauver des vies ou même de faire fermer des camps. Annette Wieviorka, spécialiste de l’histoire de la Shoah, raconte à Jacques Beauchamp qu’il était d’autant plus difficile pour les Juifs de s’évader des camps lorsqu’ils étaient détenus dans un pays où ils ne parlaient pas la langue. »]
  • Could Modern Crises Stem from Problems in the Human Brain? – by Lynn Parramore
    • [extraits : « As a pandemic continues to expose weaknesses in our human systems and institutions, psychiatrist and author Iain McGilchrist’s proposition that a battle in our heads is impacting the direction of our future is worth revisiting. »]
    • [« Both hemispheres are involved in reason and creativity, and everything else, too. The fact that we have two hemispheres at all is a pretty weird thing. We don’t have two sides of our stomach, for example. By contrast, not only do our brains have two halves, but they are organized asymmetrically. Even weirder, experiments show that each side is able to maintain consciousness on its own. Scientists are still puzzling over this arrangement, but it looks like the two sides come equipped with distinct ways of helping us to exist. Like disorderly twins, they might be separated so they don’t get in the way of each other. »]
    • [« There appears to be a striking difference not so much in what the two hemispheres do, but in how they go about doing it. And that, according to psychiatrist Iain McGilchrist, author of The Master and His Emissary: The Divided Brain and the Making of the Western World, makes all the difference. His book, published in 2009, puts forth the idea that fundamental distinction between the hemispheres lays in the modes of attention they give the world, delivering, as it were, two versions of our human sense of reality. Each version is valuable and they are in many senses complementary. They are also in opposition to each other. »]
    • [« McGilchrist proposes that what we want is for the two hemispheres to integrate their different takes on reality, to enhance each other’s strengths. One side, he believes, is meant to ground and guide the necessary but limited work of the other. The problem is, the two may be getting out of sync. He thinks that one version of reality – the less grounded one – has taken over to the extent that we don’t even notice what’s happening. It’s like the relationship between a wise ruler and her trusted emissary – the clever emissary was supposed to be carrying out the ruler’s mission, but now he’s run off with his own agenda. The emissary is running amok. And he may end up destroying us. »]
    • [« Reasoning and Language : What about that idea that the left side is the part that enables our human ability to reason? That’s not really the case, asserts McGilchrist, noting that reason didn’t pop out of nowhere. It evolved from and makes use of the kinds of perceptual and motor inferences present in other animals. Reason isn’t what separates us from other creatures, he posits. It places us on a continuum with them. McGilchrist further observes that there are different kinds of reasoning. There’s the linear, sequential mode, which the left side does well, but there’s also intuitive reasoning, like deduction, and some types of mathematical reasoning, that are mainly dependent on the right hemisphere. The left side is involved in explicit reasoning, like problem-solving, while the right side is more about implicit reasoning, the ‘aha!’ moment that happens when our attention isn’t narrowly focused. Contrary to what is commonly thought, language, too, is not solely a left-brain phenomenon. McGilchrist believes that language probably developed first in the right hemisphere in the kinds of vocalizations and gestures our ancestors used before they had words—the sort many animals use, and a lot of languages still include. He speculates that music may be the ancestor of human language, arising as a means of communication with others and a way to create social cohesion. Words and grammar, in his view, came later to help us not only to map the world, as some have suggested, but to manipulate it. We can communicate to someone else through a musical sound, like a whistle, but it’s much easier to engage with something removed from us in space and time, like an object or a tool, through words and sentences. McGilchrist speculates that the earlier, right-brained kind of language is oriented towards others, whereas the later, left-brained language is more about things. The left side’s words let us categorize, memorize and be precise. They help us plan and turn us into bureaucrats, as some of the most ancient surviving written texts attest. Referential language also helps us bend other humans to our will — and gives us greater power to deceive them. Not that manipulation is always a