Simplement (Sublimement & Absolument) Fences-tatique

« Like being hit by lightning – that’s how I felt on Broadway watching Fences, the Pulitzer-prize-winning play by August Wilson. Now lightning strikes twice, this time in the film version that director-star Denzel Washington brings to the screen with flame-throwing ferocity and feeling.

The film adaptation looks like a play, not a movie; the temptation to open it up and crowd it with camera tricks never occurs to Washington.

Some may grumble about that – I say amen. Washington carves Fences out of his own heart and soul, in tribute to Wilson – who died in 2005 at 60 and receives sole screenplay credit – and in honor of a great, searing drama that stubbornly resists being sliced into small pieces and served to short attention spans. In bringing Wilson to the screen for the first time, the star does the playwright proud.

The movie of Fences doesn’t need Hollywood bells and whistles. This writer, this director and these actors are all the magnificence required to grab your attention and hold it. The time is 1957.

The place is Pittsburgh, where Wilson set nine of the 10 plays in his “Century” cycle, each play occurring in a different decade and each meant to illuminate, in the writer’s words, “the poetry in the everyday language of black America.” »

‘Fences’ Review: Denzel Washington Brings American Classic to the Big Screen

« Washington plays Troy Maxson, a garbage collector with the chip of broken dreams on his shoulder. Having done jail time for murder (in self defense), he used his talent for baseball to make it into the Negro League. Later, Jackie Robinson would break the color barrier into the majors that our hero could not, and a bitterness lingers that results in Troy standing in the way of Cory (Jovan Adepo), his teen son who yearns to play college football. Lyons (Russell Hornsby), Troy’s older boy from a different mother, can’t even hit up his dad for 10 bucks without an explosion. The only one who can temper the man’s rage is Rose (Viola Davis), his wife of 18 years who steps cautiously around Troy’s triggers – including the fact that the modest brick house they live in was bought with disability money given to his younger brother, Gabriel (the excellent Mykelti Williamson), a veteran who returned from WWII psychologically damaged.

Troy finds relief from guilt and resentment by hanging out after Friday paydays with his friend and coworker, Bono (Stephen McKinley Henderson, absolutely superb), both swilling gin and shooting the shit in the Maxson yard as Rose looks on with annoyance and affection. Troy gains power from the sound of his own voice and his mythic storytelling, at one point confronting the Grim Reaper, bat in hand: “Death ain’t nothin’ but a fastball on the outside corner.” But Rose is crushed by her husband’s affair with a local woman he impregnates. Their personal issues intersect with the social strictures, racial and economic, that the backyard fence that she wants Troy to build can’t keep out.

The power onscreen is undeniable, and the movie builds on the performances of Washington and Davis, who both won Tony awards for the roles in 2010 and who should soon have Oscar voters in equal awe. Davis plays Rose like a gathering storm; her final speech about who Rose is and what she stands for is a stunning feat. And Washington is monumental as a man trying to stand tall as the world and his own ego conspire to crush him. It’s impossible to remain unmoved when Troy tells Rose, “We go upstairs in that room at night, and I fall down on you and try to blast a hole into forever.” That last image of Troy, his bat ready to swings at his demons, is indelible. It’s just one of the instances when the poetic force of Wilson’s language and the dazzling acting duet of Washington and Davis create a movie experience you won’t forget. »

‘Fences’ Review: Denzel Washington Brings American Classic to the Big Screen

« Elles sont nombreuses, les “clôtures” du titre de la pièce d’August Wilson, publiée en 1983 et récompensée d’un prix Pulitzer du Drame en 1987. Symboliques évidemment, elles séparent ou piègent les individus, repoussent les réalités, enferment les souvenirs. La plus importante est peut-être celle bâtie jour après jour par Troy, pour asseoir une autorité dérisoire sur ce qu’il croit être son royaume. Également réalisateur, Denzel Washington reprend devant la caméra le rôle de ce père faussement débonnaire et profondément amer qu’il a tenu au théâtre, avec autour de lui l’exacte même distribution couronnée de succès à Broadway en 2010.

