5h05mn

Aujourd’hui, ou hier, je ne sais plus. J’ai le souvenir inexact, ma mémoire est une série événements classés selon le degré de jouissance qui lui-même dépend de la complexité de l’équation et dont l’angle à partir duquel se fait l’opération varie d’après une multitude de valeurs mêlant, mélangeant pulsions et impulsions, sens analytique et sens érectile, transgressions et perversions, folies et furies, etc. La liste est moins exhaustive qu’elle demeure exténuante. Si vous n’y comprenez que dalle, je vous souhaite la bienvenue dans ma tête. Mon foutoir. 

À cet effet, dans ma tête, la linéarité temporelle est une courbe sinusoïdale, et mon souvenir prend quelques fois des allures de mouvement perpétuel. Rien ne vient s’y greffer, rien ne le nourrit, il existe indépendamment et indifféremment du système, tout en étant un produit du système. Vous me direz : cela est une chimère ! Oui, effectivement, comme tout bon souvenir qui se respecte. En outre, vous n’êtes pas dans ma tête, je suis dans la vôtre, me sentez-vous ?

Aujourd’hui, ou hier, hier ou avant-hier, la courbe ressemble de plus en plus à une distorsion spatiale, le continuum espace-temps a pété les plombs. Mais il n’en reste pas moins que je sais que j’ai vu Einstein fumer de la marijuana tandis que Marylin Monroe se faisait lécher le clitoris par JFK, pas loin Leonard de Vinci embrassait le délicat postérieur de Raphaël qui enfilait Mozart les mains agrippées à un Steinway, Ginsberg tailleur de bois hors-pair faisait une pipe à Bukowski, celui-ci la partageait avec Kerouac dont la fixation sur les seins de Simone de Beauvoir tombant comme une blague plate excitait Pavlov et  son chien, quant à Sartre caressant Marx et masturbant Lénine la Comtesse de Ségur ainsi que Virginia Woolf en plein accouplement féministe tentaient vainement d’avoir rien que pour elles son regard strabique. Sartre étant incapable d’être un voyeur, elles lâchaient l’affaire, préférant prendre la pose parfaite afin que Francis Bacon croquant chaque détail de cette Cène censurée par les Évangiles ne puisse en manquer aucun bout. Cela se passait au bar Phillies, les rideaux n’étaient pas tirés, les lumières pas éteintes, et tout le monde traînant dans les rues à cette heure tardive pouvait se joindre à l’orgie. Mon ami Edward Hopper lui a préféré en faire un tableau, Nighthawks. La première version invendable de ce qui est désormais un chef-d’œuvre. L’édulcoré passe mieux en plein jour, certaines obscénités ne survivent pas à la nuit. Hier, aujourd’hui, avant-hier, il faisait nuit comme je suis noir, dans les rues de la ville désertée et froide, les foires libertines pullulaient.

Il y avait également des crises sex-humanitaires partout. Leur urgence n’a point échappé à la vigilance permanente de ma sensibilité humaniste. J’ai mis mon casque bleu siglé d’un United Nations aussi immaculé que le monochrome Kleinien, et sans attendre une résolution de mon conseil de sécurité intérieur où siègent malgré moi des intérêts contraires, mon surmoi mon ça et mon supramoi, puissances épicuriennes et fouettardes s’étripant dans un joyeux bordel, j’ai décidé de faire quelque chose. Une intervention digne de la guerre du Golfe et de tous les bombardements qui sont faits au nom de la paix, de la liberté, de l’émancipation. J’ai été à la recousse de ces corps qui meurent de n’avoir personne avec qui jouir, j’ai hissé la bannière bleue et dessiné une colombe d’un virginal lilial, j’ai omis le laurier pour que cela mime la modernité de Twitter, la concision et sa connerie. J’ai enfilé ma capote rouge comme la cape de Superman, et j’ai foncé dans les brasiers de toutes ces chaleurs charnelles incandescentes. Hier, aujourd’hui, avant-hier, je me suis découvert l’étoffe d’un héros.

Je n’ai pas pu jouir du moment. Jouir chez moi est aussi rarissime que de voir un string chez une nonne ou une musulmane voilée jusqu’aux chevilles. Il faut un miracle. Et les miracles ne courent ni les rues ni les couvents. Par contre, toutes les crises ont pris leur pied, et la ville entière sentait le baisodrome. Le parfum de la paix. L’an prochain, je serai Prix Nobel. Vous et moi on fêtera ça dans une saturnale effrénée. Promis, craché, souvenu.

Publicités