bad thing. Verbal and written language let us design stuff and change our environment, to build civilizations. But in McGilchrist’s view, the left hemisphere’s language is associated with the idea of grasping, which shows up in the way we talk about “getting hold of an idea” or “grasping a concept.” Referential language is linked to possession. When the relational element falls away, the sense of social cohesion withers. The right side seems to engage with the part of language that binds us to emotion and embodied experience. That’s because language is not some kind of cognitive machine, insists McGilchrist, but an “inextricable part of an embodied, living organism” that develops through the “empathic process of intelligent imitation.” Babies learn language, he says, by imitating others, a right-brained strategy, not by deploying abstract rules, the way of the left brain. So language is a hybrid of the strategies of the two sides. McGilchrist thinks that while its foundations lay in the right hemisphere, in the body and the world of experience, its referential aspect came over to the left side, where it performs important functions, but also tends to lose contact with reality, becoming “a self-consistent system of tokens,” as he puts it. The left hemisphere’s reasoning and language may have serious limitations. The famous Paradox of Theseus helps explain how its habits can hamper us. This thought puzzle relates that the ship in which Theseus returned to Athens from Crete after he slew the Minotaur was preserved by the Athenians long after his death. Each time a plank of the ship rotted away the Athenians would replace it with a new one. After a long time, all of the original planks had been replaced. Was it the same ship or a different ship? Philosophers disagreed. McGilchrist suggests that it’s only the left side of the brain that struggles with this paradox – the side oriented towards precision, linear logic, and pinning things down. The right hemisphere, attuned to fluidity, to the whole rather than the parts, and reasoning that is more intuitive, is okay with paradoxes and the notion that more than one thing can be true, depending on context. It appreciates that forms are fluid, ever-changing. McGilchrist warns that we’ve become over-reliant on our left hemisphere, which tends to confound reality because it doesn’t consist of discrete parts and sequences. As Heraclitus suggested, reality instead flows like a river. We need the left hemisphere’s take on things to build a rocket or plan a harvest, and it lets us create useful maps. But are we getting the map mixed up with the territory, and consequently getting lost? »]
    • [« Some economists, like New York University’s Roman Frydman, who works on the concept of imperfect knowledge with the Institute for New Economic Thinking, have been trying to bring what McGilchrist would describe as more right-hemisphere insights and approaches into economics, but they are still vastly outnumbered. Economics departments are still dominated by left-hemisphere strategies, by decontextualized and disembodied thinking, by models and algorithms that can get reality spectacularly wrong. The discipline is insular and self-referential, keeping itself too isolated from other fields. Just the way the left side likes it. Economists appear to be the clever emissaries of academe. Running the show but running amok, too often deaf to the master’s wisdom. »]
    • [« Into the Light of Things : If the two hemispheres are battling for supremacy, the question arises: which side are we on? If McGilchrist is correct, we should be on the side of both, in favor of balance. But if we continue to let the emissary run rampant, he warns, we may end up in a very nihilistic place – buried alive in algorithmic procedures, virtualized existence, expanded bureaucracy, and a disenchanted, fragmented world where we are stranded in a permanent state of unfulfilled desire, so bored and alienated that we spend our time seeking novelty or numbing ourselves further. We keep on reducing the world to a commodity, exploiting natural resources, and becoming more miserable in the process. We worship what John Ruskin called “The Goddess of Getting On,” forgetting the wonder of our embodied being and Ruskin’s reminder that “the only wealth is life.” We reduce our fellow human beings to units and statistics, and become willing to sacrifice them to “the economy,” as the pandemic has illustrated. Or simply interact with avatars and robots. If we want to bring the right hemisphere back into its proper place as the master of our minds and the wise influencer of our reality, then we have to take care of what we pay attention to, and how. We attune ourselves to a different, more open, and flexible kind of seeing. We refuse to let