Le rôle de Troy – qui lui a offert un Tony (un “Molière” américain) sur les planches, et à l’écran une septième nomination aux Oscar – permet à l’acteur l’occasion de jouer de toute sa palette. Hâbleur et drôle, il devient cruel de cette même voix impérieuse, de cette même gouaille de col bleu. Il peine tour à tour par ses blessures, par son aveuglement et sa bêtise égoïste. Il dit tutoyer la mort, lui qui rumine ses échecs sans voir ses erreurs, lui qui n’a pas un mot aimant pour son fils. Bientôt, les Noirs se battront pour leurs droits, mais lui ne semble pas prêt à y croire. S’il demande le même travail qu’un Blanc, c’est pour lui et lui seul.

Fabuleuse Viola Davis

Denzel Washington cabotine parfois, sans que l’on sache si cela tient du personnage dont c’est la nature, ou de son interprétation. Peut-être cela aurait-il été plus clair si l’acteur n’avait pas été son propre metteur en scène. Car face à lui, son actrice principale délivre une performance plus maîtrisée encore, peut-être mieux dirigée. Viola Davis est tout simplement fabuleuse en Rose Maxson. Le rôle de cette épouse profondément douce, bienveillante, loyale et complice n’offrant pas les attitudes extrêmes de sa contrepartie masculine, l’actrice s’attache avec précision et finesse à trouver chaque nuance du personnage.

[…]

Au dessus de tout, un texte à la poésie populaire lumineuse

En revanche, si “Fences” a également été nominé à l’Oscar du meilleur film, il ne l’a pas été dans la catégorie de la mise en scène. On l’aura compris, “Fences” tient presque du théâtre filmé. Si ce n’est un passage à l’arrière du camion poubelle au tout début, et quelques plans ça et là, les acteurs ne quittent quasiment jamais le lieu du drame qu’est cette maison à la clôture inachevée, et symbole de l’infortune familiale. La caméra, tenue à bonne distance, rarement mobile, ne cherche pas à donner vie aux personnages.

Par cette anti-mise en scène, on devine chez Denzel Washington la volonté de préserver la pièce, de mettre au dessus de tout ce texte à la poésie populaire lumineuse, de ne jamais le charger ou le dépouiller par ce qui est pourtant le travail de l’adaptation. Est-ce pour autant désagréable à regarder ? Non. Le regard peut se désintéresser facilement de la question cinématographique si on lui offre, comme dans “Fences”, des personnages complexes, écrits avec grâce et servi par une interprétation prestigieuse. »

Fences – la critique.

« Viola Davis brings her formidable charisma and presence to the role of his wife, Rose, to whom Troy keeps making extravagant and gallant gestures of affection. Russell Hornsby is Troy’s older son, Lyons, a wastrel who comes around on Troy’s payday looking for a loan, but evidently a talented jazz musician. Jovan Adepo is the smart, sensitive younger son, Cory, infuriating his dad with plans for a college football scholarship. Study and practice rule out doing chores or getting an after-school job. Stephen Henderson plays Troy’s drinking buddy Bono, who is audience and enabler for Troy’s big-headed, big-talking flights of fancy.

But Washington shows how Troy is contorted with guilt and shame. His house has been bought with disability money awarded by the army to his learning-impaired brother Gabe (Mykelti Williamson). Brain trauma in the second world war reduced Gabe to a second childhood, and his character periodically shows up to inject the action with instant pathos, sometimes interrupting anguished moments of dialogue, poignantly unaware of what’s happening. Troy himself is scared of dying, scared about his illicit relationship with another woman, scared his sons will turn on him the way he once turned on his own dad. He nags at Cory to help him mend a fence, and broods that some fences keep people in and others out. As a baseball king, he once swung for the fences, those limits of glory that now seem very far off.

