Tu es des nôtres

À Frantz Fanon.

Évaluez ceci :

Publicités

Tu es dans un grand lit, lourd comme une enclume, on fracasse la porte, des individus entrent. Tu les vois bien, très bien. Ils parlent, tu les entends bien, très bien et puis ils se mettent à te frapper à te violer et il se sentent bien, très bien. Ils s’en vont et tu n’as rien compris et tu es lourd de coups.

Après ils reviennent, tu restes couché tu ne peux parler et tu ne comprends pas. Alors on te dit que tu es toi aussi des leurs et ils te laissent seul avec une médaille de merde et tu es lourd de coups.