the left hemisphere shut down our options. We attend to intersubjectivity, empathy, and patient attention. We use narrative and metaphor and always strive to see the bigger picture. We attend to self-other interactions, to relationships, and to relational values. We tap into communal wisdom and the knowledge of cultures outside the West that are not so left-sided in their approach to the world. We strive to have contact with nature and other people, with everything that exists outside ourselves. “There needs to be a process of reintegration,” writes McGilchrist, “where we are brought into the experiential world again.” Or, as William Wordsworth, a right-sider if there ever was one, once put it, we “Come forth into the light of things.” »]
  • The One-Earth Balance Sheet, by Andrew Sheng
    • [extrait : « Getting the whole spectrum of governments, academia and civil society to track “natural capital” would help create shared efforts toward solving shared problems like the climate crisis. »]
  • American oligarchs: Report details how the wealthiest US dynasties hoard their fortunes – and accelerate inequality, by Anisha Kohli
    • [extraits : « A new analysis by the Institute for Policy Studies points to the harms of rising consolidated wealth, and ways to make the rich shoulder their fair share of the tax burden. »]
    • [« An analysis of the 50 richest families in the U.S. highlights tactics used to guard growing “dynastic wealth” in the country, and points to ideas for curbing and effectively taxing consolidated wealth. »]
    • [« The Institute for Policy Studies tracked American families from Forbes’ list across nearly four decades and found that their assets grew by 1007% since 1983, outpacing the average American’s by a factor of 10. The list of American “dynasties” includes household names such as the S.C. Johnson, Rockefeller and Marriott families. »]
    • [« IPS, a think tank focused on foreign and domestic policy, human rights and economics, notes numerous negative consequences of dynastic wealth accumulation. Firstly, dynasties wield serious political and philanthropic power that can be used to pursue their own agendas. Additionally, the IPS report contends that these dynasties do more than hoard wealth across generations; they grow it. For example, ISP cites the cases of the Mars candy and Estée Lauder cosmetics dynasties, whose wealth multiplied by billions between 1983 and 2020. The staggering rate of wealth growth for the country’s top dynastic families only accelerated during the coronavirus pandemic, IPS found. »]
    • [« “In a U.S. context, we’re not a society that had hereditary monarchies. It’s a reflection of a broken system. If people are paying their fair share of taxes, if they’re having children and the money is dispersing over generations, if they’re giving some money to charity, then you don’t have wealth accelerate,” Chuck Collins, co-author of the report, and director of the Program on Inequality and the Common Good at IPS, told ICIJ. “It’s not just that these families remain wealthy, their wealth is accelerating over generations. That shows that they found a way to hide or sequester the money.” »]
    • [« IPS identified six “habits” of highly-entrenched dynasties. These include defeating attempts to raise taxes on the wealthy, not giving away too much to charity, forming a family office to sequester wealth, creating dynasty trusts and loopholes to avoid gift or estate taxation, and using wealth to promote self-serving public policy and weaponizing charitable giving for dynastic interests. »]
  • As global pressure over human rights abuses in Xinjiang picks up, China remains defiant – by Anisha Kohli & Sean McGoey
    • [extrait : « Week after week, lawmakers around the world have continued to put pressure on China over alleged human rights abuses against Uyghurs in an escalating diplomatic conflict, which one expert says has become something of a stalemate. »]
  • On the decline since Panama Papers, Malta punished for dirty money reputation – by Anisha Kohli
    • [extrait : « The tax haven is the first European Union member to be greylisted by the Financial Action Task Force, a move that ICIJ member Jacob Borg says has been a long time coming. »]
  • The fight against offshore crime will be a long campaign, by Will Fitzgibbon
    • [extrait : « On the fifth anniversary of the Panama Papers’ launch, experts say there’s been progress in the fight against dirty money — but much more is needed. »]
  • Why is the world so beautiful? An Indigenous botanist on the spirit of life in everything – by CBC (Written by Mary Hynes. Produced by Arman Aghbali and Rosie Fernandez.)
  • Rodriguez Zoya, L. & Roggero, P. (2011). Sur le lien entre pensée et système complexesHermès, La Revue, 60, 151-156.