There isn’t a single weak link in the cast, and Fences is dense with intelligence and compassion. And yet, at the risk of being facetious or sacrilegious, I can’t help wondering how it would look if they decided to make an actual movie based on August Wilson’s stage play … instead of this impeccably respectful filmed record. How about if the drama ranged further afield, with new scenes at Troy’s workplace, Cory’s school, Lyons’s club, or within Rose’s own life – and scenes showing Troy’s other woman, who is an ostentatious stagey absence? Because it’s possible to admire the technique and the stagecraft and the poetry of the speeches while also feeling them to be perhaps too weighty.

Some of the omissions and the staginess are very well managed and effective. The offstage events between Troy’s final scene and the confrontation between Rose and Cory create their own aching loss. There is similar power in the timeshift between Lyons’s promise as a young jazz musician, yearning for his dad to come to see him play, and later disappointments that appear to be his genetic destiny.

There is a particular refinement of pleasure in watching actors as great as Davis and Washington working together: they duet with hyper-articulate eloquence, and it’s almost like a non-musical opera or secular revivalist meeting. Denzel Washington is a class act, and he has given us a classy piece of work. »

Fences review – Denzel Washington steps up to the plate.

« Pour son troisième long métrage à titre de réalisateur, Denzel Washington (Antwone Fisher, The Great Debaters) porte à l’écran l’une des pièces les plus célébrées du répertoire américain.

Écrite en 1983 par le dramaturge August Wilson, Fences a été montée à Broadway en 1987 (avec James Earl Jones et Mary Alice), puis reprise en 2010, avec comme têtes d’affiche les deux vedettes qui, aujourd’hui, reprennent leur rôle au grand écran. C’est dire que Viola Davis et Denzel Washington, dont les performances ont valu à chacun un Tony Award, maîtrisent leur partition jusqu’au bout de leurs ongles.

Campé à Pittsburgh à la fin des années 50, le récit s’attarde à décrire la vie familiale d’un homme qui, au mitan de sa vie, projette sur ses proches ses propres frustrations. À 53 ans, Troy (Denzel Washington), ancien joueur de baseball qui n’a jamais pu monter dans les ligues majeures (constituées alors uniquement de joueurs blancs), exerce son autorité au seul endroit où il peut le faire: dans sa modeste maison.

La première victime de cet excès autocratique est son plus jeune fils de 17 ans (Jovan Adepo). Dont les qualités athlétiques et les ambitions professionnelles sont tuées dans l’oeuf par un père qui estime qu’aucune possibilité de cette nature ne peut s’offrir à un Afro-Américain. L’autre victime directe est Rose (Viola Davis), sa femme aimante (et aimée en retour), qui devra toutefois mettre ses propres aspirations en retrait pour mieux s’adapter au comportement erratique de l’homme qu’elle aime. Jusqu’au jour où ce fragile équilibre ne peut plus tenir.

Du théâtre à l’écran

Le réalisateur ne cache rien des origines théâtrales du film. Le récit se déploie ainsi à grands coups de longues scènes dialoguées, parsemées des coups de théâtre attendus. Le texte est puissant, certes, mais il est évident que Denzel Washington n’a rien voulu transgresser dans sa réalisation, se contentant d’une mise en images appliquée de la pièce. Sa mise en scène consiste à mettre essentiellement en valeur les performances des acteurs. Qui constituent d’ailleurs l’élément le plus fort de ce film.

Viola Davis, l’une des meilleures actrices du moment, parvient à donner de la finesse à un rôle visiblement écrit pour permettre de grands éclats sur scène. On peut en dire autant de Denzel Washington, immensément convaincant dans le rôle du patriarche frustré, qui a du mal à comprendre les besoins affectifs de ses proches.

Grâce à ces deux grandes performances, Fences vaut le détour, même au cinéma. »

Fences: de grandes performances!