  • Comprendre et gérer les systèmes complexes, par Remi Sussan
    • [extraits : « La biologie synthétique, souvent traitée dans nos colonnes, est apparemment une application des techniques de l’ingénierie classique au vivant. Comme avec les machines ou les logiciels, on sépare les fonctions, on standardise les éléments de base, et on assemble ces derniers comme on si on jouait au Lego. C’est ce qui permet d’envisager des langages de programmation pour le vivant, et même d’imaginer que les manipulateurs de gènes de demain pourraient construire leurs organismes artificiels tout en étant totalement ignorants en matière de biologie, tout comme on n’a pas besoin d’être expert en physique quantique pour savoir fabriquer une télévision. Du coup, c’est un domaine peu enclin à se réjouir des surprises propres aux systèmes complexes. Cette réticence à la complexité est d’ailleurs très bien exprimée par l’un des leaders du domaine, Drew Endy, lorsqu’il déclare : « Les ingénieurs abominent la complexité. Je déteste les propriétés émergentes. J’aime la simplicité. Je ne veux pas que l’avion que je vais prendre demain manifeste des propriétés émergentes pendant son vol. » Reste que le vivant propose la complexité à tous les étages, et donc les pratiquants de la biologie synthétique doivent s’y confronter constamment. Les chercheurs en robotique collective, eux, prennent la complexité à bras le corps. Car un essaim de robots répond exactement à ce qu’on attend d’un système complexe : un ensemble constitué de nombreux éléments, affectant un comportement qui ne peut être déduit simplement de l’analyse de ses parties (InternetActu a souvent présenté de tels « essaims de robots », par exemple ici). »]
    • [« Le but des deux auteurs est donc de dresser un panorama des systèmes complexes et des moyens d’interagir avec eux, notamment en repérant des patterns susceptibles de se produire de manière similaire dans des champs variés. Les choses sont parfois assez compliquées, car il est souvent difficile de reconnaître un même modèle, une même tendance dans deux domaines radicalement différents, par exemple, nous disent les auteurs, fabriquer un robot ou mettre au point une politique publique. Du coup on risque de manquer l’opportunité de partager des solutions. Mais l’effet inverse peut également se produire. Sous prétexte qu’on a affaire à un même domaine, avec des éléments similaires, on peut ne pas se rendre compte qu’on a affaire à de systèmes radicalement différents. « ]
    • [« Pour les biologistes interrogés, de nombreux facteurs contribuent à définir un « système complexe ». Parmi ceux-ci, il y a par exemple l’influence du contexte : un système devient difficilement prévisible s’il se situe dans un environnement fluctuant, comme celui d’un organisme. Il y a aussi l’émergence, c’est-à-dire l’apparition de propriétés inattendues causées par les interactions entre les éléments du système ; la non-linéarité, typique de la théorie du chaos, rend difficilement mesurable la relation entre les inputs et les outputs. Comme l’a noté un des participants : « Si vous êtes déterministe et linéaire, lorsque vous doublez les entrées de votre système, vous doublez les sorties ; lorsque vous triplez les entrées, vous triplez les sorties, voilà. Avec le non linéaire, ça ne se passe pas du tout comme ça ! » Il y a aussi le problème des hiérarchies enchevêtrées. Un même élément d’un système peut se trouver fonctionner dans différents sous-systèmes, ce qui rend l’indépendance et la standardisation des parties particulièrement difficiles. C’est un vrai problème pour la biologie synthétique, comme l’a souligné l’un des participants interviewés, qui voit dans cet entremêlement des hiérarchies un obstacle fondamental à la technologie des biobricks, l’un des fondements actuels de la synbio : la théorie selon laquelle il serait possible d’ »abstraire » des fonctions biologiques pour en faire des espèces de briques Lego susceptibles d’être intégrés dans des systèmes de plus en plus vastes, sans devoir se préoccuper de ce qui se passe au niveau le plus bas, celui de la molécule. Pour ce chercheur, « l’idée qu’on puisse former une telle hiérarchie d’abstractions est tout simplement fausse«. »]