« Elle était combative, une éternelle insatisfaite, un caractère si fort que je me souviens que pendant longtemps nous l’appelions « la Dame de fer ». Petit, j’ai quelques fois trouvé cet aspect de sa personnalité intense – c’est-à-dire d’une froideur inhumaine et d’un implacable impossible. En grandissant, faisant face aux épreuves de la vie d’homme, j’ai compris qu’elle m’avait rendu service. La vie n’est pas toujours un loisir, un plaisir, encore moins une facilité, il faut se battre quelques fois à la dure pour obtenir le succès et gagner le respect des autres. « La Dame de fer » a fait de moi l’homme que je suis. Je lui dois tout. »

Marie, éloge funèbre à grand-mère

« De dire à quel point sa vie fût difficile. Dire sa personnalité imposante et caractérielle. Son intraitable sévérité. Son infinie insatisfaction de tout et de sa répulsion immodérée à l’égard de la médiocrité. Elle méprisait les faibles et l’ignorance. Les immobiles et les flemmards. Les soumis, surtout. »

Grand-mère est morte

« Esther est née pour se sacrifier, partie à un si jeune âge elle a vécu une existence de mille ans de sacrifices et d’abnégations. Elle s’est sacrifiée pour nous tous afin que nous puissions avoir une chance d’être tout ce que nous voulions, elle s’est sacrifiée pour chacun de nous afin que nous puissions garder la tête haute et être si fiers de ce que nous sommes – quelque chose de plus que le rien du tout : quelque chose d’unique, d’inestimable. Notre mère, notre sœur, notre grand-mère, notre tante, notre cousine, nous a fait don de sa vie sans jamais ressentir autre chose que de l’amour et de la responsabilité pour chacun de nous tous.

Aujourd’hui, Esther, jadis reine au royaume des Hommes et maintenant reine au royaume des anges, auprès de Marie cette autre reine, continue à nous faire prendre conscience à quel point le sacrifice de soi est une vertu royale, une vertu propre à ce qui est très grand et d’une magnificence qui élève. En vérité, Esther, née pour se sacrifier, est venue au monde pour préserver en chacun de nous la foi en l’espoir, l’espoir de quelque chose triomphant du rien, l’espoir de quelque chose d’unique, d’inestimable : le cœur, la responsabilité, la solidarité, la dignité, l’humanité, la justice, le possible. Chère famille, chers amis, nous sommes désormais la foi d’Esther en l’espoir, nous sommes plus que jamais des Esther. »

Esther, éloge funèbre à Mère

« Ma grand-mère était une femme forte, elle ne se laissait marcher dessus par personne, elle le tenait de son père résistant assassiné, de ses ancêtres du clan des « Têtes brûlées ».

[…]

Ma mère ne l’a pas eu facile dans la vie. Mère monoparentale dans une société et une époque qui ne pardonnaient pas qu’une femme célibataire seule éleva des bambins. Elle traînait la réputation de pute et de salope, c’était comme ça à l’époque, le sort réservé à ce type de femmes.

D’où le fait que j’étais traité de « fils de pute » au collège jésuite – d’autant plus que les autres ne digéraient pas que cette mère pute et salope soit la seule femme à siéger au conseil d’école.

Quand les autres n’ont pas d’arguments autres pour vous affronter, quand ils ne savent plus quoi faire pour vous terrasser, ils ne restent que ça : l’insulte, le caniveau, l’humiliation.

J’ai été souvent très humilié parce que les autres n’avaient rien d’autre à part ça à sortir, pour m’écraser. Je suis donc un peu beaucoup immunisé contre l’humiliation et j’ai appris en m’inspirant de ma mère à être impitoyable dans ce genre de situation. J’émascule, je détruis, et je m’en fous complètement.

[…]

C’est aussi pourquoi je suis si attiré par les femmes fortes. Celles qui ne sont pas un paillasson pour hommes et pour tout autre. Elles sont fortes tout en ayant du savoir-vivre, elles n’ont pas besoin de vociférer comme beaucoup de féministes de nos jours qui aboient pour montrer les couilles qu’elles ont et qui n’impressionnent pas grand monde.

Être une femme forte ne signifie pas gueuler à tout va, ne signifie pas dire « non » à tout et n’importe quoi, ne signifie pas être atteint d’un trouble de l’opposition. Être une femme forte c’est autre chose : savoir encaisser et rendre les coups. Beaucoup de femmes de nos jours ne le comprennent pas, et confondent tout.