    • [« Les roboticiens ont des systèmes complexes une vision souvent similaire à celle de leurs collègues biologistes, mais pas toujours ; par exemple, la notion de hiérarchie enchevêtrée n’est pas un problème majeur pour eux. Ils repèrent en revanche d’autres aspects, par exemple l’hétérogénéité cachée : autrement dit, dans un collectif où toutes les machines sont apparemment construites sur le même modèle, il peut y avoir de petites différences qui affecteront l’ensemble du groupe : « les roues peuvent ne pas être alignées de manière identique, les engrenages peuvent être un peu différents… » La sophistication de composants est une autre question posée par les ingénieurs en robotique. Que se passe-t-il si on ajoute de nouvelles fonctionnalités aux robots ? Il est alors probable que l’essaim se comportera de manière différente et inattendue. Enfin, la grande question propre aux collectifs de robots, celle du contrôle distribué (tout comme dans une fourmilière, il n’y a aucun « chef » dans un collectif de robot), est quasiment inexistante en biologie synthétique… Mais la complexité n’est pas qu’un obstacle, on peut aussi l’exploiter. Tout d’abord, les systèmes complexes peuvent être plus robustes et plus performants. Un système complexe peut également donner naissance à une palette de comportements plus riches. »]
    • [« En majorité, les biologistes synthétiques cherchent à minimiser les effets de la complexité, soit en les évitant purement et simplement (par exemple en utilisant des ribozymes comme « isolateurs », permettant ainsi de compartimenter plus aisément le système), ou alors en les compensant. Cela consiste surtout à ajouter des fonctions dont le but spécifique sera de limiter l’effet de certaines interactions. Si les biologistes sont comme leurs collègues roboticiens intéressés par les possibilités offertes par la complexité en matière de robustesse et de performances, seuls les seconds s’intéressent ouvertement à la possibilité de générer une plus grande richesse de comportements. Les biologistes sont plus sensibles au contexte extérieur, car leurs productions doivent naviguer dans un milieu très dynamique. Une préoccupation qui ne touche guère les chercheurs en robotique. Je suppose que lorsqu’ils devront réaliser des armées de drones circulant dans les rues, ils accorderont à leur tour une plus grande importance à l’environnement extérieur. Autant de questions très techniques qui ne concernent que des recherches de pointe ? Pas vraiment. Car le but d’une telle entreprise, comprendre la nature de la complexité indépendamment du champ dans laquelle elle est étudiée, pourrait se révéler capitale dans notre compréhension de la société et améliorer nos moyens d’action sur celle-ci. Car, faut-il le préciser, la politique, l’économie, l’écologie, la sociologie et même la psychologie traitent en premier lieu de ces systèmes complexes ! »]
  • Les règles du monde quantique, par Michael Nielsen
    • [extraits : « Le mariage de la théorie de l’information et des concepts quantiques révèle les lois qui régissent la complexité du monde quantique. »]
    • [« Aujourd’hui, les physiciens ont découvert que des règles simples peuvent engendrer des comportements complexes. Le jeu d’échecs est, à cet égard, un bon exemple. Imaginons une personne qui ne connaîtrait que les règles de déplacement des pièces. Pour autant, elle ne saura pas bien jouer, sacrifiant sa reine pour un pion ou perdant une tour sans raison : un débutant ignore les principes du jeu. Ces principes sont les propriétés émergentes des échecs, qui ne peuvent être déduites directement des règles de déplacement des pièces. Les spécialistes de la mécanique quantique sont dans la même situation que ce joueur d’échecs débutant : ils connaissent les règles depuis plus de 70 ans et peuvent exécuter quelques coups, mais commencent seulement à découvrir les principes qui permettent de jouer intelligemment une partie entière. La découverte de ces principes est l’objectif que s’est fixée la théorie quantique de l’information, une discipline fondamentale qui offre une nouvelle façon de comprendre le monde physique. Nombre d’articles sur la théorie quantique de l’information concernent des applications, par exemple la téléportation d’états quantiques ou la création de clés cryptographiques offrant une protection absolue. »]
    • [« Ces applications ne sont que la partie émergée de recherches menées sur des problèmes fondamentalement nouveaux. D’une certaine façon, leur rôle est comparable à celui joué par la machine à vapeur dans le développement de la thermodynamique aux XVIIIe et XIXe siècles. L’objectif de la thermodynamique était de comprendre les liens entre l’énergie, la chaleur et la température, ainsi que le rôle clé joué par l’entropie. De même, la théorie quantique de l’information vise à comprendre le lien entre unités classique et quantique d’information, les nouvelles méthodes permettant de traiter l’information quantique, et une propriété purement quantique de la matière qui lie physiquement des objets différents, quelle que soit leur distance : l’intrication. La théorie quantique de l’information a révélé que telle l’énergie, l’intrication était une ressource physique quantifiable : elle est élevée dans certains systèmes, faible dans d’autres ; plus l’intrication est élevée, plus le système est adapté au traitement de l’information quantique. Aujourd’hui, les physiciens ont commencé à établir les lois fondamentales auxquelles elle obéit. La théorie quantique de l’information est si nouvelle que sa véritable nature n’est pas encore avérée, mais nous allons tenter de montrer pourquoi le premier objectif de cette théorie semble être de développer des principes généraux, tels que les lois de l’intrication, afin que nous comprenions mieux la complexité des systèmes quantiques. »]
  • Et si la réalité objective n’existait pas ?, par Nathalie Mayer
    • [extraits : « Pour la plupart d’entre nous, un fait est un fait. Il peut être prouvé et correspond à une réalité objective unique. Mais le monde de la physique quantique s’apprête une fois de plus à ébranler nos certitudes. Ses lois particulières autoriseraient la coexistence de plusieurs réalités différentes. « Vous avez droit à votre opinion, mais pas à vos propres faits. » C’est ce qu’avait déclaré à l’occasion d’une conférence de presse en fin d’année dernière, Paul Romer, prix Nobel d’économie 2018 pour ses travaux sur les vertus et les nuisances de l’activité économique sur le climat. Mais aujourd’hui, des chercheurs de l’université d’Édimbourg (Écosse) viennent remettre en cause cette affirmation. Selon eux, il existerait plus d’un seul monde objectif. D’un point de vue quantique, tout du moins. Rappelons au préalable que la méthode scientifique repose par principe sur des observations et sur des mesures reproductibles. Un fait scientifique ne peut ainsi être qu’objectif et accepté par tous les observateurs. Car, dans notre monde, lorsqu’il arrive quelque chose, il arrive indéniablement quelque chose ! Rappelons qu’en revanche, dans le monde quantique, les observateurs jouissent d’un grand pouvoir. Il est en effet admis que le simple fait d’observer un système quantique provoque une sorte d’effondrement vers un état spécifique. Ainsi, une particule qui, selon la théorie, peut se trouver dans plusieurs états à la fois — les chercheurs parlent de superposition — choisit instantanément son camp dès qu’elle est observée. »]
    • [« En 1961, le physicien Eugène Wigner imagina une expérience de pensée intéressante. Il se demanda ce qu’il adviendrait si un observateur était lui-même observé. Dans une pièce fermée, un ami de Wigner effectue une mesure quantique. À l’extérieur de cette pièce, Wigner n’a pas accès au résultat de la mesure. Il en est réduit à décrire son ami et le système mesuré comme une superposition de tous les états possibles. Car les deux sont enchevêtrés. D’où le paradoxe. La réalité perçue par Wigner et son ami est différente. Pour en donner un exemple « concret », l’ami de Wigner saura si le chat de Schrödinger est mort ou vivant alors que pour Wigner, il restera à la fois mort et vivant. Cette expérience de l’existence, dans l’univers quantique, de deux réalités objectives, a aujourd’hui pu être testée par les physiciens de l’université d’Édimbourg grâce à un ordinateur quantique constitué de trois paires de photons intriqués. Sur le principe proposé par Caslav Brukner, chercheur à l’université de Vienne (Autriche), de considérer deux couples « Wigner et son ami », les amis en question étant placés dans deux pièces différentes. La première paire