Je suis effectivement attiré par des femmes fortes. Des femmes qui ne se laissent pas marcher dessus, qui ne ploient pas les genoux et qui rendent les coups reçus. Des femmes qui n’ont pas besoin d’être validées par d’autres comme quelque chose, qui osent et assument d’être ce qu’elles sont. Elles ont du caractère, elles sont à mes yeux ma grand-mère et ma mère. »

Femme(s) forte(s)

« Les apparences produisent des perceptions. En soi, les perceptions sont des représentations qui sont construites pour donner sens et faire sens, les perceptions sont ainsi quelques fois l’une des premières portes d’accès au sens de l’autre, une porte qui en ouvre d’autres.

Personne ne peut contrôler les perceptions qu’ont les autres d’elle, car ces perceptions sont le résultat d’une interprétation de sa personne dans un cadre symbolique qui n’est pas le sien – qui est celui des autres.

Et ces perceptions mobilisent toute une analyse de sens et de significations qui peuvent partir du détail insignifiant à une attitude beaucoup plus significative (ou un fait beaucoup plus significatif). En ce sens, ces perceptions ne sont pas le produit de rien – ex nihilo – elles sont ancrées dans un réel. Ce réel est celui de l’apparence ou des apparences de la personne, ces perceptions disent aussi ou trahissent aussi le réel de l’œil qui regarde ou tente de voir.

Les perceptions mettent de la sorte à nu l’œil qui regarde ou qui tente de voir. Il y a une nudité de sens de soi de l’œil observateur dans la perception de l’autre. Les perceptions qu’il a de l’autre le dévoilent lui aussi, parce qu’elles publicisent son cadre symbolique, les sens et les significations dans son intériorité, disent à partir de quoi il voit regarde observe – et donc offrent un sens de lui à la personne qu’il observe, voit.

Le réel perçu de la personne n’est pas toujours le récit ou le présentoir comme elle l’a conçu ou voulu le concevoir, ce réel possédant des sens et des significations qui échappent à son contrôle sans qu’ils ne la dénaturent. Au contraire, les perceptions comme sens et significations montrent les composantes de la complexité de la personne regardée – observée ou vue, elles disent une certaine idée de sa personne.

La fausseté des perceptions n’est qu’une façon de parler de ce qui est étranger au sens de soi que l’on se donne, seulement le sens de soi que l’on se donne est aussi dans la projection de l’image de soi, et cette projection peut sans le vouloir construire une perception dans laquelle on ne se reconnaît pas sans que cela ne signifie qu’elle soit totalement ou vraiment fausse, simplement on l’ignore peut-être ou on n’en a pas conscience. Il n’y a pas de perceptions vraiment fausses, erronées, les perceptions ne sont que des sens et significations fractionnés incomplètes d’une mosaïque beaucoup plus riche en sens et en significations.

La perception qui fausse l’image que l’on se fait de soi, qui déforme une telle image, qui la caricature peut-être, qui la sublime peut-être, est ce sens de soi hors de tout contrôle, étranger mais si proche, inconnu mais pas tant que ça, car l’œil qui regarde n’invente pas ce sens il décode à partir de son propre cadre symbolique ce qui lui semble très réel, tangible. Les perceptions sont révélatrices de soi, des pans de soi, d’autres sens de soi, de ce qu’il y a sans le vouloir peut-être dans l’image de soi projetée. Les perceptions dévoilent la personne à elle-même. Il y a là une opportunité d’approfondir sa compréhension de soi.

La perception se construit à partir de l’apparence. L’œil qui regarde et la personne regardée ou vue comme sens de soi y sont des réels d’une certaine limpidité. La perception est une porte ouverte dans la découverte de soi et de l’autre, découverte qui implique nécessairement de valider de se valider d’amender de s’amender, de déconstruire de se déconstruire, et recommencer toujours. »

Les apparences ne sont pas trompeuses


Ce site vous est proposé par WordPress.com.