de photons tient ainsi la place du système quantique mesuré. La deuxième paire figure les amis de Wigner et la troisième paire, enfin, les deux versions de Wigner lui-même. Il aura fallu aux physiciens des semaines entières pour collecter suffisamment de données et arriver à la conclusion suivante : l’état du système mesuré par plusieurs observateurs peut être différent et ainsi, la mécanique quantique peut être incompatible avec la notion de faits objectifs. Mais ils soulignent toutefois que cette conclusion repose sur quelques hypothèses qui restent possiblement à valider. Comme le fait qu’un photon puisse être considéré comme un observateur. »]
  • Physique quantique : cette expérience remet-elle en question notre réalité ? – par Futura Sciences
    • [extraits : « Une nouvelle expérience de physique quantique jette un nouveau pavé dans la mare de la réalité objective. Afin de ne pas laisser en reste ceux de nos lecteurs qui ne seraient pas familiers avec la physique quantique, nous reprenons tout de zéro, avec des termes simples. »]
    • [« Dans son livre The Character of Physical Law, le physicien Richard Feynman écrit : « Je pense pouvoir affirmer sans risque que personne ne comprend la mécanique quantique. » Si les ressorts de cette discipline encore jeune (à peine un siècle) questionnent profondément les rares esprits qui s’adonnent à son étude, l’on sait néanmoins que la physique quantique décrit avec une précision confondante les comportements les plus contre-intuitifs des atomes et des particules, posant souvent plus de questions qu’elle n’en résout. Bien qu’il ne fasse plus aucun doute que, pour le physicien classique, la mécanique quantique avance parfois à rebours du sens commun, la manière dont elle le fait demeure encore incertaine. Néanmoins, une récente étude parvient aujourd’hui à apporter de nouveaux éléments de réponse que nous allons ici tenter d’expliquer dans les termes les plus simples et les plus clairs possibles. »]
    • [« « Être et ne pas être », disait le chat de Schrödinger : Pour les chercheurs travaillant en dehors du champ de la physique quantique, le monde possède deux qualités importantes. Il est à la fois : réaliste, c’est-à-dire que la réalité est objective et ne dépend pas d’une mesure ou d’un observateur ; déterministec’est-à-dire que la réalité n’est pas aléatoire mais le fruit d’un ensemble de variables produisant des résultats systématiqueset prédictibles(pourvu que l’on dispose de toutes les informations nécessaires à sa compréhension). »]
    • [« Or, la physique quantique nous apprend qu’il en va bien autrement en deçà d’une certaine échelle, dans le monde exotique des atomes et des particules, voire des molécules. Imaginons qu’une particule, un peu comme un interrupteur, admette deux états possibles, que nous baptiserons 1 et 0 pour un maximum de simplicité. Si l’on en croit l’interprétation de Copenhague, tandis qu’un interrupteur ne peut être que dans un seul état à la fois (allumé ou éteint), la particule, elle, se trouve dans ce que l’on appelle une superposition d’états, c’est-à-dire à la fois 1 et 0. Cette superposition ne disparaît que lorsqu’un observateur décide de mesurer son état, causant ainsi un effondrement de la fonction d’onde. Cette première idée contredit la possibilité d’une réalité unique et objective pour notre particule, mais les choses ne s’arrêtent pas là. En effet, toujours d’après la théorie quantique, la particule ne suit pas une logique déterministe mais probabiliste. On ne peut donc pas prédire l’état dans lequel elle sera, mais seulement calculer la probabilité d’obtenir un état ou un autre. Dans notre cas, et toujours par souci de simplicité, nous dirons que notre particule a une chance sur deux d’être dans l’état 1 ou 0. »]
    • [« L’effondrement est dans les yeux de celui qui regarde : Les scientifiques ignorent encore à ce jour par quel mécanisme la particule passe d’une superposition d’états à un état fixe. Certains ont suggéré que la fonction d’onde s’effondre au moment où la mesure est faite, d’autres encore que l’intervention d’un observateur conscient est nécessaire — cette dernière notion a amené certains à tordre la physique quantique pour lui faire dire que nous pouvions modifier la fabrique de la réalité par la simple force de notre esprit, ce qui, pour autant que nous sachions, est complètement erroné. Aujourd’hui, les chercheurs travaillant avec des systèmes quantiques complexes savent qu’un simple coup de vent peut causer l’effondrement du fragile château de carte qu’est la superposition quantique, susceptible à l’interaction avec les particules présentes dans l’air. La question de ce qui fait la valeur d’une mesure ou d’un observateur demeure donc encore en suspens. »]
    • [« Trois postulats, avec un twist : Afin de confronter leurs résultats expérimentaux avec les prédictions de la physique classique, les chercheurs établissent leurs calculs théoriques sur trois postulats de base, formant ensemble un principe baptisé « amicabilité locale » par Cavalcanti : absoluité des événements observés (AOE) : une fois la première observation faite, l’effondrement de la fonction d’onde est absolu est définitif, il n’y a pas de versions alternatives ou de modifications possibles ; principe de localité : (rappel) les particules ne peuvent pas s’influencer mutuellement plus vite que la lumière ; absence de superdéterminisme (NSD) : le libre arbitre et l’aléa sont préservés ; le résultat des lancers de dés, par exemple, ne saurait être influencé par un autre événement dans ou en dehors de l’expérience : il est entièrement aléatoire. Une fois le seuil de corrélation théorique calculé, l’équipe a mené pas moins de 90.000 tests. Comme elle s’y attendait, les corrélations obtenues expérimentalement violent systématiquement les postulats de Bell. Mais, plus intéressant encore, les résultats ne violent le principe d’amicabilité locale (remettant en cause au moins l’un des trois postulats de départ ci-dessus) que lorsque l’intrication est suffisamment forte : en perturbant partiellement l’harmonie des paires de photons, les chercheurs ont constaté qu’au-delà d’un certain seuil, les résultats empiriques rejoignent les prédictions. Cette distinction permet de démontrer que les postulats de Bell et ceux de l’amicabilité ne sont pas équivalents. Afin d’obtenir des résultats théoriques en accord avec les mesures effectuées dans la réalité, il nous faudra donc abandonner au moins l’un des trois postulats posés par le principe d’amicabilité locale. Et les implications d’une telle découverte sont profondes. »]
    • [« Faudra-t-il mettre à jour notre réalité ? Comme nous le disions au début de notre article, la mécanique quantique avance parfois à rebours des postulats édictés par le sens commun ; « l’avancée dans ce cas est que nous discernons un peu mieux quels postulats nous devons abandonner », commente Ken Wharton, un physicien de l’université de San José, qui n’a pas pris part à l’étude. En attendant que de nouveaux résultats expérimentaux nous fournissent de plus amples éléments de réponse, les théories continueront de foisonner, certains scientifiques affirmant que les événements futurs peuvent affecter des observations passées (rétrocausalité), que chaque observation provoque la naissance d’univers parallèle (hypothèse des multivers), ou encore qu’il n’existe pas de réalité objective. Prochaine étape pour les chercheurs : reproduire l’expérience à des échelles de grandeur supérieure afin de voir jusqu’où la théorie quantique tient bon, et si ses conclusions s’appliquent à notre niveau de perception. »]
  • Notre cerveau est-il un ordinateur quantique ?, par Laurent Sacco
« Le chat de Schrödinger est une expérience de pensée, devenue populaire, imaginée en 1935 par le physicien Erwin Schrödinger, afin de mettre en avant le côté paradoxal d’objets dont on ne peut pas connaître l’état à tout moment. Il a imaginé un chat « quantique », enfermé dans une boîte sans fenêtre en présence d’un poison déclenché par un processus quantique. Tant que la boîte n’est pas ouverte, on ne sait pas si le processus quantique a déclenché le mécanisme, le chat est à la fois mort et vivant avec des probabilités dépendant du processus. Bien sûr, quand on ouvre la boîte le chat est soit mort, soit vivant. Découvrez en animation-vidéo cette expérience de pensée. »
by dave
by dave
by dave
« Il était une fois des filles qui n’avaient pas froid aux yeux« 
by dave
by dave


by dave

.. :

by dave
by dave
by dave
by dave

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.